Inventez la beauté de demain avec LVMH Recherche – L’interview de Bruno Bavouzet

Interview Bruno Bavouzet LVMH Recherche
©LVMH Recherche

LVMH Recherche crée sur mesure des produits de maquillage, soin, parfums et dérivés pour chacune des Maisons du groupe LVMH, leader mondial du luxe. A la pointe de la science et de la technologie, cette structure R&D a fait de la culture de l’innovation, de l’ouverture sur le monde et de l’open innovation le cœur de sa stratégie de croissance. Une stratégie où les jeunes talents ont toute leur place, confirme son président, Bruno Bavouzet (ESPCI Paris-PSL 94 et Université Paris VI 98).

La carte d’identité de LVMH Recherche c’est ?

Interview Bruno Bavouzet LVMH Recherche
©LVMH Recherche

LVMH Recherche est une entreprise à part entière au sein du groupe, tant la dimension d’entreprenariat est forte et centrale pour un centre R&D. Notre mission première est de concevoir les produits de demain, innovants, performants et différenciés, en lien avec l’ADN et l’identité de chacune des Maisons de LVMH. De par notre positionnement dans l’industrie du luxe, à la croisée des chemins entre art, science, soutenabilité et marketing prospectif, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. En ce sens, nous mêlons de nombreuses technologies pluridisciplinaires de pointe afin d’atteindre continuellement des standards de qualité extrêmement élevés, tout en menant une politique environnementale très engagée. Cela sous-entend d’épouser un challenge technique et disruptif très fort vis-à-vis de la recherche sur les matériaux (IA/data, procédés, physico-chimie, biologie…), l’agroécologie (cultures, biotechs…) ou la biologie de la peau. Le but ? Créer des produits et des expériences extraordinaires et uniques qui incarnent une beauté responsable et durable.

Quid de votre positionnement géographique ?

Nous disposons de cinq sites internationaux – composés de 80 % de femmes – ayant pour valeurs communes l’audace créatrice, l’expertise entrepreneuriale et l’intelligence collective. 500 personnes exercent à Saint-Jean-de-Braye, près d’Orléans, (ndlr : le centre Hélios de 18 000 m² rayonne au sein de la Cosmetic Valley), tandis que 200 autres sont réparties entre Paris, Shanghai, Tokyo et Séoul. Parallèlement, nous réalisons du scouting et misons beaucoup sur l’open innovation en nouant en France des partenariats publics (universités, CNRS, INSERM, etc.) et privés (startup, PME, PMI, etc.) ainsi que dans d’autres pays. C’est le cas bien sûr en France mais aussi aux Etats-Unis, en Chine ou au Japon.

Évoquons à présent votre rôle de chef d’orchestre au sein de LVMH Recherche.

J’ai toujours été passionné par l’innovation – et le faitde créer avec d’autres, quelque chose qui n’existait pas auparavant et qui apporte une valeur, ma toujours fait « vibrer ». Cette curiosité permanente a été un véritable don pour moi et elle m’a amené à travailler au sein de la R&D depuis des dizaines d’années avec un intérêt toujours renouvelé. Avec le temps je me suis aussi intéressé aux organisations ainsi qu’aux stratégies qui favorisent cette innovation. Comment emmener une organisation avec enthousiasme et efficacité dans cette belle aventure qu’est l’innovation au sein d’une entreprise ?

J’ai alors appris, au fil des années, au travers de succès et surtout d’échecs, à construire une vision (anticiper est un rôle premier de la R&D), à fédérer au mieux toutes les parties prenantes, à entrainer ses collaborateurs en les accompagnant pour les faire grandir. Tout cela m’a incroyablement enrichi. J’ai beaucoup reçu et remercie tous ceux que j’ai croisés au cours de ma carrière et qui se reconnaîtront. Une des missions fondamentales de la fonction de dirigeant R&D, c’est également d’entreprendre en prenant des risques, en défendant ses convictions et surtout en discernant pour stopper les projets lorsque l’on fait fausse route. Une des clés de la réussite, est je pense, d’être à la fois très ambitieux mais aussi humble en apprenant de ses erreurs et des autres. La remise en question est permanente. Enfin il y a aussi dans ce métier – et c’est vrai pour toutes nos équipes – une notion d’exigence et d’engagement, une véritable envie d’aimer repousser les limites car par définition, l’objet de vos recherches n’est pas garanti ! En résumé, toute cette expérience est un plaisir incroyable à vivre même si cela appelle souvent à une forte qualité de résilience (et ce d’autant plus que l’innovation a un caractère « rupturiste ».

En quoi votre parcours à l’ESPCI Paris a-t-il impacté positivement votre carrière ?

Que vous fassiez de la recherche publique ou privée, il faut savoir à minima de quoi on parle, sans pour autant être un expert sur tous les sujets clés. En ce sens, l’ESPCI a cet atout d’être pluridisciplinaire en façonnant des ingénieurs de rupture, adaptables, créatifs et pragmatiques, dotés d’un grand bagage théorique et expérimental sur le triptyque physique, chimie, biologie (et ce d’autant que ces domaines sont aujourd’hui très interconnectés !). Tout cela permet plus tard de démystifier beaucoup de choses dans la vie professionnelle et d’oser. L’école nous offre également une vraie expérience pratique dans les laboratoires de recherche. Nous mettions vraiment « les mains dans le cambouis » en chimie, en physique ou en biologie. Tout cela donne une force par la suite pour encore mieux se plonger dans les spécificités des différents domaines. Mon cursus ESPCI a été une grande valeur ajoutée tout au long de ma carrière, tout comme le fait d’avoir réalisé une thèse qui est aussi un magnifique parcours de formation par la recherche. L’ESPCI complété par la thèse est une porte d’entrée pour de très beaux parcours dans la recherche publique mais aussi dans le privé au sein de startup, PME ou encore grandes entreprises.

Quelles qualités fondamentales attendez-vous chez vos recrues ?

Il est essentiel que le talent aspire à nous rejoindre « avec le cœur », autant qu’avec la « tête ». Celui-ci doit ressentir une réelle passion pour ce qu’il fait car l’innovation, c’est baigner dans l’incertitude en relevant en permanence des défis. Cela sous-entend une envie de créer, de s’inspirer, d’entreprendre, de collaborer, de fédérer et par là-même de développer une véritable intelligence collective. L’innovation, c’est aussi être résilient car cela ne s’arrête pas seulement à une bonne idée. Entre l’idée et le moment où celle-ci arrive sur le marché, c’est une très longue bataille de résolution de problèmes jusqu’à la phase d’industrialisation qui peut constituer un challenge encore plus complexe. Un chercheur qui s’isole arrivera donc plus difficilement à faire émerger son travail. Ces étapes se franchissent impérativement en équipe et en restant ouvert sur ce qui se fait à l’échelle du globe et en se « remettant en cause » en permanence. Enfin sur le plan des « hard skills », l’excellence technique et technologique est bien entendu un prérequis indispensable.

Quelles sont les opportunités pour les talents chez LVMH Recherche ?

En mélangeant stage, alternance, doctorat et premiers jobs, nous accueillons une centaine de talents chaque année qui vont de bac +2 à bac +8. LVMH Recherche se donne pour objectif de former cette génération à l’innovation de demain à travers nos différents métiers. Ces derniers peuvent prendre la mesure de l’écosystème dans lequel nous baignons. Au sein de LVMH Recherche, nous valorisons particulièrement les stages longs ainsi que l’alternance afin que le jeune prenne le temps de se découvrir et savoir ce qu’il veut. Le tout en étant accompagné par un mentoring très structurant dans une ambiance de travail sérieuse et agréable. Pour résumer, nous avons besoin de matières grises capables de penser cette innovation, de l’industrialiser et de devenir nos ambassadeurs. Plus nous ferons émerger des talents, plus l’entreprise mais plus largement l’écosystème innovation en en récoltera les fruits.

Pourquoi les ingénieurs ParisTech n’ont rien à envier aux ingénieurs formés dans les plus grandes écoles et universités mondiales ?

Ce n’est pas un secret, l’Hexagone regorge d’ingénieurs de grande qualité, et c’est le cas au sein du réseau ParisTech. Nos talents ont ce bagage technique, cette polyvalence et cette vision holistique à 360 degrés très recherchés sur le marché. En toute logique, nous les retrouvons dans les plus grandes structures publiques et privées mondiales. Il me semble néanmoins important de se benchmarker en permanence et de suivre les évolutions rapides et transformantes au niveau mondial des différentes approches de recherche et d’innovation et des nouvelles compétences pour s’en inspirer voire les intégrer rapidement dans nos cursus. L’IA et la robotisation sont devenues par exemple très présentes dans les universités américaines ou chinoises dans tous les domaines de recherche et donnent de vrais avantages compétitifs pour découvrir de nouveaux médicaments, matériaux et autres. Enfin il y a sans doute un intérêt de renforcer dans nos parcours de formation scientifique les compétences « soft skills » comme celle d’entreprenariat ou encore d’intelligence collective.

Contact : www.linkedin.com/company/lvmh-recherche/jobs/

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter