Signature électronique, coffre-fort numérique, paiement sans contact via Apple Pay ou PayLib, retrait par SMS… Les services bancaires innovants ne manquent pas. Et au sein des Caisses d’Épargne, c’est IT-CE qui a la charge de les développer ! Une mission stratégique confiée à Bruno Goré (DEA Rennes 1, 85, Supélec 87, ESSEC Business School 98), directeur général d’IT-CE.

 

C’est une vraie révolution qui est en train de s’opérer au sein du secteur bancaire confronté à l’arrivée de nouveaux acteurs. « En tant qu’opérateur IT, nous accompagnons nos clients pour être au rendez-vous de ces transformations technologiques. »

 

Un écosystème porté sur l’innovation

IT-CE travaille aussi bien avec des start-ups de la French Tech que de grands groupes tels que Apple et IBM pour avancer sur l’évolution des services bancaires. Parmi les principaux chantiers d’innovation : numérisation, dématérialisation, cyber sécurité, sécurisation des processus… « 110 000 signatures électroniques sont ainsi effectuées chaque jour dans nos agences ! »

 

Le digital, vecteur de relations humaines

Le digital révolutionne les métiers bancaires et la relation des clients avec leur banque. « Nous sommes au cœur de la digitalisation. Nos clients attendent de nous des experts dans tous les domaines du digital. Cela entraine plus d’interactions au sein des équipes projet, plus de travail collaboratif avec nos clients, ce qui rend cette période passionnante pour l’informatique bancaire. Donc pour un jeune talent, c’est à la fois très enrichissant et valorisant. »

400 recrutements à venir

Cet environnement innovant ouvre de nombreuses opportunités aux jeunes talents pour développer ces expertises en interne : ingénierie de développement en lead, front-end, fullstack, java, Service REST, PHP, mobile, web, etc. mais aussi des architectes, des spécialistes de l’intelligence artificielle et de la virtualisation… 400 recrutements sont ainsi prévus dans les deux années à venir sur les 10 sites en France. Dans un groupe mutualiste, la relation avec les territoires est primordiale.

 

Se transformer en même temps que l’entreprise

Quelles sont donc les qualités essentielles pour évoluer au sein de cet environnement en constante évolution ? Être client first, agile et réactif. « Nous évoluons vers des processus de plus en plus agiles. Nous avons donc besoin de collaborateurs capables de travailler de façon collaborative, réactive et très à l’écoute du client pour fournir des services plus simples et plus adaptés. Il est important d’avoir intellectuellement une capacité d’ouverture pour s’adapter en permanence. C’est cette réactivité qui va faire la différence. Cela veut aussi dire savoir se remettre en cause. »

L’agilité managériale : L’agilité modifie aussi les méthodes de management et s’avère un facteur clé d’évolution professionnelle au sein du 2e groupe bancaire en France. « Nous bâtissons une organisation en mode projet. 7 collaborateurs ont ainsi développé en 4 mois à peine une application pour la prise de rendez-vous par internet. Ce type de projet interpelle toute la chaîne managériale. L’innovation se fait aussi par le management ! »

La capacité d‘adaptation se traduit enfin dans les opportunités de carrière au sein du groupe : transformations fonctionnelles – métier, technologique, marché…-, prise de responsabilités, mobilité géographique, passerelles internes au sein de BPCE… IT-CE vous ouvre les portes d’une carrière riche et basée sur la diversité.

Votre avis compte : Classé dans le top 10 des entreprises high-tech en 2017 par le magazine Capital, IT-CE a mis en place un grand nombre de dispositifs favorisant l’ouverture, l’écoute, le partage… « Les collaborateurs vivent aujourd’hui de manière différente. La relation au travail évolue. Nous considérons l’avis de tous nos collaborateurs y compris de nos alternants et nos stagiaires qui font pleinement partie de notre entreprise. Nous avons besoin des jeunes talents pour développer l’entreprise. »

Un bon manager, c’est quelqu’un qui génère des talents et fait en sorte que chacun puisse avoir la possibilité d’être maître de son destin.

 

CONTACTEZ EN DIRECT BRUNO GORE

1 + 6 =

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.