RSE, environnement, égalité, mixité… Les Millennials ne cherchent plus seulement le patron qui leur donnera un CDI et leur salaire à la fin du mois. Ils veulent un guide, un homme ou une femme qui les rend fiers de travailler pour une entreprise. Entre effet de mode et engagement sincère, comment les leaders relèvent-ils le défi qui leur est lancé par les jeunes générations ?

 

L’engagement c’est maintenant ? Parce que la génération Y constitue aujourd’hui une part importante des populations en situation d’être managées, la question du sens est devenue centrale. « Si la génération X acceptait le sens donné par l’entreprise sans trop le discuter, ses successeurs posent des questions et n’hésitent plus à remettre en question des choix managériaux pour trouver du sens, de l’autonomie et de la flexibilité dans leur travail », introduit Pierre-Yves Sanséau, professeur à Grenoble Ecole de Management et membre de la chaire Paix économique, mindfulness et bien-être de l’école.

Sens vs narcissisme

Mais est-ce vraiment un phénomène nouveau ? Alors que les employés des années 30 à 50 évoquaient déjà cette question, la grande nouveauté de cette remise en question managériale résiderait plutôt dans le narcissisme assumé (et biberonné aux réseaux sociaux !) des nouvelles générations. « Lorsqu’ils se situent dans le monde du travail, c’est « moi avant l’entreprise », ils refusent de se fondre dans un cadre ». Mais si le changement de paradigme est réel, cela signifie-t-il que la révolution du leadership est en marche ? Pas si sûr… « On ne réinvente pas le leader de demain, on fait plutôt des ajustements à la marge. Il s’agit plus aujourd’hui d’expliquer aux jeunes collaborateurs pourquoi ils sont là, vers où l’entreprise se dirige et pourquoi elle le fait ». Ou comment redonner ses lettres de noblesse au leadership. «  La terminologie même de leader renvoi au fait de donner une direction, une orientation. A eux aujourd’hui de donner à chacun du sens à ses actions », ajoute-t-il.

 

Je veux améliorer le monde !

Une quête de sens qu’ils font le plus souvent rimer avec responsabilité sociale. « Les jeunes perçoivent l’entreprise comme un acteur sociétal », constate Isabelle Barth, DG de l’INSEEC School of Business & Economics. Cela implique bien sûr une dimension macro : comment l’entreprise contribue-t-elle à améliorer le monde ? Mais cela renvoie aussi à une vision plus micro : comment l’entreprise, par la voix de son leader, permet-elle à chacun, à son échelle, d’améliorer le monde ?

 

Vous avez dit exemplaire ?

Une grosse responsabilité pèse alors sur les épaules du leader. Désormais, impossible de ne pas être exemplaire ! « Rien de plus anxiogène pour un collaborateur que d’écouter un beau discours qui n’est pas suivi d’actions. Ou pire, d’écouter une liste d’excuses pour ne pas agir. Etre engagé, c’est avoir le courage d’être cohérent », insiste Carole Simmonet, professeur associée et responsable du département RSE de PSB.

Une démarche qui vaut aussi pour son engagement auprès de ses collaborateurs. « L’engagement nécessite de faire preuve d’intelligence émotionnelle, ce qui passe par l’écoute et la valorisation. Car prendre le parti de ses émotions quand on est un leader, ce n’est pas être faible. Au contraire, le courage réside dans sa capacité à les gérer et les mettre à profit pour porter ses équipes vers une vision commune », précise-t-elle. Pas d’engagement sans considération.

 

S’engager, ça vaut pour tout le monde ! Les boites de la Silicon Valley ou le rêve des Millennials ? « Le modèle américain déployé par les GAFAM est particulièrement engageant pour le collaborateur. Une fois entré dans l’entreprise, le processus d’identification est très fort, il s’engage et se donne à fond », précise Pierre-Yves Sanséau. Mais est-ce pour autant un modèle facilement exportable en France ? « Le modèle culturel français renvoie à une frontière moins poreuse entre vie privée et vie professionnelle et donc à une moindre implication dans l’entreprise. Si un collaborateur américain va naturellement être dédié à son entreprise, le collaborateur français devra adhérer à 150 % à son entreprise pour en arriver là. »

L’œil de Loick Roche, DG de Grenoble Ecole de Management

A GEM, la RSE n’est pas un effet de mode. Engagée pour la paix Economique, de laquelle découlerait paix sociale et paix environnementale, l’école ambitionne en effet de transformer la business school en school for business for society. « S’engager, ce n’est pas rien. Etymologiquement, c’est se donner en gage et donc se donner totalement. GEM a décidé, avec l’accord de ses collaborateurs, de soutenir quatre grandes causes : l’accès à l’éducation pour toutes et tous (avec le développement d’un programme pour les autistes Asperger notamment), la parité, la paix économique et la lutte contre le réchauffement climatique. »

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.