Morgan, Cache-Cache, Bonobo, Bréal, La Halle… les marques du Groupe Beaumanoir sont dans les placards de millions de foyers. L’entreprise familiale bretonne tient bon la barre dans un secteur en pleine évolution. « Rejoignez la tribu et partagez des émotions collectives ! » lance Jean-Philippe Serre (INSEAD 2015), DSI chez Groupe Beaumanoir. Ce boss passionné va vous emballer ! 

 

Le nom de Beaumanoir vous laisse perplexe ? Et pourtant, vous connaissez à coup sûr les marques Cache-Cache, Bonobo, Bréal et Morgan. En 30 ans, le groupe breton de distribution de prêt-à-porter est devenu le leader français de la mode accessible en incarnant l’esprit commerçant et la proximité avec le client. « Beaumanoir c’est une communauté de gens qui ont le sens du collectif » assure Jean-Philippe Serre, le DSI du groupe.

 

Be « aware »

L’entreprise Beaumanoir qu’il a rejoint en 2017, après avoir passé 21 années passionnantes chez L’Oréal. « De ces belles années loréaliennes, si je devais retenir un slogan, ce serait celui de notre ancien PDG Owen-Jones : « soyez à la fois poète et paysan ». Puis à 48 ans, j’ai eu envie (voire besoin !) d’un nouveau challenge. Quel que soit l’âge, il faut savoir repérer le bon moment et être acteur du changement pour ne pas le subir. Comme dirait Jean-Claude Van Damme (philosophe illustre, « un peu d’humour ne peut pas nuire »), je conseille aux jeunes de rester « Aware », en mouvement, d’oser, pour saisir la bonne opportunité et changer d’horizon. J’ai aimé les fondamentaux du Groupe Beaumanoir qui n’est détenu ni par un fonds de pension ni par un actionnariat capitalistique. C’est la famille qui tient la boutique, avec une passion indéfectible, et qui prend les décisions stratégiques. »

 

Lean Management

Jean-Philippe Serre supervise l’ensemble des activités : de l’informatique, aux métiers techniques, infrastructures, telecom, en passant par les logiciels de Finance, d’offre, les ERP Retail et e-commerce. « La technologie est un moyen. Ce qui me drive, c’est être au service du business. Quand je suis arrivé, j’ai souhaité avoir une structure hiérarchique simple et aplatie. L’objectif ? Prendre des décisions rapidement et que le chef de chaque niveau soit connecté au terrain, en miroir des équipes MétiersLa clé de mes équipes : la diversité. Je pousse au décloisonnement, au désilotage et aux passerelles transversales pour que les idées s’enrichissent dans la diversité. »

 

En quête d’opérationnels

La preuve : le DSI ouvre grand sa porte aux talents. « Dans mes équipes, tous les niveaux de formation se côtoient. Certains n’ont pas le bac et se forment avec le temps. Quelle fierté pour un manager ! Et je ne fais pas du CV un point de passage obligé. » Chefs de projet, analystes programmeurs, techniciens, développeurs, responsables d’infrastructures, ingénieurs, tous sont les bienvenus du moment qu’ils ont l’appétence du terrain.

« Quand une infrastructure plante, qu’un site e-commerce ne répond plus ou qu’il y a un retard dans un tableau de pilotage, il faut être capable de se remonter les manches et de mettre les mains dans le cambouis, dans une dynamique collective. »

#mes années business school  « Après des années passées chez L’Oréal, l’entreprise m’a permis de suivre le MBA INSEAD Global Leadership For Growth. A 47 ans, cette expérience de vie m’a fait prendre conscience de mes capacités insoupçonnées. Je me souviens de cours très concrets sur l’innovation, le marketing, la logistique, la gestion, la lecture d’un bilan, la stratégie d’achat, les RH. Vivre quinze jours 24h / 24 avec des personnalités de tous les pays m’a profondément enrichi. »

#Capitaine mon capitaine « Après mon diplôme d’ingénieur en 1992, j’ai fait l’armée à l’école militaire de Saint-Cyr Coëtquidan. Pendant douze mois, j’ai fait partie d’une une grande famille, illustre et exigeante… et j’en suis sorti lieutenant puis capitaine aujourd’hui. Cette expérience incroyable m’a appris à vivre en communauté, la discipline partagée et le management participatif par objectif. Notre slogan était « l’audace de servir ». C’est toujours le cas à mon poste. »

#Les off de l’entretien d’embauche : « Quand un candidat me tend son CV, je retourne la feuille et je le lui dis : « vous allez m’expliquer ce qu’il n’y a pas sur cette page ». Il est un peu décontenancé, puis au bout de 30 secondes, ça se libère, on entre dans une discussion décalée et je vois le candidat autrement. Sans doute sous son vrai profil. »

Contact : jpserre@groupe-beaumanoir.fr