Ces nouvelles plateformes en ligne cartonnent auprès de la jeune génération. Les grandes écoles françaises, attentives aux coups de cœur de leurs étudiants, investissent donc TikTok, Twitch, Discord et bientôt ClubHouse, après Instagram, Snapchat et YouTube. Alors flop ou top ? Premiers retours.

 

Le défi : s’adapter à des supports de moins en moins institutionnels et plus interactifs tout en gardant ses valeurs pédagogiques.

TikTok : le lanceur de tendances

D’après la dernière enquête de Diplomeo, Instagram reste le réseau social préféré pour 82 % des 16-25 ans. Mais gare à sa place au top du podium ! Car TikTok fait une percée remarquée dans la mêlée. L’an dernier, seulement 10 % des jeunes l’utilisaient, contre 38 % cette année. L’application chinoise est notamment montée en puissance lors du premier confinement en mars 2020. A la fin du mois d’avril 2020, elle a été téléchargée 2 milliards de fois !

Là où les étudiants seront, les écoles iront ?

Emportées par la foule, les grandes écoles françaises commencent à considérer le réseau social pour s’adresser à leurs (futurs) étudiants. Elles se constituent une communauté et s’approprient les codes de TikTok. « Il se trouve que la nouvelle génération est sur TikTok, comme la précédente est sur Instagram, comme celle d’avant est sur Facebook », rappelle Naomi Huart, chargée de communication éditoriale à l’IIIM. Alors que certaines écoles s’en servent pour vulgariser les cours, d’autres préfèrent valoriser leur vie étudiante. Portrait d’étudiants, tour d’horizon des campus, présentation des associations étudiantes, challenges inter-campus… « Notre stratégie de communication est centrée sur du contenu authentique, en lien avec les réalisations et succès de nos étudiants », ajoute l’experte. « C’est ce qui répond le plus aux attentes des étudiants de KEDGE », confirme Anthony Raymond, Responsable marketing digital en charge des réseaux sociaux et des vidéos à KEDGE Business School. « Nous leur avons demandé directement ce qui les intéresse pour que notre présence sur TikTok soit pertinente. Ouvrir un compte sur les sites et applications à la mode c’est bien, mais il faut toujours qu’il y ait une bonne raison à cela afin d’éviter le flop à la BFMTV sur Twitch. »

#ForYourPage

Même son de cloche du côté de la Sport Management School, dont les nouveaux arrivants en Bachelor ont confirmé qu’ils utilisaient principalement TikTok. L’école spécialisée dans le business du sport a donc fait appel à un de ses étudiants en Bachelor 2, Antoine Soave, influenceur sur TikTok sous le pseudo de @apollon.13 (590k abonnés). « Nos étudiants sont les mieux placés pour parler aux autres étudiants. Nous avons donc laissé la main à Antoine pour créer le compte de l’école @sports.management.school et publier des vidéos », explique Florian Rippert, Responsable Communication Marketing de la SMS. Le principal concerné décrit cette plateforme comme une arme de persuasion 2.0. « C’est super de faire découvrir l’école et ses formations dans un format court et fun qui peut tomber sur la page d’accueil de n’importe qui. » Des contenus décalés et adaptés aux codes musicaux de l’application sont effectivement au programme. « Si Antoine veut danser avec notre directeur pédagogique, il peut ! » L’étudiant a carte blanche. Objectif : faire découvrir l’ambiance de l’école en cette période de distanciation sociale, fermeture des salons d’orientation et annulation des journées portes ouvertes obligent. « La viralité, c’est la force de ce réseau social », complète Florian Rippert.

@sports.management.schoolBienvenue à la Sports management school ! Abonne toi pour suivre cette aventure ##sportsmanagementschool @apollon.13♬ son original – SMS

Discord : la base pour se créer un squad

D’autres ont fait le choix délibéré de ne pas utiliser TiTok. « Il y a trop de soucis concernant les données personnelles et notre communauté est plus active sur Instagram, où nous pouvons aussi poster de courtes vidéos grâce aux IGTV et aux Reels », argumente Christophe Carvalho, Responsable digital de la Web School Factory. L’école a préféré Discord, la plateforme sociale qui permet de communiquer vocalement dans des salons de discussions. « La plateforme facilite vraiment le contact entre étudiants, le staff, les intervenants et les partenaires. Tout en étant plus sympa et dynamique qu’une simple visio. C’est en tout cas le retour que l’on a de la part de nos étudiants qui ont l’habitude de l’utiliser. » La WSF a par exemple organisé son 1er Week-end Challenge en distanciel sur Discord pour faire face au contexte sanitaire. Chaque week-end a un thème : le dernier était par exemple Game of Thrones. « Discord nous a permis de créer des « squads », un peu dans l’esprit qu’on aurait eu en vrai dans nos locaux, avec des salles décorées et des groupes déguisés. » Discord, c’est ça : un tas de fonctionnalités pour monter des communautés en ligne. Pratique lorsque les étudiants d’une même école, sur plusieurs campus, veulent se retrouver pour s’amuser mais aussi avancer, ensemble, sur leurs cours.

>>> A lire : retour sur le Week-end Challenge 2020 de la Web School Factory

Twitch : le nouveau must-have des grandes écoles

Autre plateforme qui a explosé lors du premier confinement : Twitch. Initialement créé pour les parties de gaming en streaming, le site de vidéos en live séduit de plus en plus les jeunes pour les sessions de partage entre streamers et viewers. Les contenus se sont diversifiés : tchit-tchat, cuisine, musique, sport, manga… Même les politiques et les journalistes comme Gabriel Attal et Samuel Etienne investissent ce nouveau canal de communication.

La vie des étudiants mise en avant

A la recherche de lien avec leurs étudiants dans une situation sanitaire qui limite les contacts en direct, les grandes écoles voient en Twitch la possibilité de continuer d’échanger avec toutes les parties prenantes du campus. « Nous faisions déjà des lives sur YouTube et Instagram pour garder le lien avec nos étudiants depuis la fermeture des campus de KEDGE. Ça leur plaisait beaucoup : nous avons déjà eu plus de 3 000 spectateurs uniques sur un live ! Alors, on s’est dit, pourquoi ne pas faire quelque chose de plus qualitatif sur une plateforme plus adaptée au format ? » raconte Anthony Raymond. L’école de commerce lance donc son émission en streaming, en français et en anglais, sur Twitch: KEDGE On Air. Plateau décoré, matériel vidéo pro, deux étudiants présentateurs… L’émission sera diffusée chaque mois et sera ponctuée d’interviews et de reportages sur des thématiques différentes : employabilité, vie associative, recherche et enseignement…

Sur des thématiques tout aussi différentes – cuisine, jeux vidéo, musique…, le BDE de l’ESEO a lancé une chaîne Twitch. Les étudiants en charge du projet ont créé un véritable plateau de tournage comme dans les web tv avec l’aide d’une société spécialisée. Ils animeront deux émissions hebdomadaires, accompagnés d’un invité. Louis Rampal, Président du BDE et étudiant en 1ère année de cycle ingénieur, nous dévoile l’histoire qui se cache derrière la création de cette chaîne Twitch. « C’est en juin 2020, à la sortie du premier confinement, que nous avons lancé notre chaîne Twitch afin d’organiser à distance les campagnes BDE qui ne pouvaient pas avoir lieu en présentiel. On proposait plusieurs activités : blind test, talkshows… Les étudiants ont adoré. La plupart nous ont même avoué que ça leur permettait de casser leur isolement depuis le confinement car sur Twitch, tout le monde peut interagir. Alors, même après les campagnes BDE, nous avons continué et aujourd’hui nous mettons la barre encore plus haute avec le nouveau plateau pour leur proposer le meilleur. C’est devenu un vrai RDV pour les étudiants, comme n’importe quelle émission télé un soir de semaine. »

Cours en stream

Du côté du Digital College, être sur Twitch est devenu indispensable pour rapprocher étudiants et corps enseignants. « Twitch restera, je pense, le maître absolu du live », assène Ridouan Abagri, le directeur et fondateur de l’établissement. L’école spécialisée dans les métiers du numérique organise depuis plusieurs mois des lives animés par le BDE le mardi soir, pour des moments de partage divertissants. Et le jeudi soir, place aux équipes pédagogiques qui pilotent des ateliers interactifs : conseils pour créer son CV, Q&A sur les formations proposées, masterclass pour développer son personal branding… « C’est une autre dynamique qui permet de prolonger l’expérience des cours chez eux, de façon moins formelle mais tout aussi efficace pour apprendre et se former. »

>>> A lire : portrait de Stizo, l’étudiant qui perce sur Twitch

Clubhouse : la suite logique ?

Clubhouse, c’est le petit nouveau encore timide dans le milieu de l’enseignement supérieur. Mais l’application de chatrooms se fait de plus en plus remarquée… et pas que par les Millennials ! Les écoles sont nombreuses à envisager ce moyen de communication unique et personnalisé dans les mois à venir. Pourquoi ? « Pour aider les étudiants à se changer les idées, à discuter sur des sujets de cours ou de société pour nourrir leur réflexion et leur proposer un espace d’échanges qui change. Même si on pense à l’utiliser en interne, nous n’excluons pas l’idée d’inviter des alumni, des entrepreneurs, des étudiants d’autres écoles ou encore des personnalités publiques pour lancer des conversations enrichissantes selon les envies de nos étudiants », répond Ridouan Abagri du Digital College. Bonne idée ?