Currently set to Index
Currently set to Follow
POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

Métier : le directeur communication au cœur du réacteur

métier directeur communication
ADOBESTOCK

Il promeut l’image de marque de l’entreprise en externe… mais aussi en interne ! Le directeur communication est LE porte-parole et premier représentant de l’entreprise. Un rôle clé dans un monde où l’image prend une place de plus en plus importante. On dresse le portrait du métier du directeur communication avec Laurence Armangau, directrice marketing et communication des marques à Sup de Pub.

Définition d’une stratégie de communication, mise en place d’évènements, relations presse, communication sur les réseaux sociaux… La fonction de directeur communication ne cesse de gagner en importance. « Son rôle est à la fois de gérer la réputation de l’entreprise mais aussi son dynamisme commercial, résume Laurence Armangau. Ces deux aspects du métier sont  très liés et il est fondamental d’être sur les deux fronts. » Sans une bonne réputation en effet, la partie commerciale ne peut prospérer et vice-versa. Mais la difficulté réside dans le fait que les deux fonctions n’imposent pas le même rythme. « L’équipe commerciale est dans l’immédiateté, l’urgence, alors que la réputation se construit sur le long terme. Et pourtant, il faut les gérer en parallèle et avec cohérence. »

Dans son métier, le directeur communication est garant de la cohérence entre les valeurs et le discours

Ces dernières années, et comme pour beaucoup de métiers, le directeur communication a  dû également s’adapter à l’explosion du digital. « Une véritable atomisation des expertises et une multiplication des canaux à disposition pour s’exprimer. » Le dircom doit alors identifier les bons canaux de diffusion, en fonction de la cible, du public et de ses supports. « Il faut s’assurer que dans chaque prise de parole, sur n’importe quel canal, les valeurs de la marque soient cohérentes avec le discours donné, insiste Laurence Armangau. Aujourd’hui, il est très compliqué de ne pas aligner son comportement, vis-à-vis des salariés ou fournisseurs par exemple, avec son discours. Chaque collaborateur est un média potentiel et peut donc s’exprimer sur la marque ». C’est d’ailleurs pour cela que le dircom a vu sa fonction passer d’un statut d’émetteur, garant de tous les messages de l’organisation, à celui de facilitateur connecteur, à l’écoute et au service de tous les interlocuteurs susceptibles de prendre la parole au nom de l’entreprise.

>>>> A lire aussi :  9e édition du Communicator : Qui sera le communicant du monde d’après ?

Après la Covid-19, recréer l’envie

Le directeur communication est donc aujourd’hui un véritable chef d’orchestre à la vision 360°, centré sur les valeurs, le discours et les objectifs de la marque. Et avec la Covid-19, les marques ont du être encore plus rassurantes, en interne et en externe. Là encore, le directeur communication a été en première ligne. « C‘est une fonction qui demande de s’adapter en permanence. Après la crise, les services communication vont avoir pour but de recréer une envie auprès du public ou des consommateurs, pour redynamiser les ventes » assure Laurence Armangau. Avec le confinement, les dircom ont d’ailleurs dû redoubler d’inventivité pour faire briller leur marque… à distance ! 57 % des professionnels estiment ainsi que leur communication sur les réseaux sociaux a augmenté selon une enquête PlayPlay. « C’est vraiment un métier dans lequel on ne s’ennuie  jamais, toujours en mouvement, en phase avec les innovations et l’actualité » conclut Laurence Armangau.

Les jeunes talents se tournent vers la com’

26 % des étudiants et jeunes diplômés disent vouloir travailler dans le secteur de la communication. Un secteur qui représente 2,1 % du PIB français et pour lequel les entreprises investissent 46,2 milliards € et sont à l’origine de 700 000 emplois en France. Un métier qui demande des qualités d’adaptation, de la curiosité, une grande rigueur mais également de la résilience. Et pour accéder au poste de directeur communication, il faut bien sûr de l’expérience. « Le directeur communication doit avoir la capacité de construire une stratégie en utilisant de très nombreuses expertises, expose Laurence Armangau. Du coup, il peut, en début de carrière avoir effectué de nombreux métiers : journaliste, community manager, influenceur, responsable des relations presse, brand content… »

Partager sur print
Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter