Depuis 10 ans déjà, le Made in France connaît un retour en force dans le cœur des Français, mais aussi des étrangers. Pourquoi un tel regain d’intérêt pour ce « label » autrefois oublié ? Quelles conséquences pour les PME ? Éléments de réponse.

 

Si le Made in France faisait fureur jusqu’aux années 80, une grande partie de la population a abandonné les produits fabriqués dans l’Hexagone à la fin du 20e siècle. En cause ? Une baisse des coûts de fabrication à l’étranger, entraînant une baisse des prix en magasins. Mais une crise de confiance envers les industriels a peu à peu ramené nos produits nationaux sur le devant de la scène. « La France a posé un cadre législatif très contraignant notamment sur tout ce qui concerne les normes sociales et environnementales. Il y a un côté rassurant à acheter français », explique Olivier Trendel, professeur à Grenoble École de Management.

Un label de qualité

En France – et surtout à l’international -, le Made in France séduit, car il est perçu comme un produit à la qualité indiscutable. « À l’étranger, le fait qu’un objet soit estampillé Made in France rassure sur le suivi et la maintenance. Notre atout, c’est notre technologie, la qualité du service client et notre savoir-faire », observe Vincent Lefebvre, professeur associé à Audencia Business School. De son côté, Olivier Trendel identifie trois impacts positifs du Made in France qui font que tout le monde s’arrache nos produits ! « C’est tout d’abord un gage de qualité. Nous savons que la main d’œuvre est qualifiée et que les normes mises en place en France permettent de créer des produits durables et fiables. Il y a également un impact émotionnel. Pour les touristes, les objets Made in France sont un signe d’authenticité et leur permettent de revivre leur séjour dans notre pays. Il y a enfin un impact normatif. Les consommateurs achètent du Made in France pour sauver ou créer des emplois et parce que tout le monde autour d’eux fait pareil ! » Une sorte d’ethnocentrisme du consommateur en somme.

Un atout séduction à l’international

PME, startups… même combat ! Aujourd’hui, les produits Made in France séduisent surtout à l’étranger. Vincent Lefebvre l’a observé avec les startups hébergées par Audencia. « L’alimentation ou le textile sont des secteurs sur lesquels la France se positionne comme un acteur reconnu dans le monde entier. Nos startups comme La Belle Chaussette ou Fils de Pomme, qui fabrique du cidre bio, arrivent à se positionner sur des marchés américains aux côtés de géants de l’industrie ! » Et selon un sondage IFOP de 2018 sur les habitudes de consommation, 70 % des Français sont prêts à payer plus cher pour un produit Made in France. Si vous voulez séduire vos futurs acheteurs, plus qu’une solution : adoptez la bleu-blanc-rouge attitude !

3 questions à Edouard Dumas

Spécialiste des matelas, oreillers et couettes haut-de-gamme depuis plus de 50 ans, la PME La Compagnie Dumas fabrique 100 % de ses produits en France. Son PDG, Edouard Dumas, nous explique en quoi ce positionnement est un vrai plus dans son industrie.

Made in France : un atout ?

Le fait d’être associé à un pays où les règles (environnementales, sociales…) sont assez poussées et encadrées, c’est un gage de qualité indéniable !

Un label qui a la cote auprès des consommateurs ?

Nous sommes concurrencés par des enseignes de grande distribution qui proposent des produits à moindres frais. Malgré tout, certains consommateurs sont prêts à investir dans des oreillers et des couettes d’excellente qualité, car ils savent que ce sont des produits qui dureront sur le long terme.

Comment mieux accompagner les acteurs qui produisent du Made in France ?

En Suisse, le label Swiss Made est très encadré par l’État. En France, il suffit d’emballer un objet sur notre territoire pour pouvoir l’estampiller Made in France. En cause ? Des frais de douane qui sont plus élevés pour l’importation de matière première que pour faire venir des produits fabriqués à l’étranger. C’est un point sur lequel nous devrons travailler.

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.