Camille Clot, étudiante en M1 du PGE de KEDGE Business School – campus de Bordeaux, fait partie de l’association étudiante de cinéma Extérieur Nuit. Elle revient pour nous sur la série à succès Big Little Lies, qui lui semble peindre le portrait de toute une génération.

 

La génération Millennials a grandi et vu sa culture pop se remodeler peu à peu autour de nouveaux enjeux, notamment portés par le courant #Metoo de 2017. Ce mouvement a su libérer la parole des femmes autour des violences domestiques et sexuelles qu’une grande partie d’entre elles connaissent. La série Big Little Lies, sorti quelques mois avant l’avènement de ce mouvement, est une série aux multiples facettes, très touchante, qui libère la parole et met en lumière de nombreux sujets.

Synopsis

C’est l’histoire de Jane, une mère célibataire qui déménage dans la communauté huppée de Monterey et qui y fait la connaissance d’autres femmes et mères de cette petite ville : Madeline, Bonnie, Céleste et Renata. Cette série est portée par un fil conducteur de thriller : un meurtre a eu lieu, et on ne sait ni qui est la victime, ni qui est le meurtrier. Au fur et à mesure des épisodes, le passé, les relations, la famille des protagonistes nous permet de prendre conscience de certains vécus féminins et de leur complexité.

Dramas

Tout d’abord, le personnage de Jane met en lumière tout l’enjeu de la reconstruction de soi après un trauma. En effet, Jane fut la victime d’un viol une dizaine d’années plus tôt. De ce viol est né son fils. Ce personnage tente de se reconstruire, de réussir à élever son fils tout en lui cachant l’identité de son père et de reprendre le contrôle de sa sexualité.

Ensuite, la série met en avant le problème des violences conjugales. Le personnage de Céleste est aussi fascinant que complexe, puisqu’elle est à la fois battue et complètement sous l’emprise de son mari, attirée par lui sexuellement. Autant pour le personnage de Céleste que celui de Jane, cette série réussit à merveille l’écriture et la représentation des victimes, qui ne tombe jamais dans le cliché. Mais qui, au contraire, dépeint des réalités complexes et difficilement compréhensibles quand on ne les a pas vécues.

Enfin, cette série aborde le motif de la reconstruction des enfants après un trauma familial. Les enfants sont des personnages à part entière, ce qui leur permet de se développer et de se questionner vis-à-vis de leurs quotidiens ou leur passé. Le fils de Jane devra apprendre à se construire en connaissant l’histoire de sa naissance. Les deux fils jumeaux de Céleste devront grandir en ayant été témoins des violences de leur père dès leurs plus jeune âges. Bonnie, désormais adulte, essaie de pardonner ses parents des violences dont elle a été victime.

THE série

Cette série est majestueuse tant par les sujets qu’elle aborde que par la manière qu’elle a de les évoquer. Les émotions des protagonistes sont renforcées par cet univers marin, minéral, froid. L’océan est à la fois une représentation d’une grande violence intérieure et d’un apaisement. En bref, cette série est à l’image des nouveaux enjeux que connait notre génération, qui apprend à s’éduquer sur des sujets lourds et complexes afin de ne plus répéter certains schémas familiaux nocifs…