Le secteur de la cosmétique vous fait rêver ? Rejoignez une marque en pleine croissance qui n’a cessé de casser les codes de la beauté pour devenir numéro un de l’anti-âge en France. « Vivez de l’intérieur une des plus belles success story du secteur ! » assure Bertrand Frohly (HEC Paris 86), CEO des Laboratoires Filorga Cosmétiques.

 

Ne dites pas à Bertrand Frohly qu’il vend du rêve, il vous répondra du tac au tac : « nous vendons de la science et des résultats cliniquement prouvés. C’est pour cette raison que Filorga Cosmétiques est le numéro un sur le segment anti-âge en pharmacies en France. » Un homme passionné par la beauté depuis plus de 30 ans et dont le moteur tient en un mot : l’innovation

La médecine esthétique pour tous

La promesse de Filorga Cosmétiques ? Rendre la médecine esthétique accessible au plus grand nombre. « D’après une étude datant de 2017, 40 % des femmes se disent prêtes à envisager de faire des injections, mais seulement 6 % passent à l’acte. Par peur du résultat et en raison du prix élevé notamment. Notre alternative : la gamme Médi-Cosmétique FILORGA. Prenez par exemple l’un de nos best sellers, la crème Time Filler. Pour 60 €, soit le dixième du budget des injections, la profondeur des rides est réduite de 47 % en deux mois. Comment ? Notre formule contient des actifs utilisés en médecine esthétique avec des résultats cliniquement prouvés. »

Modèle disruptif

Chez Filorga Cosmétiques, pas d’égérie ni de top model pour vanter les bienfaits des crèmes. L’entreprise investit à fond sur la R&D et les nouvelles formules. « Nous sommes une marque jeune, disruptive qui n’a eu de cesse de casser les codes classiques de la beauté. Nous sommes multicanal depuis nos débuts, à la fois en pharmacie, en parfumerie, en grands magasins et sur Internet. Et nous investissons dans les produits. Mes collaborateurs en marketing ont souvent une double formation scientifique et marketing et osent challenger le statu quo. »

Porte ouverte aux ambitieux

Le laboratoire, qui a récemment intégré le groupe Colgate, recrute tous azimuts. « En 2020 nous allons créer une centaine de postes dans le monde, sur tous nos métiers, principalement sur les fonctions commerciales, marketing, digital, finance, supply et les fonctions d’expertises (affaires règlementaires, qualité). Nous recherchons des talents qui ont envie d’entreprendre au sein d’une organisation agile. Grâce au groupe Colgate, nous allons proposer à nos collaborateurs des parcours de carrières plus complets et les accompagner davantage en matière de formation. Nous allons également accélérer notre développement international. »

L’envie d’avoir envie

Le CEO, qui « rencontre toutes les nouvelles recrues », sait repérer en un clin d’œil les personnalités gagnantes « Au-delà du diplôme, nous sommes à la recherche de talents qui ont un fit avec la marque. En entretien, il faut me montrer que l’on connaît les produits et que l’on pense consommateur. Si je sens l’enthousiasme, la créativité et la motivation, c’est gagné ! »

Chiffres clés : 280 millions € de CA, en croissance de +50% / Plus de 60 pays (11 filiales) / 550 collaborateurs

À l’assaut du marché chinois : « Je voyage beaucoup pour rencontrer les équipes Filorga à travers le monde. L’expérience la plus bluffante ? Le développement de la Chine. Nos deux établissements à Pékin et Hong Kong comptent 120 personnes. En quatre ans, la chine est devenue notre premier pays. Nous avons ouvert cinq comptoirs en grand magasin en 2019. C’est une nouvelle aventure qui commence. »

#BossEngagé  « Je n’ai pas de formule magique. Si j’en crois mes équipes, ils apprécient mon sens de l’écoute et ma disponibilité. J’ai longtemps été entraîneur d’une équipe de basket à Trith-Saint-Léger, près de Valenciennes, et je sais qu’on ne réussit qu’en équipe. Il faut des bons joueurs à chaque poste et une stratégie mais, ce qui fait la différence, c’est l’ambition collective, la capacité à mouiller le maillot et à se mettre au service de la marque. »

 Contact : recrutement@filorga.com

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.