« Les micro-organismes sont aux aliments fermentés ce que les microprocesseurs sont aux technologies digitales! » se réjouit Antoine Baule (ESSEC Business School 77), DG du Groupe Lesaffre, acteur mondial de la levure et des produits de fermentation. Alors venez créer la nourriture humaine et animale durable du futur !

 

Vous avez mangé du pain ou un croissant au petit déjeuner ce matin ? Vous avez donc consommé des produits Lesaffre sans le savoir ! Et pourtant, ce groupe familial B to B né dans le Nord de la France qui produit des levures naturelles pour la boulangerie s’est aujourd’hui diversifié dans de nombreuses applications des ferments. Son leitmotiv ? « Entreprendre ensemble pour mieux nourrir et préserver la planète ».

La solution fermentation

Le chiffre est sans appel : il y aura deux milliards de personnes de plus sur la Terre en 2050 selon l’ONU. Antoine Baule, le DG du Groupe Lesaffre, en est convaincu : face à l’augmentation de la population mondiale, la fermentation est une des solutions clé pour rendre l’alimentation de demain plus sûre, plus saine et plus durable, et accessible à tous. « Nous fabriquons des probiotiques pour maintenir les êtres humains et les animaux en bonne santé. Mais aussi des produits de biocontrôle qui permettent de réduire l’utilisation de pesticides chimiques dans les champs. Des enjeux de société majeurs qui passionnent nos collaborateurs… et la génération Y. »

Les Y engagés

Car pour le dirigeant, les jeunes qui arrivent sur le marché du travail sont au taquet sur ces questions. « J’ai l’impression qu’ils procèdent un peu par élimination. Une société qui ne respecte pas un certain nombre de leurs critères relatifs à l’environnement et à la préservation de la planète peut être écartée de leurs choix. Chez Lesaffre, nous avons un vrai impact sur l’alimentation et sur l’amélioration de l’environnement pour les années qui viennent, et nous mettons le turbo sur l’innovation. »

La biotechnologie en appui

Lesaffre a fait de la R&D un des moteurs de sa croissance. Son credo : adopter une posture volontariste. Les innovations qui font le buzz ? « La création de micro-organismes naturels issus de la fermentation qui protègent les pommes après la récolte et évitent l’utilisation de pesticides chimiques. La science a fait des progrès considérables pour comprendre le microbiote intestinal et nous travaillons à la mise au point de probiotiques de nouvelle génération en nous appuyant sur ces recherches. Par ailleurs, nous mettons au point des levains, compositions de levures et de bactéries qui ,par exemple, permettent de réduire de 30 % la quantité de beurre dans les viennoiseries, tout en conservant le goût et la texture. Les micro-organismes pour la fermentation et la biotechnologie alimentaire, sont un peu comme les microprocesseurs de l’électronique pour Internet ou le digital ! »

Recrutement tous azimuts

Et d’appeler les jeunes talents curieux, à rejoindre un groupe en recrutement permanent. « On peut choisir la carrière finance et faire du contrôle de gestion, de la veille économique ou de l’analyse des marchés. Mais on peut aussi intégrer les équipes qui travaillent à la transformation digitale de notre marketing (relation client, supply chain, site internet). Enfin, si vous avez un double diplôme d’ingénieur, vous pouvez faire du lean manufacturing, du process ou du management industriel dans une usine. Quand on vient de l’ESSEC, les portes sont grandes ouvertes et le monde vous tend les bras ! »

 

Le VIE, passerelle pour l’international

Et pour cause, le Groupe Lesaffre, c’est une organisation à la fois coordonnée et décentralisée. « Nos patrons de business units sont de vrais entrepreneurs car nos marchés sont mondiaux. Chacun est responsable de ses engagements et de ses objectifs. Mais avant d’accéder à ce poste qui exige au moins une dizaine d’années d’expérience, beaucoup de jeunes diplômés entrent chez nous comme VIE. Ils accèdent à des fonctions de directeur des ventes, patron d’un atelier en production ou directeur marketing d’une filiale. Ils sont responsables de leurs propres projets et les mènent comme de vrais chefs d’entreprise. Notre objectif quand on embauche un talent ? Le faire grandir et qu’il aille le plus loin possible dans son parcours professionnel. »

Valeurs ESSEC…iennes !

Pour Antoine Baule, les soft skills sont la clé pour rejoindre Lesaffre. « Quand on veut entrer dans une entreprise qui fait du B to B et qui a un haut contenu technologique, il faut être intéressé par le sujet et ne pas avoir peur d’aller au fond des choses. En arrivant dans ce secteur en 2003, j’étais passionné et je continue à apprendre tous les jours au contact de boulangers, de brasseurs, d’aromaticiens, d’agriculteurs ou d’éleveurs. C’est un sacré moteur. Les jeunes de l’ESSEC ont les mêmes valeurs que les nôtres : l’ouverture au monde, le sens du collectif, la curiosité et l’humilité car on aime les gens qui écoutent, observent, apprennent et se formentD’ailleurs, chez Lesaffre, chaque collaborateur qui le souhaite part en formation technique ou managériale au moins une fois par an.

Chiffres clés : 2 milliards € CA / 10 500 collaborateurs / 66 usines / Implanté dans 51 pays / 2 500 employés en France

Patron globe-trotter « Je voyage énormément et je trouve fascinant de comparer les vitesses de transformation des différentes régions du monde. C’est très enrichissant de parler avec des locaux et de la manière dont ils voient la vie, l’avenir et aussi la France. D’année en année, je constate les évolutions ou les non évolutions de chaque pays, la fiscalité, le rôle de l’Etat… J’ai l’impression que l’Amérique latine en est pratiquement au même stade depuis 20 ans. À l’inverse, je suis fasciné par la vitesse avec laquelle toute L’Asie, et en particulier la Chine progressent. Il faut le voir pour le croire ! Ce qu’on en dit est encore en-dessous de la réalité dans tous les domaines : les infrastructures, le numérique, la biologie… Il y a un esprit d’entreprise et de prise de risque époustouflants. En 20 ans, l’expansion y a été fulgurante. »

Des boulangers aux petits oignons « Depuis 2017, Lesaffre développe un programme de mécénat pour les artisans boulangers français. Chaque année après un processus de sélection, nous remettons à 10 jeunes diplômés en boulangerie 10 000 € pour les soutenir dans leur projet de création ou de reprise d’une première boulangerie artisanale. Pendant un an, ils sont accompagnés par un parrain boulanger de chez Lesaffre et bénéficient de conseils personnalisés. »

#ESSECChangedMyLife « J’ai autant aimé la prépa que l’école. C’est une formation complète, très ouverte sur le monde. En dehors des cours de finance, j’ai particulièrement apprécié ceux sur l’analyse de la décision et la modélisation de la négociation dans la théorie des jeux. Même si c’est assez théorique et matheux, cela m’a permis de poser des cadres dans les processus de décision et de négociation. Quand on manage, on a beaucoup de choix à faire et on est souvent confronté à ces situations. Je m’en sers encore aujourd’hui. Enfin, le cours « Monnaie et banques » par Patrice Poncet, m’a passionné. Plus tard, avec l’ESSEC IMD, j’ai suivi des formations relatives à la stratégie d’entreprise et au marketing BtoB, excellents retours aux méthodes après des années de pratique !»

Contact : a.baule@lesaffre.com

[Tribune] Dépassons la sidération et préparons la reprise ensemble !

thieu Gabai président de l’agence Epoka publie une tribune en forme d’appel à la solidarité au monde de la communication.

[Expert Audencia] comment les artistes sculptent les données

L’artiste contemporain aide à nous interroger sur le monde dans lequel nous vivons et à revisiter les grandes questions de l’existence.

Le MSc « Strategy & Design for the Anthropocene » obtient l’accréditation de la Conférence des Grandes Ecoles et lance ainsi son recrutement.

L’ESC Clermont Business School et Strate Ecole de Design avaient annoncé la création de leur diplôme conjoint à la fin du mois de novembre 2019. La CGE vient de leur accorder son accréditation, soulignant notamment une réelle différence de positionnement et une rupture intéressante par rapport à l’ensemble des formations traditionnellement orientées sur la RSE ou le Développement Durable.

Faites de votre marque une championne des réseaux sociaux !

Tuto des pros de l’agence digitale Braaxe : comment gérer les réseaux sociaux d’une marque ? Leurs 7 conseils.

« Impossible de faire correctement mon métier de directrice du CELSA si j’arrête la recherche ! »

A la tête du CELSA Sorbonne Université depuis 5 ans, Karine Berthelot – Guiet se livre sur son rôle et son engagement de directrice pour cette école intégrée à Sorbonne Université

Olivier Grassi nommé nouveau directeur de l’IAE Caen

L’IAE Caen, école universitaire de management, annonce la nomination de son nouveau directeur général, Monsieur Olivier Grassi, dans le cadre d’un mandat d’une durée de 5 ans.
Sa prise de poste est effective à partir d’avril 2020. Olivier Grassi a nommé Philippe Piard directeur-adjoint.

Influenceurs : le marketing derrière vos écrans

Blogueur, Youtubeur ou Instagrameur, les influenceurs font rêver les Français. Mais qui sont-ils ? Coup de projecteur sur un nouveau métier.

[Analyse GEM] Big Data : créer de la valeur en transformant des masses de données en information

L’une des clés pour que le big data soit source de croissance est de comprendre ce que représentent réellement ces données

ISEN Yncréa Ouest : les nouvelles habitudes de travail d’une école d’ingénieurs en période de confinement

Le confinement national a été imposé à partir du mardi 17 mars. Le mardi soir, la solution d’enseignement à distance d’Yncréa Ouest était migrée sur des serveurs dimensionnés pour supporter la charge de connexion de l’ensemble des étudiants en simultané. Dès le mercredi matin, les cours reprenaient selon des emplois du temps légèrement aménagés (90% des cours inchangés).

Nouvelles mesures de solidarité du Chapitre des Grandes écoles de management en faveur des étudiants et familles

Réunis le 31 mars au matin en Assemblée Générale Extraordinaire à distance et compte tenu des conditions sans précédent auxquelles le secteur doit faire face, les membres du Chapitre des Grandes écoles de management ont proposé et validé plusieurs mesures communes concernant les modalités des concours 2020, fidèles aux valeurs qu’ils partagent : la solidarité avec les étudiants et leurs familles mais également la solidarité et la cohésion entre toutes les écoles qui composent le Chapitre en lien avec les recommandations du MESRI.