Gestion des données, IA et innovations digitales sont au cœur de la stratégie du premier assureur français. Stanislas Roth (X87), Chief Data Officer chez AXA France, vous invite à participer aux évolutions technologiques du groupe.

 

20 ans chez AXA : le secret de cette longévité ?

La curiosité et la capacité à m’adapter. J’ai fait pas mal de métiers chez AXA. J’ai commencé en tant que jeune actuaire, puis directeur technique sur du risque de particuliers, puis directeur général d’une structure d’assurance dédiée aux partenariats, puis chief pricing officer au niveau du groupe. Je suis ensuite parti 5 ans en Belgique où j’ai exercé en tant que directeur technique pour l’assurance entreprise, jusqu’à mon poste actuel. J’ai toujours essayé de faire des choses nouvelles et c’est aussi ce que j’explique à mes équipes : il faut évoluer pour développer son employabilité, car l’assurance est un secteur qui bouge ! L’esprit d’équipe est également une qualité très importante : ça crée du réseau et ça m’a vraiment aidé quand je suis revenu en France.

AXA, fan des startups ?

Le groupe AXA a toujours encouragé l’innovation notamment dans le digital. Pour preuve, chez AXA France, le digital contribue à plus de 15 % de l’activité traditionnelle, et c’est 100 % dans le business direct porté par Direct Assurance ! AXA a aussi par exemple investi 100 millions d’euros dans Kamet, notre incubateur d’innovations technologiques qui supporte des startups innovantes dans tous les secteurs d’activités : médical, télématique, automobile, cyber, etc. Car elles sont un bon laboratoire de l’usage potentiel des nouvelles technologies et nous permettent d’être beaucoup plus agile.

L’IA chez AXA ?

Elle joue un rôle essentiel pour simplifier les parcours clients. L’assurance est une industrie basée sur la data et nous en collectons beaucoup chez AXA !  L’IA nous permet d’exploiter toutes les données, même les données non structurées, afin de mieux apprécier les risques sans inonder le client de questions. C’est également une aide à la décision en interne : traitement des mails, évitement d’erreurs de saisie, meilleur ciblage pour détecter la fraude, etc. Nous utilisons aussi la data pour la reconnaissance d’images. Grâce à des photos aériennes, nous regardons la typologie des bâtiments qui sont assurés pour prévenir les risques éventuels. Quoi de plus attractif pour un jeune ingénieur passionné de data !

Quels premiers jobs un jeune X pourra-t-il exercer à vos côtés ?

Comme AXA opère sur tous les segments de l’assurance, nous sommes en contact avec tous les secteurs économiques et exerçons des métiers très différents. Si un jeune X débute généralement dans un métier scientifique pour glisser ensuite vers des métiers d’expertises ou de management, diversité et évolution seront ses maître-mots ! Pour un ingénieur, il y a vraiment de quoi faire en matière d’exploitation de données et de modélisation ; qu’il s’agisse de tarification, de gestion d’actifs ou de CRM par exemple. Il peut aussi être plus proche du business en tant que souscripteur pour apprécier les risques et négocier des programmes d’assurance de grands comptes comme Carrefour, L’Oréal ou Renault, avec une dimension internationale importante.

Diplômé de l’X : un sésame pour un management différent ?

A l’X, on apprend à exploiter beaucoup d’informations dans un temps réduit avec une bonne gestion du stress. Le point fort ? C’est une école d’ingénieurs avec un enseignement très pointu mais aussi très diversifié comme des cours d’économie ou de philo. De ce fait, nous avons cette ouverture d’esprit et cette capacité à appréhender des problématiques très variées et complexes. C’est une école généraliste mais également très technique.

Votre conseil aux jeunes X ?

Faites le bon choix dans votre orientation à la sortie de l’école. Choisissez quelque chose qui vous plait et qui répond à votre passion. Il n’y a rien de mieux ! Il y a tellement d’opportunités qu’il ne faut pas hésiter à prendre des risques, surtout dans la période actuelle.

CONTACT : stanislas.roth@axa.fr / service.jobs@axa.fr / www.recrutement.axa.fr

Business du vin : un grand cru

Métier de passion ou passion du métier, la commercialisation du vin est un secteur à part entière. BSB a donc ouvert une école à part entière !

Numérique : la France, terre des nouveaux GAFAM ?

Avec son plan France Numérique 2012 – 2020 et la loi pour une République numérique, la France entend s’imposer comme une terre d’innovation.

L’hôtellerie : un secteur bien loti

Avec le tourisme et la restauration, l’hôtellerie est un des plus gros pourvoyeurs d’emploi à l’échelle mondiale. Une étudiante de FERRANDI Paris confirme.

Santé : un secteur en pleine forme

Biomédical, IA, numérique, télémédecine : le secteur de la santé n’a jamais eu autant d’énergie. Comment ce domaine éminemment humain fait-il du digital son meilleur allié pour demain ?

Agroalimentaire/ grande distribution : en route vers transition alimentaire

Equilibre alimentaire, anti-gaspi, vegan, sans gluten, bio, locavorisme, AMAP, drive : l’ère de l’hypertransformation des aliments et des achats en hypermarchés est-elle en train de s’éteindre ?

Nouveau look pour un nouveau luxe

Plus casual, plus digital : vêtu de son nouveau look, le luxe est-il devenu plus accessible aux consommateurs ? C’est en tout cas le défi lancé aux jeunes diplômés qui rejoindront ce secteur.

Développeurs et codeurs : tout le monde se les arrache !

Focus sur la nouvelle formation de l’IESEG School of Management en partenariat avec Le Wagon par Caroline Roussel, Directrice Adjointe de l’IESEG School of Management.

Bonduelle : une boîte qui conserve sa fraîcheur

Légumes en conserve, frais ou surgelés, Bonduelle est une marque familiale, historique et iconique en France mais aussi à l’international.

Aéronautique & défense : qui sera le nouveau Thomas Pesquet ?

Travailler à la NASA ? Un rêve devenu réalité pour Alexandre Kling, diplômé de l’ENSMA. Zoom sur une filière aux multiples défis.

Recrutement, des lendemains qui chantent

Emploi des cadres : tous les indicateurs sont au vert, notamment pour les jeunes diplômés qui représentaient une embauche cadre sur 5 en 2019. Les tendances à ne pas rater en 2020.