Après des siècles de pédagogie dans une salle de classe en espace confiné, nous, acteurs de l’ESR, avons innové au 21è siècle avec la modernisation des cours à distance, la dotation progressive d’outils interactifs, de salles de cours modulables et de learning lab, ou bien encore par une approche différente de la pédagogie, disruptive et inversée. La crise actuelle et le confinement jouent un rôle fort d’accélérateur et nous obligent à intégrer dans l’urgence de nouvelles méthodes d’apprentissage. L’école telle que nous la connaissons est-elle à l’aube du déconfinement ?

 

« Une relation de confiance plus forte »

Depuis une vingtaine d’années on observe les essais des écoles sur le segment de la formation à distance, via des plateformes pédagogiques (LMS) soit en contenu édité par l’école soit par du contenu externe intégré. Il y eut la naissance de « pur players » de l’enseignement à distance via des MOOC qui ont rencontré leur public mais pas toujours leur business model.

Aujourd’hui nous vivons une véritable accélération subie du modèle distanciel. Sans le confinement, aucune école n’aurait expérimenté en crash test et en grandeur réelle la totalité de ses formations à distance, plus particulièrement le passage en classes virtuelles.

Les écoles ont basculé plus ou moins rapidement depuis le 16 mars dans le modèle en fonction du degré d’intégration du digital dans leur pédagogie : force est de constater qu’aucune n’a en revanche sacrifié ni la qualité de la pédagogie, ni la qualité de l’évaluation au principe de la distanciation du couple élève / professeur.  La réussite du dispositif s’appuie sur le travail des apprenants ainsi que sur l’adaptabilité remarquable du corps enseignant et elle consolide la relation de confiance. La situation nous conduirait alors à lever la contradiction entre l’acte pédagogique de la transmission du savoir massif et descendant à celui du « apprendre à apprendre » individuel.

« Le confinement a ouvert le champ des possibles »

Nous sommes donc au moment de l’histoire où peut s’ouvrir le champ des possibles de l’enseignement individualisé : nous pouvons raisonnablement imaginer des programmes beaucoup plus hybrides, la possibilité par exemple de suivre un double cursus intra ou inter écoles en présentiel et distanciel, une offre de qualité à la fois standardisée mais indéniablement personnalisée selon les choix. Le corps professoral aura un rôle primordial à jouer en accompagnant et en encadrant ces nouvelles offres. La révolution ne devra pas s’arrêter là, placer l’élève au centre du modèle est essentiel, les processus d’admissions devront être revisités laissant plus de place aux valeurs humaines, aux compétences et à l’intelligence émotionnelle plutôt qu’à la performance académique pure.

Pour la rentrée 2021 la communauté de l’enseignement supérieur doit s’interroger encore plus qu’avant sur les évolutions de l’offre, ces dernières auront évidement un impact fort sur l’architecture des campus et des salles de cours.

L’enseignement supérieur ne se trouve pas face à une révolution mais revient aux valeurs fondamentales de la pédagogie, apprendre à apprendre.

Laurent Espine
Directeur d’IDRAC Business School 

www.ecoles-idrac.com

Entrez dans la course contre les hackers avec Vade Secure

Vade Secure fait office de véritable exception à la française dans la cyber sécurité. De start-up, elle est devenue leader mondial dans la sécurité prédictive des emails.

Advitam distribution, la distribution autrement : proximité, nature et valeurs sont au cœur de notre entreprise

« Votre dynamisme et votre passion dans une entreprise, ancrée sur son territoire, aux valeurs humaines fortes » assure Mélanie Masse, DRH Advitam distribution.

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Allez droit au but avec Direct Assurance !

Comme l’explique son PDG Olivier Mariée, Direct Assurance, née du changement, s’adapte idéalement aux changements grâce à son agilité naturelle…

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

« inwi, l’innovation au service de l’inclusion numérique »

Véritable challenger dans le secteur des télécoms au Maroc, inwi offre un environnement innovant et approprié pour développer les talents à l’ère digitale. Témoignage de Nadia Fassi-Fehri (X 90), Présidente Directrice Générale de inwi.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.