Petit nouveau ? Alors que le bio était il y a quelques années encore cantonné aux magasins spécialisés, il est aujourd’hui en passe de devenir LA star des rayons des supermarchés. Comment la grande distribution s’est-elle emparée du phénomène ? La bio touch, pourquoi ça marche ? L’éclairage de Rémy Gerin, directeur exécutif de la chaire grande consommation d’ESSEC Business School.

 

Le bio est dans toutes les bouches. Si le célèbre label français « Agriculture biologique » existe depuis 1985,  c’est dans les cinq dernières années que la consommation de bio s’est accélérée. Preuve en est, 71% des Français en consommaient au moins une fois par mois en 2019, selon une étude Spirit Insight pour l’Agence bio.

Les supermarchés loin devant

Rémy Gerin, directeur exécutif de la chaire Grande consommation d’ESSEC Business School

Et contrairement à l’image que l’on peut s’en faire, ce n’est pas au marché que les Français s’approvisionnent mais bien dans les moyennes et grandes surfaces. 77 % des achats de bio se font dans ces magasins, contre 27 % au marché et 24 % dans les magasins spécialisés (source : Spirit Insight pour l’Agence bio). Les raisons ? « La France entière passe chaque semaine dans les supermarchés. Chez Leclerc, Auchan, c’est 1 million de consommateurs par jour, expose Rémy Gerin. Et surtout, les produits bio sont moins chers en supermarché que dans les magasins spécialisés. »

 Prix du bio : UFC-Que-Choisir alerte L’association de consommateurs alertait dans un article en date d’août 2019, sur les sur-marges faites par la grande distribution, notamment pour les produits bio les plus consommés. Exemple, pour la pomme de terre, la tomate et la pomme, les marges brutes seraient respectivement de 83 %, 109 % et 149 % supérieures au conventionnel. La palme reviendrait au poireau, pour lequel la grande distribution margerait 2,5 fois plus que sur le conventionnel.

Les marques bio ont la cote

Et côté communication, la grande distribution est experte ! L’une de ses stratégies : une double implantation de produits bio dans les magasins, avec un univers dédié au bio puis des produits biologiques rangés avec les produits conventionnels, par catégories. Autre réussite : la création de leur propre marque bio. « Le but ? Installer dans l’esprit des consommateurs que l’enseigne s’engage pour eux », explique le directeur de la chaire grande consommation de l’ESSEC. Pari gagnant pour les grandes enseignes qui voient un triple avantage à surexposer le bio. « Répondre à l’attente des consommateurs, miser sur une bonne image… et bien gagner leur vie ! » résume Rémy Gerin.

Les hyper sont verts : vrai ou faux ?

Mais s’agit-il alors de communication ou d’un vrai investissement ? Pour Rémy Gerin, les supermarchés ne font pas de green-washing. « Leur produits sont labellisés bio et on ne triche pas avec ce label, assure l’expert. Et ils font 5 % de leur vente avec : c’est du business, oui, mais de la com’, non ».

Circuits-courts et emballages : les défis de demain De nouveaux challenges émergent pour les grandes surfaces. La question des emballages d’abord. « L’emballage a une vertu de protection qui va revenir à l’ordre du jour avec le Covid-19, rappelle Rémy Gerin. Le problème est le suremballage, conçu par les industriels. La grande distribution fait la guerre à ses fournisseurs pour les alléger. » Les circuit-courts ensuite. « Les consommateurs demandent des produits locaux. Ce qui vient de loin fait peur, ce qui est près nous rassure. Un phénomène voué à s’accélérer avec le coronavirus », analyse Rémy Gerin. La grande distribution va alors être amenée à faire évoluer l’offre en fonction des attentes des consommateurs. « Les produits de fabricants locaux sont encore très à la marge dans les rayons des supermarchés mais cela va se développer », prédit Rémy Gerin.

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.