Comment offrir à tous les habitants de la planète des légumes de qualité ? Le défi que le semencier HM.CLAUSE relève, tout en mettant en œuvre sa responsabilité écoenvironnementale. Le crédo de cette BU du groupe coopératif agricole Limagrain ? La high-tech agricole du vivant au service de l’humain ! Rencontre éclairante avec Sébastien Benon (ESA 94), son VP Head of Global Marketing.

 

HM.CLAUSE : une entreprise en accord avec l’esprit de l’époque ?

Interview Sébastien Benon, VP HM.Clause (c) HM.Clause

(c) HM.Clause

Nous travaillons humblement mais passionnément à améliorer les semences potagères grâce à la sélection variétale. Les légumes occupent une part croissante dans l’alimentation mondiale et notre mission est d’offrir les meilleurs produits possibles à un nombre de plus en plus important de pays. Plutôt que d’apporter des intrans chimiques extérieurs, nous œuvrons à améliorer la résistance et la qualité des plantes elles-mêmes et aidons les producteurs à répondre aux challenges environnementaux qu’ils rencontrent, sachant que le marché des légumes, lié au goût, est fondamentalement subjectif et diversifié. Ce qui rend notre tâche aussi diverse et complexe que passionnante.

Vous travaillez pour le groupe Limagrain depuis 20 ans. Qu’est-ce qui motive une telle fidélité ?

La culture d’entreprise du groupe ! Définitivement axée sur l’humain. Limagrain est une coopérative française d’agriculteurs ayant de vraies valeurs : oui au progrès des sciences, mais uniquement s’il est partagé, et en veillant à ce que l’humain (client ou collaborateur), demeure au centre.

Si vous deviez résumer votre métier et son évolution récente à un jeune diplômé ?

Nous mettons la high-tech au service du vivant. Loin de toute industrie agrochimique, nous nous concentrons sur les plantes pour les améliorer génétiquement : comment arriver à davantage de goût, qualité, quantité ou faculté de conservation ? Vaste chantier, absolument passionnant, au cœur duquel la R&D est reine. Raison pour laquelle nous lui consacrons plus de 15 % de notre CA.

Dans votre secteur, qu’est-ce qui a le plus évolué dans la fonction de Directeur Marketing ?

Une part toujours croissante de la planète ne se nourrit plus pour survivre mais pour bien manger. C’est d’autant plus vrai avec les nouvelles générations axées sur l’expérience culinaire, en particulier dans notre pays. Avec cela, les évolutions sont de plus en plus rapides alors que l’évolution des produits vivants prend beaucoup de temps. Il s’agit donc constamment d’anticiper : prévoir l’explosion de la tomate cerise, estimer l’évolution de la consommation du poivron, etc. D’où le rôle essentiel de la R&D et du Marketing.

Que vous apporté votre importante expérience à l’international ?

La compréhension et le respect de la diversité. Le monde des légumes est particulier, non globalisé. Les Turcs n’apprécient guère les melons français, tandis que la mâche est inconnue de 90 % de la planète. La notion de goût étant localement très connotée, impossible d’imaginer une production uniformisée. Il s’agit au contraire de respecter les différences et de travailler les spécificités locales.

Quelle part réservez-vous au marketing d’influence et aux réseaux sociaux ?

Une part croissante, même si nous n’en sommes qu’aux débuts. Certains produits, mis en avant sur les blogs d’influenceurs, ont connus de vrais succès. Ce qui nous a conduits à les développer lorsque la demande était suffisante. A suivre, donc !

Votre message aux étudiants et jeunes diplômés ?

Le monde des semenciers est aussi passionnant que… mal connu. Il est donc de notre responsabilité de faire découvrir au plus grand nombre cet univers plein d’avenir. Nous investissons notamment beaucoup dans les stages et VIE qui débouchent souvent sur de superbes parcours. D’autant plus que la politique du groupe Limagrain à l’égard des jeunes talents consiste à les responsabiliser et faire évoluer rapidement.

Chiffres clés

  • 3 000 collaborateurs dans 20 pays
  • CA 2020 : 350 millions d’euros

 

Contact : beatrice.camier@hmclause.com