METTRE LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE LA QUALITÉ DE VIE EST L’AXE DE DÉVELOPPEMENT DE PHILIPS DEPUIS 125 ANS. EXPLICATIONS AVEC SÉBASTIEN BLAISE (EMLYON BUSINESS SCHOOL 97, MASTER INSEAD 2012), DIRECTEUR MARKETING DE PHILIPS PERSONAL HEALTH FRANCE.

OneBlade

OneBlade

POURRIEZ-VOUS NOUS DIRE QUEL RÔLE JOUE LA DIVISION PERSONAL HEALTH* DANS LE DÉVELOPPEMENT DU GROUPE ?

Au-delà de l’activité Lighting qui sera bientôt cotée ou cédée, la santé (67 % du CA) constitue le coeur d’activité de Philips, qui est aujourd’hui n°1 des interventions chirurgicales guidées noninvasives et leader dans le monitoring cardiaque à l’hôpital. A côté, avec 33 % du chiffre d’affaires, la division Personal Health rassemble une grande diversité d’univers : biberons Avent, cafetières Senseo, robots de cuisine, fers à repasser, aspirateurs, rasoirs, sèche-cheveux, brosses à dents électriques, purificateurs d’air… Créé il y a 125 ans aux Pays-Bas, Philips est aujourd’hui la marque de petit électroménager la plus achetée en France, à tel point que beaucoup pensent que c’est une marque française ! Notre vision est simple : améliorer la qualité de vie de 3 milliards d’individus par an d’ici à 2020. Pour cela, notre stratégie repose essentiellement sur l’innovation et sur le design. Historiquement, nous avons été les premiers à apporter l’ampoule dans les foyers. Puis le son, avec les premiers autoradios. Par la suite, Philips a mis sur le marché le premier rasoir électrique… et nous continuons ! En mars 2016, nous avons lancé « OneBlade », le 1er rasoir hybride qui permet à la fois de raser une barbe et de la styliser. Il a été mis au point dans notre centre de R&D, basée à Eindhoven, qui depuis 1914 dépose des milliers de brevets par an, faisant de Philips le 1er dépositaire privé de brevets en Europe. C’est notre force : à chaque cycle, nous savons nous réinventer !

QUEL A ÉTÉ LE FIL ROUGE DE VOTRE CARRIÈRE ET QUELS SONT LES ENJEUX DE VOTRE MISSION ACTUELLE ?

J’ai toujours cherché à découvrir de nouveaux univers. J’ai commencé ma carrière en Allemagne pour la marque Urgo. Au sein du groupe Beiersdorf, j’ai ensuite évolué des premiers soins (Hansaplast), au cosmétique (Nivea) puis comme responsable de la nouvelle Business Unit Pharmacie qui se créait pour la France, la Belgique et les Pays-Bas. Une mission très excitante, qui m’a ensuite conduit à la direction marketing de Nivea. J’ai même testé l’aventure de l’entrepreneuriat, en devenant consultant en conduite de changement, avec un certain succès. Ce qui m’a attiré chez Philips, c’est ce projet de transformation de l’entreprise, dotée d’une marque forte et d’un bel héritage qui pouvaient aussi se révéler lourds à porter. En prenant le poste de Directeur Marketing Personal Health en 2013, mon défi était de redonner du dynamisme à cette activité qui avait connu de nombreuses mutations, dans un univers high-tech qui était nouveau pour moi. Il a fallu que je localise et que j’amplifie la stratégie marketing mondiale du groupe à l’échelle de la France, avec une dimension managériale très forte puisque j’ai à mes côtés une équipe d’une trentaine de personnes.

« Prendre des  risques permet  d’évoluer et  de découvrir  de nouveaux  univers »

QUELS PRINCIPAUX ATTRAITS PHILIPS OFFRE-T-ELLE AUX JEUNES DIPLÔMÉS EN MARKETING ? QUELS CONSEILS POURRIEZ-VOUS DONNER LEUR DONNER ?

Rejoindre Philips, c’est rejoindre un groupe à forte culture de marque, dont la variété des univers fait la richesse. Pour de jeunes marketeurs, c’est une possibilité unique de découvrir le marketing sous de nombreux angles, du biberon aux rasoirs… Ils seront immédiatement acteurs du business et auront un sentiment de vitesse dès le premier jour ! En fonction de leur potentiel, des passerelles sont ensuite possibles vers le commercial, la supply-chain, le project management, mais aussi vers le siège à Amsterdam, en Asie ou aux Etats-Unis. L’important est de savoir être audacieux. Aujourd’hui, la mobilité est un prérequis, qu’elle soit géographique, culturelle, linguistique, mais aussi professionnelle. J’ai pu faire du marketing car j’avais fait du commerce, j’ai pu faire de la santé car j’avais fait de la beauté. J’ai pu changer de poste, car j’ai accepté les prises de risques. La France est un pays plein d’énergie mais qui va mal économiquement : faire carrière en France représente un défi particulier, où l’on se bat pour deux chiffres après la virgule sur les parts de marché !

* Petit électroménager

AN

CONTACT : www.philips.com/careers – Vous pourrez y retrouver des informations sur l’évolution des activités de Philips, nos métiers, notre culture d’entreprise, et bien sûr l’ensemble des postes ouverts aux étudiants et jeunes diplômés, en France comme à l’étranger.