Client first, intégrité, développement des collaborateurs, sécurité et qualité : les valeurs fondamentales de Schindler. On pourrait aussi y ajouter la diversité ! Peu importe son background, chacun(e) peut en effet trouver sa place et évoluer dans le Groupe. Un engagement confirmé par Mylène Cobut (Sorbonne 91), Directeur juridique et Compliance officer de Schindler en France.

 

Schindler, c’est un groupe suisse fondé en 1874… mais surtout un des fournisseurs leaders d’ascenseurs, d’escaliers mécaniques et des services afférents ! Chaque jour dans le monde, 1 milliard de personnes utilisent les solutions de mobilité made in Schindler. Une entreprise à succès, qui porte ses collaborateurs vers le haut.

Au niveau supérieur

Dans la filiale française de ce géant, Mylène Cobut est Directeur juridique et compliance officer. Sa mission ? « Veiller à tous les aspects juridiques et éthiques de l’entreprise et accompagner managers et salariés. » Un travail essentiellement fondé sur la collaboration avec l’ensemble des autres services de Schindler. Ce qui lui plaît, c’est d’ « être au cœur des activités et développer un savoir-faire transversal ». Après 10 ans dans l’entreprise, elle manage aujourd’hui une équipe 100 % féminine ! Car chez Schindler, les femmes ont toutes leur place.

Par palier

Schindler est en effet très investi dans la montée en puissance de ses équipes. Notamment par le biais du Schindler Career Development Program ou encore la Schindler Académie, qui promeuvent les profils à haut potentiel. Des programmes internationaux, comme nationaux selon les cas, et multidisciplinaires, qui peuvent durer jusqu’à 6 ans et durant lesquels les participants occupent différentes fonctions, de technicien à manager de centre de profit en passant par chef de chantier ou commercial ! Objectif : leur offrir les bagages nécessaires pour évoluer rapidement selon leurs aspirations professionnelles. « Ces programmes sont sélectifs mais sont ouverts à toutes les personnes motivées qui ont envie d’apprendre », précise Mylène Cobut.

Le groupe propose aussi un parcours spécial pour les femmes qui veulent atteindre de plus hauts postes et / ou partir à l’étranger : Women in Leadership Program. « La volonté de Schindler est claire : avoir plus de femmes leaders et diversifier ses équipes au maximum. »

Pas question de rester au rez-de-chaussée

Chez Schindler ou ailleurs, être une femme n’a jamais été un frein. « Dès le début de ma carrière, j’ai relevé sans fléchir le challenge de se faire entendre, en tant que jeune juriste, par les opérationnels – souvent des hommes », explique-t-elle. Elle ne s’est ainsi jamais démontée et a toujours senti qu’elle était the right person at the good place. « Tout dépend de l’entreprise et du milieu dans lequel on évolue. Surtout, ne pas s’autocensurer. Car être une femme peut même être un avantage. Nous savons mieux gérer les conflits et miser sur le collaboratif, c’est une force. » N’ayez pas peur de monter les étages !

#MentorMentor « J’ai eu la chance d’avoir des managers qui m’ont fait confiance et qui m’ont laissé de l’autonomie. Mais pas de mentor officiel. Ce qui m’a le plus inspirée durant ma carrière, ce sont les valeurs portées par les entreprises dans lesquelles j’ai travaillé. Les faire vivre, les incarner, être en accord avec elles, se sentir à l’aise dans son environnement professionnel m’a boostée. »

On recrute…

… des profils techniciens, commerciaux et responsables de centres de profit dans toute la France !

Chiffres-clés : 2 500 employés en France / 60 000 dans le monde / Un parc de 100 000 appareils en France / 1 milliard d’usagers quotidiens dans le monde / 145 ans d’expertise / Une présence dans plus de 100 pays

Contact : mylene.cobut@schindler.com

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.