« Le jeu est avant tout une question de technologie ! » annonce Guy Faia (INSA Strasbourg 83), directeur technique de la FDJ. Alors vous aussi, devenez acteur de la transformation numérique de l’entreprise leader des jeux de hasard et devenez ses nouveaux talents du numérique.

 

Une breaking news sur la FDJ ?

La grande réussite de la privatisation de l’entreprise fin 2019. Une preuve que le marché nous fait confiance et que nous jouons dans la cours des grands. Peu de gens le savent, mais l’informatique est désormais le premier métier de la FDJ. Le campus technologique situé dans la métropole d’Aix-Marseille, site historique où étaient vérifiés manuellement les reçus de jeux et qui héberge aujourd’hui le système informatique du groupe, en est la meilleure illustration.

La FDJ est donc devenue une société de haute-technologie ?

Les solutions technologiques développées par la FDJ soutiennent la réalisation et l’enregistrement de de plus de 17 milliards de mises, réalisées par 26 millions de joueurs. Le système d’information est un outil indispensable pour que les joueurs puissent jouer n’importe où, n’importe quand et sur n’importe quel support. Avec 96 % du chiffre d’affaires réalisé par un réseau de plus de 31 000 détaillants, entièrement interconnectés par un réseau informatique hautement sécurisé, la FDJ représente le réseau informatique le plus étendu de France.

Votre plus beau pari depuis votre arrivée au poste de directeur technique ?

Faire en sorte que le centre technologique de Vitrolles soit en capacité d’opérer pour l’international. Nous avons pour cela recruté des ingénieurs de très haut niveau.

Le hasard a-t-il eu une incidence sur votre carrière ?

La chance, ça se suscite. L’un des plus beaux slogans que je connaisse est celui de la FDJ : tous les gagnants ont tenté leur chance. J’ai démarré ma carrière dans l’industrie mécanique mais j’étais passionné d’informatique et de robotique. J’ai tout fait pour y arriver. Il m’a fallu de la patience et saisir toutes les opportunités pour que l’une d’elles devienne une chance.

Votre trèfle à quatre feuilles ?

Mon environnement familial. Un réel soutien. J’ai également eu la chance d’intégrer une entreprise en mouvement, qui crée de nouveaux métiers en permanence. Ce n’est pas une entreprise statique, elle laisse une grande part à la mobilité interne. Si on choisit une entreprise qui bouge, on bougera avec elle. Et la FDJ m’a donné cette opportunité.

Alors étudiant, quelle carrière de rêve aviez-vous en tête ?

J’aime la construction, j’aime bâtir. Je rêvais donc d’une carrière qui donne le champ libre à la création. J’aime aussi l’autonomie et être en capacité de prendre des décisions. Si je suis devenu top manager, ce n’est pas pour être un patron « donneur d’ordres », mais pour avoir une capacité décisionnelle et emmener mon équipe vers un même but, une mission. Quand j’étais étudiant, je gérais une cinquantaine d’étudiants sur certains travaux et j’aimais déjà fédérer.

La diversité, une priorité pour la FDJ ?

L’égalité des chances est notre moteur. Cela se traduit dans notre recrutement, ouvert à la plus grande diversité : handicap, parité femmes – hommes, intergénérationnel. Une quarantaine de collaborateurs sont également chargés d’accompagner vers l’emploi des jeunes diplômés issus des zones défavorisées dans le cadre de l’association Nos Quartiers ont des Talents.

Le poste pour bien démarrer sa carrière dans son entreprise ?

Aujourd’hui, le nerf de la guerre c’est le big data. Je recommande donc à un jeune diplômé de se former aux métiers de développeur, architecte technique ou responsable de production informatique. Nous recherchons des profils adaptés à nos enjeux de transformation : des personnalités tournées vers l’avenir qui nous apporteront leur créativité et leur savoir-faire.

__________________________________________________________________________________

Adresse de contact : gfaia@lfdj.com

[La gueule de l’emploi] Les soft skills à maîtriser pour être recruté à coup sûr

62 % des dirigeants et managers sont prêts à recruter principalement sur la base des soft skills. Alors plus question de négliger ses « compétences douces » quand on cherche un job

Avec AKKA Technologies, passez le cap du handicap

AKKA Technologies a fêté en 2019 les 10 ans de sa politique d’inclusion des personnes en situation de handicap. Bilan.

La Banque Postale : les bons comptes font les belles réussites !

Pour Perrine Kaltwasser, Directeur des risques groupe, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes diplômés. A vous de les saisir !

QI, QE, QC, QD : tout n’est donc qu’une histoire de Q ?

Quotient intellectuel (QI), quotient émotionnel (QE), quotient de conscience (QC) et même quotient digital (QD) : les nouveaux indicateurs chouchous des recruteurs ?

Sport VS Covid : le match

Comment se portent les métiers du sport en période de crise sanitaire et économique ? C’était l’objet de la table ronde de La Sports Management School sur BeSport.

Reconversion professionnelle : ils ont osé !

C’est décidé, ils ont changé de vie ! Découvrez trois témoignages d’étudiants qui ont décidé de changer leur avenir professionnel.

Avec Bouygues Energies et Services : demain se construit aujourd’hui

Penser l’industrie de demain, voilà le quotidien de Carolle Foissaud, DG du Pôle Industrie de Bouygues Energies et Services.

[Tuto] Comment réussir son entretien en visio ?

Suivez les conseils d’une experte en RH pour bien préparer et passer en toute sérénité votre entretien d’embauche en visioconférence.

J’ai 30 ans et je veux partir à la retraite

Phénomène tout droit venu des USA, la « retraite avant l’heure » a.k.a early retirement commence à gagner l’esprit des trentenaires français. Décryptage

Biscuits Bouvard : Initiales BB

Comme l’explique son DG Pierre Josselin, Biscuits Bouvard doit autant son succès à l’innovation qu’à son intelligence relationnelle interne…