« Faire rayonner l’équipe de France économique », telle est la philosophie de Dominique Carlac’h, porte-parole et VP du Medef. Seule femme dans la course à la succession de Pierre Gattaz à la tête de l’organisation patronale en 2018, son profil de femme ex-athlète de haut niveau et dirigeante de PME détonne. Elle revient sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme.

 

Pouvoir et genre, deux thèmes indissociables ?

Dominique Carlac’h, porte-parole et VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme

Dominique Carlac’h, porte-parole et VP du Medef revient sans détour sur son parcours, ses engagements de chef d’entreprise et ses combats de femme

En absolu ou en théorie, non le pouvoir n’a pas de sexe. Le pouvoir c’est l’influence, le processus qui amène à prendre des décisions pour le collectif. Mais pour beaucoup, il relève encore d’un organigramme assez naturellement pyramidal et rarement systémique. Et en haut de la pyramide (comme en haut d’un trône !), l’inconscient collectif et les stéréotypes placent encore la hiérarchie des normes masculines avant le matriarcat. Mais pourtant, exercer une responsabilité sur un collectif,  prendre des décisions ou gérer la collectivité, ça n’a pas de sexe !

Femmes et sportive de haut niveau, vous n’entriez donc pas vraiment dans les cases ?

La figure du président du Medef est celle du patron des patrons et renvoie donc à des stéréotypes masculins. Dans ma représentation médiatique on a beaucoup parlé de ma féminité, le symétrique de l’intériorisation de l’homme au sommet du pouvoir. Une femme arrivait dans la campagne ! Ma candidature était vue comme un phénomène. D’autant plus qu’on abordait aussi mon  passé de championne de France junior du 400m. Un processus qui m’a à la fois enfermée et propulsée dans la singularité. Je n’étais pas spontanément interrogée sur mon programme. J’étais, soit un ovni venu de nulle part, soit quelqu’un qui incarnait la différence. Mais en tout cas, pas le stéréotype attendu pour prendre le poste !

Un choc ?

C’est certain. Toute ma vie, j’ai avancé uniquement selon mes convictions et mes expertises. Toute ma carrière et tout mon succès entrepreneurial ne sont pas liés au fait que je suis une femme ou une sportive mais bien à mon expertise et à ma robustesse dans le monde des politiques d’innovation. A 49 ans, j’ai découvert que tout ça pouvait ne me servir à rien. Auparavant, je n’avais jamais été victime de sexisme et j’ai compris lors de cette campagne que ça existait encore bel et bien dans les sphères de pouvoir. Une des pires réflexions que j’ai pu entendre ? « C’est une femme mais tu vas voir, elle est pas mal ».

C’est pour cela que vous avez créé le réseau Femmes du Medef ?

Le réseau vise d’abord à lutter contre l’enfermement des femmes dans cette singularité. Montrer qu’il y a d’autres singularités, qu’une femme qui réussit n’est pas l’arbre qui cache la forêt. Par ce réseau, nous souhaitons aussi dire aux femmes que tout est possible. Vous pouvez tout faire, vous pouvez tout être !

Votre conseil à une jeune femme pour assumer ses ambitions ?

Cultivez votre compétence et imposez là… sans forceps. Soyez simplement fière de votre expertise, quel que soit le domaine. Si vous avez une pulsion, allez à fond sur ce qui vous fait kiffer ! Moi c’était l’innovation technologique. J’avais 19 piges, j’étais une littéraire mais j’étais hyper excitée par l’idée d’aider la société à sortir des cavernes en créant des usines à la pointe. S’il y a un truc qui vous botte, allez-y à fond. C’est ça qui fera votre reconnaissance et c’est avec cette reconnaissance que vous pourrez aller au plus haut. Et surtout, ne vous laissez pas enfermer dans cette question de genre. Prenez des risques dans des domaines où la hiérarchie des normes et les stéréotypes ne vous attendent pas. Méfiez-vous des Cassandre qui vous demandent si « c’est bien fait pour une femme ? ». Soyez certaine qu’on peut partir à la bataille avec vous parce que vous êtes une « personne de pouvoir » et non « une femme de pouvoir ».  

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.