Viser la lune, ça ne leur fait pas peur ! Même à l’usure, elles y croient encore et en cœur. Ileana Randazzo (ESSEC Business School 10), Secrétaire général, Caroline Clapier (GEM 05), Directrice administrative et financière, et Catherine Galatoire (KEDGE Bordeaux 95), Directrice commerciale et marketing, ont trouvé l’entreprise parfaite en accord avec leur philosophie : CBo Territoria.

 

Au cœur de l’Océan Indien, la Réunion. Entre volcans, forêt tropicale, plages de sable fin et champs de cannes à sucre, des zones urbaines émergent. Quartiers résidentiels ou quartiers d’affaires, CBo Territoria dessine le paysage de cette île française avec tout son panel de couleurs. Car cette entreprise, qui a connu une croissance exponentielle depuis sa création en 2004, est à la fois aménageur, promoteur immobilier et détenteur d’un important patrimoine foncier. Elle développe aussi des espaces de coworking et un hub d’innovation pour startups.

Toujours dans le respect de l’environnement ! Un engagement essentiel pour CBo Territoria. Professionnalisme, transparence, responsabilité et respect mutuel : ses valeurs. Une culture d’entreprise, qui estime aussi l’égalité femmes-hommes, à laquelle ont tout de suite adhéré Ileana Randazzo, Caroline Clapier et Catherine Galatoire. Trois femmes, trois générations, trois parcours. Leurs histoires avec CBo Territoria tissent une tresse de parité et de solidarité.

Vos premières impressions en arrivant dans l’entreprise ?

 

Catherine Galatoire

Catherine Galatoire : Quand je suis arrivée dans le groupe il y a cinq ans, après un parcours très éclectique en dehors du secteur immobilier, je m’imaginais un univers très masculin. Un monde où règnent ingénieurs et techniciens, qui pourraient être un peu contrariés par mon arrivée. En plus, je venais développer toute la dimension commerciale et client de l’entreprise : un challenge important. Mais les choses ont pris très vite une tournure favorable ! Tous les collaborateurs ont été très accueillants et m’ont fait confiance pour innover et faire grandir CBo Territoria à leurs côtés.

 

Ileana Randazzo

Ileana Randazzo : J’ai longtemps travaillé sur Paris, dans des grands groupes bien huilés. Et ce qui m’a de suite plu en arrivant chez CBo Territoria, c’est de découvrir une entreprise à taille humaine qui encourage l’autonomie et la liberté. Il y a une vraie culture de « développeur », où chacun peut être force de proposition, innover et concrétiser ses idées.

 

Caroline Clapier

Caroline Clapier : Pour ma part, je suis arrivée en 2009 au poste de contrôleur de gestion. Je pensais rester trois à quatre ans uniquement, puis poursuivre ma carrière ailleurs. Mais finalement, en découvrant la société, je ne pouvais qu’y rester ! CBo Territoria donne la chance aux collaborateurs de progresser, de monter en compétences et d’évoluer dans leur carrière. J’ai moi-même évolué en tant que Directrice du contrôle de gestion avant de passer DAF.

Comment CBo Territoria fait émerger les talents féminins dans ses équipes ?

IR : Chez CBo Territoria, il n’y a pas de distinctions propres entre femmes et hommes. Pas de sexisme, ni de discrimination positive. C’est la motivation, les compétences et le potentiel qui font la différence. Pas le sexe.

CC : Evidemment, l’entreprise veille quand même à l’égalité femmes-hommes. En décembre 2018, CBo Territoria était fier d’annoncer la parité complète dans ses équipes : il y a désormais autant de femmes que d’hommes parmi les collaborateurs. C’est quand même plaisant !

Leadership au féminin : qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

CG : C’est la main de fer dans le gant de velours. Au comité de direction nous sommes trois femmes et nous arrivons plus facilement à faire passer nos idées. Certains leaders féminins arrivent plus souvent à mettre les formes et revaloriser l’humain. Pour preuve : les problématiques de bien-être au travail sont apparues à mesure que les femmes accédaient aux boards.

IR : A contrario, je ne pense pas que le « leadership au féminin » existe. Le leadership est non genré d’après moi. Tout est une question de caractère et de traits de personnalité. La finesse et l’intelligence de situation ne sont pas l’apanage des femmes.

CC : Les femmes sont généralement plus sensibles, empathiques, fédératrices, douces, sans oublier d’être rigoureuses et exigeantes. Bien entendu certains hommes possèdent également ces qualités.

Stress, doutes, contrôle… Avez-vous déjà ressenti cette pression de devoir être une parfaite working girl ? Que faire pour lâcher prise ?

CC : Je suis moi-même de nature très angoissée. Je me mets la pression toute seule mais cette exigence envers moi-même est une force car elle me permet de me dépasser et de trouver dans mes réussites une réelle satisfaction. Grâce à la sophrologie, que j’ai découverte lors de ma prise de poste en tant que DAF, j’apprends à souffler et à me libérer, pour mieux me concentrer et contrôler cette pression. Enfin, le soutien familial est essentiel.

IR : Pour moi aussi, la famille est très importante. J’ai toujours ce souci de bien faire, cela fait partie de ma personnalité. Et lorsque je ne parviens pas à remplir mes exigences, je sais que je peux compter sur mes proches pour extérioriser. Ne surtout pas garder ses problèmes professionnels pour soi, il faut en parler, savoir relativiser et ne pas hésiter à demander conseil. CBo Territoria sait aussi être à l’écoute en cas de difficultés et essaie de trouver des solutions. Le sport et le piano m’aident bien également à décompresser !

CG : Etre perfectionniste, c’est mon leitmotiv ! C’est essentiel pour être manager de donner l’exemple et de toujours essayer de faire au mieux. Pour autant, je m’accorde le droit à l’erreur. On ne peut pas toujours avoir 20 / 20 ! Avec la maturité, on le gère de mieux en mieux. Et puis, en contrepartie, il faut s’accorder du temps pour soi. Dans le monde professionnel, on court un marathon et la distance est longue et intense. Pour avancer, nous devons nous protéger, apprendre à déconnecter et nous concentrer sur notre bien-être pour rester performante.

Quels conseils donneriez-vous aux nouvelles recrues ?

CG : Osez le leadership ! N’attendez pas tout de votre employeur, agissez avec vos propres moyens. Avec passion et exigence. Chez CBo Territoria, on peut être créatif, curieux, entreprenant. Soyez performant. Mais sans pour autant négliger votre équilibre vie pro / vie perso. Car on ne peut pas briller au travail si on ne prend pas le temps d’aller bien sur le plan personnel.

IR : Ne vous mettez pas vous-même des bâtons dans les roues. Poursuivez votre objectif, en vous en donnant les moyens, et n’oubliez pas de toujours penser à ce qui est bon pour vous.

CC : Homme ou femme, soyez toujours persuadé que vous en êtes capable, ayez confiance en vous.

#MentorMentor : Homme ou femme, quel est votre rôle modèle ?

CG : Mon grand-père maternel. Il était cadre dirigeant du groupe Saint-Gobain, il avait de grandes responsabilités et surtout de belles valeurs : la ténacité, la résistance, l’humilité, l’écoute, et le respect. Pour lui, une entreprise n’est rien sans TOUS ses collaborateurs, de la femme de ménage au PDG. C’est pourquoi, il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour que ses équipes se sentent en confiance et en sécurité dans l’entreprise. Un driver pour moi aujourd’hui, manager à mon tour.

CC : Un ami. Il a suivi la même formation que moi et il a très vite progressé à des postes intéressants. Il m’a motivé et m’a donné confiance. S’il a réussi, pourquoi pas moi ?

Chiffres clés 2018 : 85 M€ de CA / 120 collaborateurs / 3 000 hectares de patrimoine foncier / 2 600 logements créés depuis 2005 / Près de 85 000 m² de locaux professionnels en patrimoine (rendement brut de 7,5 %) / 118 M€ de capitalisation boursière

 

Contact : drh@cboterritoria.com

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.