Trois en un ! L’incubateur Centrale-Audencia-Ensa réunit, comme son nom l’indique, l’expertise de trois écoles nantaises : ingénieurs, business school et école d’architecture, pour valoriser l’entrepreneuriat. Une alliance unique qui fait la force de ce dispositif.

L’incubateur est d’abord né de l’association entre l’école d’ingénieurs Centrale Nantes et la business school Audencia en 2013. L’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes, l’Ensa, a rejoint l’alliance en 2015.

« C’est un dispositif d’accompagnement aux startups innovantes en Pays de la Loire, introduit Pierre Durand, le directeur de l’incubateur. Il est unique puisqu’il met en synergie trois établissements d’enseignement et de recherche de premier rang ».

Les startups incubées opèrent dans trois champs principaux : la deeptech, le digital et les projets à impact.

>> A lire aussi : Et si vous vous inscriviez sur le « tinder des métiers » ? – Zoom sur Génération Zébrée une startup incubée à l’incubateur Centrale-Audencia-Ensa

L’incubateur Centrale-Audencia-Ensa, quelle valeur ajoutée sur l’entrepreneuriat ?

De nombreux services aux startups et en premier lieu l’hébergement au sein de Centrale Nantes sont proposés. Les porteurs de projet peuvent aussi y domicilier leur activité, avoir accès à une connexion internet, à une imprimante, aux services supports, etc.

Puis deux programmes d’accompagnement sont mis en place, adaptés à la maturité du projet. « Un premier de « préaccélération » de 6 mois pour les startups en phase « d’amorçage » , expose le directeur. Puis un second, dit « d’accélération », de 12 mois pour préparer la phase de croissance et la levée de fonds. »

Lors de la phase de préaccélération, les startuppeurs participent à un bootcamp et à des workshop tous les 15 jours. « Sur les sujets assez variés comme le pitch du projet, le financement, le marketing digital, la levée de fonds… ». Ils profitent aussi d’un mentoring ou encore d’un cycle de conférences. A l’issue des 6 mois, les startups présentent leur projet devant les investisseurs du territoire. « Une mine d’or de conseils et une manière de créer du lien avec eux », assure Pierre Durand.

Les ateliers deviennent mensuels lors du second programme. Un focus est alors fait sur la partie levée de fond, les RH, l’international.

>> A lire aussi : Adopte un entrepreneur grâce à OneFive !

L’incubateur Centrale-Audencia-Ensa en chiffres

Environ 25 startups en incubation / Entre 10 et 15 nouveaux projets par an / Plus de 800 emplois créés / Plus de 10 millions d’euros levés par les startups en 2020.

Profiter d’un réseau

Rejoindre l’incubateur Centrale-Audencia-Ensa, c’est aussi profiter d’un réseau. En effet, les laboratoires de recherche sont utiles aux projets tech. De plus, les trois écoles regroupent 36 000 alumni. Enfin, les étudiants des écoles sont mobilisés sur les projets des startups incubées.

Autre aspect fondamental pour une startup : l’aide au financement. L’incubateur permet en effet l’entrée au capital de différentes structures comme Centrale Innovation, la CCI Nantes St-Nazaire etc.

Les startups sont aussi en lien avec l’écosystème global, des financeurs, des institutionnels, etc.

>> VIDEO : l’incubateur se présente !

Comment rejoindre l’incubateur Centrale – Audencia – Ensa ?

Deux comités de sélection sont organisés par an. Ils sont constitués d’experts et représentants d’écoles. Pour chaque comité, entre 4 et 8 projets sont retenus.

Pour candidater il faut :

– être étudiant, diplômé ou enseignant-chercheur de l’une des trois écoles ou porteur d’un projet qui pourrait valoriser les expertises des trois écoles

– Avoir un projet innovant et une équipe dédiée (une personne à temps plein sur le projet)

– Développer son activité en Pays de La Loire

Pourquoi intégrer l’incubateur ? On résume !

– Etre challengé sur son projet

– Profiter du réseau qu’il apporte

– Pour son expertise de haut niveau

Ils sont passés par l’incubateur 

Farwind Energy : développe un concept de voilier-hydrolienne permettant la production de carburant renouvelable. Ce dispositif produira de l’énergie propre, disponible à la demande.

– Articonnex : plateforme de mise en relation entre artisans permettant la location ou la vente de matériaux neufs ou d’occasion. La plateforme permet également l’accès à une offre de matériaux et de matériels de déstockage du réseau de coopératives partenaires.

Hera-MI : développe et commercialise des solutions logicielles d’imagerie médicale avancée pour le cancer du sein dans le domaine de l’e-Santé. Ces solutions améliorent la qualité et la précision du diagnostic du cancer du sein tout en diminuant le temps d’interprétation du radiologue. Les patientes sont donc prises en charge plus rapidement leur offrant ainsi de meilleures chances de guérison.