Hugues Oger (Arts et Métiers 90) a fait toute sa carrière dans l’électroménager, depuis son stage de fin de formation à la prestigieuse école d’ingénieurs. Aujourd’hui VP Operations Industrielles au sein du Groupe SEB, il nous fait découvrir son entreprise et son métier. Rencontre. Par Léa Benhadouche

 

« Merci pour la valeur travail que vous m’avez aidé à acquérir ! » : c’est la phrase que Hugues Oger noterait dans le livre d’or de son école, Arts et Métiers ParisTech. « Cette formation généraliste nous prépare au terrain et nous inculque des valeurs de travail très fortes dans l’esprit gadz’art ». Mais l’agilité, si importante pour les ingénieurs d’aujourd’hui et de demain, c’est dans une entreprise comme le Groupe SEB que l’alumni l’a développée. « Être agile est avant tout une façon de penser et de mettre en mouvement les gens », définit-il. Un exemple : SEB Alliance investit dans les nouveaux business et startups.

Entreprise centenaire, toujours dans l’ère

A l’origine, le Groupe SEB est un groupe familial français fondé il y a plus de 160 ans par la famille Lescure en Bourgogne. « L’entreprise est née en 1857 lorsqu’un membre de la famille Lescure pose bagage dans un petit village pour rejoindre l’âme sœur et ouvre un atelier de ferblanterie. L’essor de la société date de 1953 lorsqu’elle crée ce qui fera le succès de l’entreprise familiale : la « Super Cocotte ». Ils s’étaient rendu compte que les produits de cuisson sous pression concurrents présents sur le marché étaient dangereux mais pourtant très utiles. Ils mettent donc au point le système le plus sécuritaire au monde », conte Hugues Oger. Mais si l’autocuiseur a contribué à la notoriété de la marque, c’est sa diversité de produits et sa position de leader mondial qui la rendent si iconique. « La raison d’être du Groupe SEB est de faciliter le quotidien des consommateurs avec des solutions innovantes et technologiques. » Un acteur engagé pour ses consommateurs… et la planète ! Ecoconception et écoproduction font partie de l’ADN de cet industriel. « Nos produits sont fabriqués pour être durables et réparables 10 ans, en consommant chaque jour moins d’eau et moins d’énergie. Nous baissons également chaque année de 5 % les kilogrammes de déchets générés pour produire »

Terrain et backoffice : le bon combo

Au-delà des défis verts que s’est fixé le Groupe SEB, Hugues Oger se challenge cette année avec l’industrialisation et la production d’une nouvelle diversification de produits. Le plus gros dossier sur son bureau en 2020 ? Le vélo ANGELL. « Une de nos usines de friteuses sans huile fabriquera ces vélos électriques pour la startup qui a lancé le modèle. » Sa mission en tant que VP Opérations Industrielles est de « faire jouer la partition écrite par la direction à mes équipes, sans fausse note » d’après ses mots. Pour faire jouer de concerts ses instruments, ce chef d’orchestre privilégie une approche stratégique combinée à la réalité du terrain. La clé de la réussite professionnelle selon lui. « C’est important de fonctionner avec deux focales : celle d’une stratégie sur le long terme et celle de l’écoute du terrain. Il ne faut surtout pas avoir peur du terrain, les feedbacks y sont très intéressants et inspirants. » Lorsqu’il est en panne d’idées, le dirigeant se régénère en allant visiter une usine ! « On y apprend beaucoup. »

 

L’industrie c’est sexy

Passionné par son métier, Hugues Oger veut transmettre son goût de l’industrie aux étudiants et jeunes diplômés. « Au dernier forum de recrutement étudiant auquel j’ai participé, j’ai été surpris de constater l’image négative que les jeunes ont de l’industrie. Pourtant, ce secteur est riche d’opportunités et d’innovations. » Le Groupe SEB est d’ailleurs en recherche constante de nouveaux talents, de la recherche à la supply chain, en passant par le développement et la production.

 

Contact : hoger@groupeseb.com

Chiffres-clés 2019 : 7,3 milliards € de CA / 34 000 collaborateurs dans 150 pays / 360 millions de produits vendus par an / 42 usines dans le monde