Pour Perrine Kaltwasser (X 99), Directeur des risques groupe de La Banque Postale, la finance est un secteur riche en opportunités pour les jeunes ingénieur.e.s. A vous de les saisir !

 

La Banque Postale en une phrase ?

P. Kaltwasser crédits Daniel Mielniczek

Filiale du Groupe La Poste, La Banque Postale est une entreprise à taille humaine de banque-assurance en pleine croissance.

Les défis de La Banque Postale pour 2020 / 2021 ?

Nous allons aider nos clients à surmonter l’épreuve de la crise sanitaire et économique. Nous allons également mettre en œuvre le rapprochement avec CNP Assurances réalisé en début d’année. Troisième défi : continuer d’améliorer l’accompagnement des « clients fragiles »,  adapter notre offre à ceux qui, par exemple, ont des difficultés de lecture ou d’écriture ou ne parlent pas bien français. Enfin,  fin 2020, La Banque Postale Asset Management doit passer 100 % de ses actifs sous gestion en Investissement responsable.

Dans la finance, peu de femmes…

Cela relève surtout d’un paradigme culturel. Nos représentations de certains métiers manquent de diversité. Le secteur financier est souvent perçu à travers des valeurs prétendues masculines comme la capacité à manier des chiffres, la compétitivité, la confiance en soi… De manière générale, ces préjugés sont très présents dans les filières scientifiques, où les femmes sont moins nombreuses.

Pourquoi avez-vous franchi le pas ?

A vrai dire, par accident ! J’ai commencé un peu par hasard dans l’assurance et c’est une femme qui m’a convaincue qu’aller contrôler des assureurs était très intéressant. J’ai donc été contrôler des banquiers, puis des assureurs, et finalement j’ai eu envie de passer de l’autre côté. Du côté de ceux que je contrôlais. Alors je suis entrée dans le secteur de la banque.

Le + de ce secteur ?

Dans un groupe financier, la variété des métiers est incroyable : inspection, gestion des risques, salle des marchés, crédit… On ne s’y ennuie jamais ! D’autant plus avec l’arrivée de nouveaux sujets comme l’économie verte. Ces métiers sont en constante évolution, mais toujours au service de la société.

Votre job de Directeur des risques groupe en trois missions-clés ?

Etre la tour de contrôle de l’entreprise, avoir une vision d’ensemble des risques pour mieux les maitriser et s’adapter aux imprévus.

Vous faites également partie du Comité Exécutif depuis le début de l’année 2020.

J’ai retrouvé ce que j’avais quand j’étais superviseur : une vision globale de ce qui se passe dans l’entreprise. Participer aux décisions stratégiques me plaît aussi.

Poly et technique : quelle dimension de l’école avez-vous préféré ?

J’aimais beaucoup la technique et les maths, mais je préférais la diversité des enseignements : les cours d’infographie, de biologie moléculaire… Et les activités sur le campus en dehors des cours. J’ai par exemple participé à l’organisation d’une course de voile étudiante : la SYWoC.

Un message à faire passer aux jeunes Polytechniciennes ?

Souvent quand une femme est promue, elle se demande pourquoi elle, quand un homme se demanderait plutôt pourquoi on ne l’a pas promu plus tôt ! Mesdames, ayez confiance en vous et en vos compétences. Affirmez-vous. Rétrospectivement, je me donnerais le conseil d’oser plus.

Rejoindre La Banque Postale : le meilleur choix pour un début de carrière réussi ?

La Banque Postale fait partie d’un grand groupe avec beaucoup de métiers différents. On y entre pour un métier mais on peut facilement évoluer vers un autre. Les opportunités du moment ? Inspection générale de la banque, salle des marchés, ingénieurs financiers, direction financière ou direction des risques…

 

Contact RH : adrien.gardel@labanquepostale.fr

 

Chiffres-clés 2019 La Banque Postale

5,65 milliards € de PNB
1,059 milliards € de Résultat avant impôt
752 millions € de Résultat Net Part du Groupe
10,5 millions de clients actifs
1,5 million de clients bénéficiaires de la mission de service public d’accessibilité bancaire et 1,6 million de clients financièrement fragiles

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.