LES RÉSEAUX SOCIAUX SONT DES OUTILS POUR LES RECRUTEURS, QUE CEUX-CI RECRUTENT DES CANDIDATS POUR UN MASTER OU POUR UN POSTE SALARIÉ. DEPUIS 2012, LES RECRUTEURS, D’APRÈS L’ÉTUDE DE RÉGIONSJOB1, RECONNAISSENT UTILISER LES RÉSEAUX SOCIAUX NON-PROFESSIONNELS ET PROFESSIONNELS POUR SE FAIRE UNE IDÉE DES CANDIDATS. UN PROFESSEUR DE L’UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE, LORS DE L’ÉPREUVE ORALE DE SON MASTER2, A DEMANDÉ EN 2013 AUX CANDIDATS DE PRÉSENTER UNE COPIE LEUR COMPTE FACEBOOK. UN CANDIDAT A ÉTÉ REFUSÉ3 AU MASTER 2 MARKETING ET TIC DE L’UNIVERSITÉ D’ANGERS, CAR IL N’AVAIT PAS DE COMPTE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX.

© Fotolia

© Fotolia

Les candidats doivent être présents sur les réseaux sociaux…
Un candidat doit ainsi être présent sur les réseaux sociaux, c’est-à-dire avoir un compte sur chaque réseau social professionnel et non-professionnel de masse, dont les informations mettent en valeur ses qualités. L’absence de compte est à proscrire, pour deux raisons : d’une part, entre un candidat avec un compte le mettant en valeur, et un candidat équivalent sans compte, le recruteur aura tendance à éviter l’inconnu et à choisir le candidat avec le compte ; d’autre part, sans compte, il est difficile de vérifier ce que d’autres ont publié sur soi-même : photos de fêtes…

 

…et en adopter un usage responsable et professionnel
Il faut également avoir conscience que les recruteurs, lorsqu’ils vérifient un candidat via les réseaux sociaux, peuvent être influencés dans leurs décisions par des éléments qui devraient être considérés secondaires. Ils n’ont pour la plupart pas suivi de formation spécifique à l’utilisation des réseaux sociaux dans leur processus de recrutement. Il est donc nécessaire pour le candidat de faciliter au mieux la tâche du recruteur, et de lever le plus possible ses doutes. Il ne suffit donc plus d’être sur les réseaux sociaux, il faut montrer que l’on a adopté un usage responsable et professionnel de ces outils. Les publications peuvent nuire durablement à une réputation dans une société où tout écrit est non seulement daté, enregistré, sauvegardé, mais peut éventuellement devenir accessible à tous (par exemple, les mails des salariés de Sony divulgués4). La ligne éditoriale, c’est-à-dire les thèmes sur lesquels on publie, doit être visible et cohérente. La ligne de conduite consiste à se fixer un comportement : décider la fréquence à laquelle publier, toujours expliquer ce que l’on publie pour éviter les malentendus. Il faut penser aux conséquences de chaque publication : à qui peut-elle nuire ? Comment serait-il possible de réparer ? En serait-on seulement capable ? Les recruteurs peuvent si l’on donne des informations trop détaillées, voire imprudentes, en déduire que l’on fera de même au sein de leur entreprise ou unité de recherche.

 

Séparer comptes professionnels et comptes personnels
Pour finir, si une organisation, lors d’un stage, demande à un étudiant de créer un compte sur un réseau social professionnel ou non-professionnel, il faut être conscient qu’il s’agit d’un compte professionnel en tant que stagiaire : une fois l’organisation quittée, le compte reste la propriété de l’organisation ; selon le réseau social ou les informations publiées, il est envisageable que le compte soit fermé. Il est tout-à-fait possible de cumuler différents comptes : un compte en tant que membre d’une association, un autre en tant que stagiaire d’une organisation, un troisième en tant que personne publique, enfin un compte privé que l’on réserve à ses proches.

 

JUDITH LUKOKI est Présidente d’Ethical Social Network, une association Loi 1901 créée le 1er avril 2012 devenue organisme de formation, qui estime que les médias et réseaux sociaux sont utiles aux citoyens pour interagir, trouver et garder un emploi. Il faut, comme pour chaque outil, les connaître pour en faire un usage citoyen et responsable.
À cette fin, nous avons mis en place des formations à l’usage citoyen et responsable des médias et réseaux sociaux à destination des élèves, des étudiants, des salariés, des cadres, des dirigeants, des chefs d’entreprise et des demandeurs d’emploi pour que chacun d’eux dispose des bases requises pour utiliser sans drame les médias et réseaux sociaux. La Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) a reconnu la qualité de notre méthodologie et de notre contenu en labellisant le 15 octobre 2013 notre formation à destination pour les 12-18 ans.

 

1 (http://groupe.regionsjob.com/media/docs/ resultats_enquete_2012.pdf)
2 (http://www.leparisien.fr/societe/facebook- a-failli-etre-un-critere-d-entree-a-dauphine- 29-06-2013-2939423.php)
3 (http://jactiv.ouest-france.fr/job-formation/se-former/ pas-compte-twitter-pas-master-50695)
4 (http://deadline.com/2014/12/sony-hacktimeline- any-pascal-the-interview-northkorea- 1201325501/)

 

Par Judith Lukoki
Présidente d’Ethical Social Network
judith@ethicalsocialnetwork.org