Depuis 135 ans, Léon Grosse a su bâtir une réputation solide dans le secteur du BTP et s’imposer comme l’une des cinq plus grandes entreprises françaises de bâtiment. Sa marque de fabrique ? Une organisation au service des humains et non l’inverse. L’un des piliers de la vision portée par Nicolas Bouley (X 96), directeur régional de Léon Grosse.

Nicolas Bouley (École Polytechnique, 96), directeur régional de Léon Grosse

Nicolas Bouley (École Polytechnique, 96), directeur régional de Léon Grosse

Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre Léon Grosse ?

Léon Grosse souhaite donner une dimension supérieure à son activité. Cette entreprise est plus agile, plus innovante et plus flexible qu’un grand groupe, ce qui nous rend plus pertinent sur le marché. Occuper ce poste dans une entreprise avec un tel potentiel de développement est passionnant.

 

Votre taille est donc un atout ?

Absolument. Elle facilite le dialogue et les décisions. L’entreprise est très ouverte sur ses collaborateurs car nous sommes en pleine mue. En 2 ou 3 ans à peine, nous avons atteint le niveau des majors en favorisant le travail collaboratif.

 

Comment s’exprime votre innovation ?

Nous plaçons la connaissance de la production au cœur de nos systèmes pour nous montrer plus réactifs et efficaces grâce au BIM – la maquette numérique –, à l’introduction de moyens automatiques de production comme des drones, des robots d’assistance humaine sur les chantiers…

 

Quels profils alors pour vous accompagner ?

L’ouverture d’esprit, l’innovation, la curiosité sont des atouts clés. Il faut savoir rester humble et se mettre en situation d’apprendre. Nous avons une école interne de formation à l’ensemble des métiers en pratique mais la formation polytechnicienne est excellente car elle donne une réelle capacité à appréhender des situations complexes et nouvelles. Nous avons ainsi recruté 3 Polytechniciens l’an dernier parmi les 300 collaborateurs qui ont été embauchés !

 

Cette polyvalence est essentielle dans votre secteur ?

Le métier est très ouvert aux compétences humaines. Le secteur de la construction est au cœur des enjeux énergétiques et climatiques. C’est ce qui m’a plu : être entrepreneur au cœur de métiers qui créent de la valeur… même si j’ai conservé ma culture ingénieur. C’est en hybridant que l’on est performant ! Je garde ainsi un excellent souvenir de mes cours d’humanité à l’X.

 

 « Un acteur à taille humaine au sein duquel chaque collaborateur participe à la révolution. »

 

Les 4 axes de développement de Léon Grosse : être une entreprise plus fiable, plus humaine, plus innovante et plus sociale !
Une entreprise 100 % entrepreneurs : « Les collaborateurs entreprennent ensemble à tous les niveaux. Entreprendre, c’est oser, avoir de l’audace, relever de nouveaux défis. Nous allons attaquer de gros chantiers dans le cadre du Grand Paris ou de notre branche dédiée au nucléaire. Nous créons de nouveaux métiers et confions de nombreuses responsabilités aux jeunes. » Un vrai facteur d’engagement !
Encourager l’innovation : Léon Grosse organise un Trophée de l’innovation interne autour de 3 axes : maquette numérique, savoir-faire et pratiques de groupe, et trucs et astuces pour améliorer le quotidien.
Le BTP, c’est du sport : Léon Grosse organise régulièrement des tournois de foot, des séjours au ski… « Le bien-être de nos collaborateurs est essentiel pour gérer la complexité des projets. » Une passion pour le sport que lui a transmise Polytechnique. « Je me souviens des superbes installations sportives que nous avions. Je faisais du volley mais si j’avais pu, j’aurais pratiqué 2 ou 3 autres activités ! »
Le saviez-vous ? Nicolas Bouley était membre du binet de robotique. Il a même été vice-champion d’Europe de la discipline.

 

Que signifie pour vous « être Polytechnicien en 2017 » ?

 Chiffres clés : CA 2016 : 800 M€ / Effectif : 2 200 collaborateurs / 61 agences et filiales en France et Outre-mer 

Contact : Nicolas Bouley, directeur régional Île-de-France de Léon Grosse : n.bouley@leongrosse.fr