POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Schneider Electric : les digital natives apportent leurs lumières ! – L’interview de Gilles Vermot Desroches

Philippe Demets (38)

N’attendez plus pour rejoindre l’entreprise la plus durable au monde ! C’est le message de Gilles Vermot Desroches (Efrei Paris 88) Corporate Citizenship Senior Vice President de Schneider Electric. Ce manager engagé dans la transition numérique de l’énergie ouvre grand les portes du Groupe aux jeunes talents férus d’innovation. « Nous ne sauverons pas le 21e siècle sans vous ! ».

 

Schneider Electric a été reconnue comme étant l’entreprise la plus durable du monde par le magazine Corporate Knights. Les raisons du succès ?

Depuis sa création, Schneider a cette capacité de suivre les signaux faibles et de les transformer en opportunités. L’entreprise a fait de l’acier, des locomotives et de la haute tension avant de devenir leader mondial dans le management intelligent de l’efficacité énergétique, l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux, l’industrie 4.0. Depuis 15 ans, le développement durable est une priorité. Nous mesurons nos progrès grâce à notre outil maison le Schneider Sustainability Impact. Nous nous fixons des objectifs à court terme, renouvelés tous les 3 à 5 ans, afin de répondre aux enjeux du changement climatique, de la biodiversité, et de la santé et de la citoyenneté.

 

Vos engagements d’ici 2025 ?

Agir de manière positive pour réduire les effets du changement climatique, utiliser les ressources avec efficience, construire un monde de confiance, créer des opportunités équivalentes pour tous et engager localement les communautés. Ces engagements sont suivis de 11 transformations concrètes. Chez Schneider, j’ai porté le développement durable vers cet enjeu de citoyenneté qui permet d’avoir une responsabilité plus intégrée. Il n’y a pas que l’environnement, mais aussi la dimension humaine et sociale. La responsabilité est un tout.

 

Quid de vos propositions pour la jeunesse ?

90 % des jeunes vivront en 2025 dans les pays en développement. Après cette crise sanitaire, il est urgent d’embaucher des jeunes car il n’y aura pas d’innovation sans eux. Notre programme ? Former un million de jeunes de la base de la pyramide aux métiers de l’électricité  d’ici 2025 pour qu’ils construisent leur propre futur est l’un des axes.

 

La génération des digital natives au cœur des innovations du 21e siècle ?

Dans mon livre Le Printemps des Millennials j’encourage les entreprises à laisser les digital natives inventer un nouveau modèle de développement soutenable pour la planète, transformer l’économie et la finance mondiale au profit du plus grand nombre et faire de la technologie un outil citoyen. Notre programme Schneider Go Green pousse les jeunes à l’innovation car ils sont faits pour ça ! C’est notre métier de les aider à sauver le siècle. Pour beaucoup, ils ont cette prise de prise de conscience, ça me rend optimiste. Vous êtes l’avenir de l’économie !

 

Les outils numériques, alliés du développement durable ?

Quand on parle de numérique, il faut séparer d’un côté l’IOT qui organise la vie, contribue à la prospérité et au lien social, et de l’autre, le numérique du loisir qui va de Netflix à TikTok, en passant par Facebook et Twitter. C’est ce dernier qu’il faudra, demain, éduquer pour privilégier la sobriété. Mais toutes les innovations du numérique ne sont pas encore faites : la jeunesse est au cœur de leur développement.

Place aux jeunes !

« J’ai travaillé au sein d’ONG, d’associations, au ministère de la Ville pour l’Egalité des chances et je suis président du réseau d’entreprises « 100 Chances, 100 Emplois » qui offre un parcours sur-mesure pour les jeunes (18-30 ans) en difficulté d’insertion professionnelle. J’ai toujours fait la promotion des jeunes et les accompagner est riche d’enseignement. »

#EfreiParis 

« J’ai choisi cette école parce qu’en 1983, c’était la seule qui avait ajouté informatique à son nom et préparait des ingénieurs fort de cette spécialité. J’avais déjà conscience qu’elle allait tout révolutionner. Je me souviens de grandes personnalités comme Henri Meunier, l’ancien directeur de l’école, qui a donné à l’Efrei une forte dimension humaniste. »

 

>>>> Envie d’en savoir plus sur les écoles du numérique ?

 

Contact : gilles.vermot-desroches@se.com

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter