« Former les change makers de demain ». Portée par cette ambition, l’IESEG refond son Programme Grande Ecole (PGE) pour l’année 2020-2021. Un nouveau PGE fondé sur une approche plus interdisciplinaire et interculturelle que jamais. Jean-Philippe Ammeux et Caroline Roussel, directeur et DGA de l’école en ont dévoilé les contours le 27 août 2020.

 

La montée des populismes dans un environnement VUCA : une des principales raisons qui a poussé l’IESEG à se réinventer.  « Le monde a besoin de citoyens de mieux en mieux formés pour faire face aux défis économiques, sociaux et environnementaux qui sont et seront les nôtres. Certes, nous n’avons pas vocation à former des politiques mais nous formons des managers qui prendront, demain, des responsabilités dans les entreprises, les administrations, les ONG… Des managers en mesure de combiner la triple performance : People, Planet, Profit. Et ce n’est pas aberrant d’avoir 5 ans d’études pour faire face à ces défis ! » introduit Jean-Philippe Ammeux, directeur de l’IESEG.

We are together !

Une philosophie qui va donc de pair avec un nouveau PGE faisant la part belle à l’interdisciplinarité et à l’interculturel via un mix de connaissances, d’acquisition de savoir-faire et de développement de savoir-être. De quoi « former des managers capables d’aborder un sujet sous tous les angles possibles » insiste Caroline Roussel.

Un nouveau PGE pour les élèves de l’IESEG présents sur les campus de Lille et de La Défense – Crédit Barbara Grossmann

Cycle Bachelor : 6 semestres en mode transverse

3 années, 6 semestres et autant d’identités propres : c’est ce que promet désormais le nouveau Cycle Bachelor de l’IESEG. Une construction par semestres et par compétences à travers des projets transversaux où interviennent toutes les disciplines enseignées au cours du semestre. Des projets aux thématiques multiples : exploration du monde de l’entreprise, intégration de l’impact social et environnemental dans la performance, entrepreneuriat et innovation digitale…

Le digital, un axe fort défendu par l’école. Depuis septembre 2019 en effet, tous les élèves du PGE suivent en ligne des cours obligatoires en développement web, UX, UI Design et data science, conçus et animés par l’école de code Le Wagon.

12 majeures pour le Cycle Master

Ce ne sont plus 9 mais 12 majeures qui sont désormais proposées aux élèves du Cycle Master de l’IESEG. Des majeures qui font écho aux cours de tronc commun en lien avec les actuelles et futures problématiques du monde professionnel : Change Management for Sustainability Strategies, Leadership for a Better Organization & Society, Data Sciences, ou encore Understanding Business Cycles for Strategic Decisions.

Le management IRL

Afin de pousser plus loin l’acquisition d’une expérience réelle du management, l’IESEG propose également à ses élèves de Master le dispositif Managing Diversity in Vivo. Chaque étudiant de Master formé en amont au management et à la communication de groupe devient le manager d’un groupe d’élèves en Cycle Bachelor.

« Une expérience unique avec un double effet positif : une plongée concrète dans le monde du management pour nos élèves de Masters et la possibilité, pour les juniors, d’avoir un référent pouvant les aider à décoder l’enseignement supérieur. Un dispositif d’autant plus important pour nos nouveaux élèves qui ont arrêté le lycée il y a presque six mois à cause du confinement » précise le directeur de l’IESEG.  

Covid-19 : le plan d’attaque

Pour cette première année post confinement, l’IESEG fait aussi de la flexibilité et de l’hybridation ses maîtres-mots. Après plusieurs mois en full distanciel « durant lesquels nos professeurs ont fait un travail exceptionnel et où tous les cours ont été donnés dans les emplois du temps prévus…sauf le sport ! » l’école a fait le choix d’un mix 60 % présentiel et 40 % à distance. « Un équilibre que nous pourrons réviser en fonction de l’évolution de la situation » indique Caroline Roussel.

Pour les étudiants internationaux qui ne pourraient pas se rendre sur les campus, tout est également prévu.  « Nous avons équipé 32 salles sur les campus de Paris et Lille en Zoom Rooms pour permettre à tous les étudiants de vivre, en synchrone, une expérience la plus immersive possible ». Preuve de l’engagement de l’école en la matière : un million d’euros a été investi en matériel.  

Côté mesures sanitaires, la prévention est de rigueur. « Pas question bien sûr de pénétrer sur les campus sans masque. Nous offrons d’ailleurs à chaque étudiant un masque en tissu lavable confectionné par un organisme de réinsertion à Roubaix. Une façon d’accompagner nos étudiants et d’encourager le textile local » conclut Jean-Philippe Ammeux.