Acteur incontournable de l’aéronautique, de l’espace et de la défense, Safran est le plus ancien motoriste au monde. Face aux enjeux écologiques, ce groupe international de haute technologie renforce son engagement en faveur de la protection de l’environnement. Un défi qui passionne Stéphane Dubois, Directeur des Ressources Humaines du Groupe.

 

La R&T au premier plan

© Philippe Zamora / Safran

Troisième acteur aéronautique mondial, hors avionneurs, Safran consacre 75 % de sa R&T à l’efficacité environnementale des futurs aéronefs embarquant ses équipements et ses moteurs. Objectif : contribuer à bâtir un futur aéronautique plus responsable. Pour cela, le Groupe concentre beaucoup d’efforts sur l’avion plus électrique et travaille donc sur la densification de l’énergie électrique, notamment avec des start-up comme Oxis Energy. L’avion tout électrique n’étant malgré tout pas pour demain, Safran explore d’autres pistes comme l’hybridation des systèmes propulsifs, les nouvelles architectures des réacteurs ou les carburants alternatifs. « Réduire l’impact écologique de nos activités suppose de tenir compte de multiples paramètres et d’avoir une vision d’ensemble, c’est pourquoi nous devons étudier plusieurs options en parallèle », explique Stéphane Dubois.

Un engagement complet

Le Groupe poursuit ainsi sa démarche d’innovation continue lancée depuis des décennies, une démarche qui a notamment permis de produire le LEAP, un moteur qui réduit significativement la consommation de carburant, les émissions de CO2 et le bruit. Aujourd’hui, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale a fixé au secteur l’objectif de diviser par deux ses émissions de gaz à effet de serre en 2050 par rapport à 2005. Tous les acteurs du secteur doivent œuvrer ensemble pour atteindre ces objectifs. « Safran a défini une stratégie de long terme pour honorer sa part du contrat écologique et réduire l’empreinte écologique de ses produits et de ses modes et sites de production », précise Stéphane Dubois. Pour preuve : son projet bas-carbone lancé en 2018 et déployé sur le terrain cette année. Un engagement en faveur de l’environnement qui a même été acté par les étudiants.

#OnVeutDuVrai

Safran a en effet répondu à l’appel du collectif Pour un réveil écologique qui a émergé suite à leur Manifeste Étudiant de septembre 2018 et qui a été signé par près de 30 000 étudiants de plus de 400 établissements d’enseignement supérieur. Pourquoi ? « Pour plus de transparence sur nos projets et nos engagements aux yeux de tous et notamment des étudiants. » Comptabilité des gaz à effet de serre, projet bas carbone, investissement dans la transformation énergétique, éco-conception… Safran y a consigné les détails de ses initiatives.

Transition RH

En tant que DRH, Stéphane Dubois est au cœur de cette transformation. Le sel de son métier ! « Ce qui me passionne dans la fonction RH, c’est d’accompagner et de conduire les changements. Nous devons nous adapter et faire face à des situations très variées », s’enthousiasme-t-il. Que la transformation soit digitale, sociale ou sociétale, il y a toujours un impact sur les métiers et la façon de travailler. Et c’est ainsi toute la structure qui évolue sans cesse. Charge alors au DRH d’adapter son organisation pour mener à bien ces projets d’envergure.

Université : berceau de la diversité

Avant d’évoluer dans les RH, Stéphane Dubois a suivi des études juridiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. « Ce cursus m’a donné des bases extrêmement solides et une rigueur pour analyser les situations humaines », explique-t-il. Tandis que le CELSA – Sorbonne Université a été la meilleure des écoles pour l’aspect pratico-pratique des RH. « L’université est un univers très inclusif qui m’a permis de renforcer mon ouverture d’esprit et d’acquérir cette certitude que la diversité des compétences et des points de vue est une vraie richesse. »

Chiffres-clés : 21 milliards € de CA en 2018 / Plus de 95 000 collaborateurs / 1,5 milliard € dépensés en R&D en 2018

#JobBoard 10 000 personnes seront recrutées en France dans les 4 ans à venir dans tous les domaines (R&D, production, relation client).  « Stagiaire, alternant, thésard, VIE, jeune diplômé, expérimenté… Nous serons ravis d’accueillir tous les talents prêts à relever les défis d’un futur aéronautique plus responsable ! ». Côté ingénieurs, Safran recrute surtout dans les domaines suivants : recherche conception et développement (mécanique, logiciel, Big Data, cybersécurité), performance et support (data management, pilotage des projets, achats, finance), programme et relation client (support et services client, management de programmes, administration des ventes) et production (ingénierie industrielle, supply chain, cobotique).

Recrutement : https://www.safran-group.com/fr/emplois

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.