Technicien en logistique nucléaire
Il assure la préparation logistique des chantiers dans les installations concernant les centrales nucléaires ou les usines de retraitement. En charge de l’installation des chantiers et des matériels il se voit aussi confier le repli du chantier avant la remise en service des installations.
Les activités qu’il est amené à réaliser sont très variées. Il est chargé du balisage, du montage de sas, de la pose de protections, de l’installation de déprimogènes, de moyens d’accès spécifiques, de matériels de sécurité et de radioprotection, de la prévention contre les dangers comme la mise en place de moyens pour lutter contre l’incendie. Dans les activités logistiques sont inclues des missions qui concernent également la gestion des fonctionnement d’installations annexes comme les laveries industrielles, les ateliers de décontamination, le conditionnement des déchets.
Le logisticien peut également être concerné par des contrôles comme la surveillance radiologique des locaux et des installations, des mesures de radio protection et de la manutention. Toutes ces activités sont soumises à des règles d’intervention et de process précis. Les qualités requises pour l’exercice de ce métier nécessitent d’avoir un bon esprit d’équipe, d’être polyvalent et autonome, d’avoir de bonnes capacités physiques et enfin d’être rigoureux et d’agir avec méthode. De nombreux emplois sont disponibles dans ce secteur d’activité avec des évolutions vers les postes de chef d’équipe, de contrôleur interne de préparation et de planification et après formation vers les métiers de la radioprotection. Au niveau technicien les formations conseillées sont les BTS électrotechnique, maintenance industrielle, contrôle des rayonnements ionisants et application des techniques de protection, DUT génie mécanique et productique, DUT HSE (hygiène sécurité Environnement).

 

Le technicien en radio-protection
Des centrales nucléaires aux appareils de radioactivité des hôpitaux en passant par les mines d’uranium, la radioactivité est partout. Le technicien en radio-protection s’occupe de la prévention de la dispersion radiologique dans l’environnement. Il a en charge le contrôle de l’élimination et du recyclage des déchets, la surveillance de la qualité de l’eau et de l’air et de toutes les nuisances. Il prévient, corrige, recherche ou sensibilise. Il veille au respect des procédures liées au contrôle des rayonnements et des règles de protection contre l’irradiation et la contamination. Il doit prévenir les incidents et contrôler le taux de radiation.
Sur les installations nucléaires de production, il participe à la prévention des risques radiologiques dans tous les domaines. Il est le garant de la sécurité des personnels et visiteurs sur les chantiers et sur les installations de production. Il contrôle les opérations de compactage des déchets nucléaires dans des containers spéciaux, veille au transport sécurisé de ces déchets ou du combustible nucléaire, surveille l’état du réacteur et des systèmes de sécurité.
Son travail le met en relation avec tous les intervenants, il doit pour cela avoir un très bon contact humain et un bon esprit d’équipe. Il doit savoir faire respecter les normes et consignes de sécurité et savoir les expliquer. Il est amené à travailler en intérieur ou en extérieur et même en laboratoire.
Les formations conseillées pour ce métier sont le Bac STI, STL, S, le bac pro environnement nucléaire, le Bac pro hygiène et environnement. Le BTS radioprotection ou le DUT Hygiène sécurité et environnement permettent une évolution plus rapide vers des fonctions d’encadrement. En poste, des formations complémentaires adaptées permettent de suivre l’évolution des techniques et des matériels.
Les besoins des différents secteurs professionnels et notamment celui de la production d’énergie nucléaire ou de la déconstruction des installations liés au renforcement constant des exigences et de la réglementation offrent de nombreux débouchés professionnels.

Le technicien de maintenance
Le technicien de maintenance installe, contrôle, entretient, règle, nettoie et répare les installations et les machines dont il a la responsabilité. Il en assure le bon fonctionnement, prévient les incidents et les pannes, veille au respect des normes de conformité (qualité, sécurité, environnement..).
La maintenance préventive a pour objectif de maintenir les installations en état optimum de fonctionnement par un entretien régulier des pièces, des matériels et des systèmes. La maintenance corrective a pour but de réparer dans les meilleurs délais possibles une panne ou des dégâts provenant d’origines internes ou externes aux installations. En milieu industriel, les cycles de production de produits ou d’énergie doivent être protégés pour ne pas être interrompus. Une excellente organisation des équipes et des astreintes est alors impérative. Les compétences qui sont spécifiques selon les secteurs professionnels s’articulent cependant autour des mêmes concepts : prévenir, localiser et diagnostiquer les pannes ou les anomalies, les réparer par remise en état ou remplacement des éléments défectueux, contrôler et vérifier en permanence les équipements, installations, systèmes, les tester, en assurer le suivi dans le temps. Il établit des plans de maintenance préventive et propose des améliorations et des économies pour gagner en efficacité.
Le technicien de maintenance doit connaître les technologies dont il a charge de maintenance (mécanique, informatique, électricité, électrotechnique, hydraulique, pneumatique, plomberie, chaudronnerie..), il doit être organisé et méthodique dans sa recherche des dysfonctionnement, recueillir et partager ses informations et s’adapter en permanence aux évolutions des matériels et des technologies.
Les formations qui conduisent à ces métiers sont : Bac Pro maintenance des équipements industriels, Bac Pro électrotechnique, énergie, équipementscommunicants.. Bac Techno sciences et technologies industrielles. Les BTS maintenance industrielle, électrotechnique ou mécanique, informatique et réseaux pour l’industrie, électronique.. Les DUT génie industriel et maintenance, génie électrique et informatique industrielle, services et réseaux de communication.. Il existe une licence Pro Maintenance ou système informatique et logiciels. Il peut évoluer comme chef d’équipe, responsable d’un site, bureau d’étude en production et qualité.

 

Technicien en installations énergétiques
L’énergie est au coeur des enjeux nationaux et internationaux et face à la crise, le secteur de l’énergie s’impose comme l’un des plus pourvoyeurs d’emplois. Les ingénieurs d’études conçoivent les projets, les techniciens ont en charge la construction des installations, leur bon fonctionnement et la maintenance.
Le technicien d’installation dans le domaine des systèmes énergétiques et climatiques participe à la réalisation d’installations comprenant l’implantation d’équipements, le raccordement des matériels, la mise en place, le branchement, le réglage et la bonne régulation des systèmes et dispositifs électriques et énergétiques, selon les normes de qualité et de sécurité requises. Ses activités sont centrées sur la réalisation d’installations et l’organisation des chantiers dans les domaines de la climatisation, ventilation, thermique, sanitaire, domotique…
Dans le domaine des énergies renouvelables (ENR), le technicien en énergies renouvelables appliquées au bâtiment s’occupe d’installer des appareils et des systèmes relatifs à la production de chaleur, de froid, d’eau chaude, pour le solaire thermiques et de production d’électricité pour le solaire photovoltaïque. Dans ses activités d’installateur il doit également intégrer la dimension économique du coût et de l’amortissement.
Les qualités requises sont l’autonomie, le sens de l’initiative et de l’organisation, la capacité de travailler en équipe, une aptitude à la communication et le goût des contacts avec la clientèle et le souci de se maintenir à niveau par rapport à l’évolution des techniques et des normes.. Les entreprises qui recherchent ces professionnels sont des entreprises industrielles de maîtrise de l’énergie, des installateurs-dépanneurs, des constructeurs d’équipements énergétiques et climatiques, des entreprises spécialisées en exploitation et en maintenance ou dans les entrepôts frigorifiques.
Les diplômes qui permettent d’accéder à ces compétences sont les Bac Pro énergétiques option climatique et sanitaire, maintenance de systèmes énergétiques et climatiques. les BTS fluides – énergétique
– environnement avec des options génie climatique, génie frigorifique.

 

Elie de Saint Jore, Directeur du CERFAL