POUR LES MANAGERS DE DEMAIN
Menu

ENSCR : Son boitier automatisé médical pourrait changer la vie des personnes âgées

ENSCR boitier automatisé médical

Son invention lui a valu le premier prix du challenge Innov’Chem de l’Ecole Nationale du Chimie de Rennes (ENSCR). Elise Cortial et sept autres étudiants en première année du cycle ingénieur ont conquis le jury avec leur boitier automatisé médical. Retour sur l’évènement.

ENSCR boitier automatisé médical
Elise

Ils ont planché pendant une semaine sur une innovation visant à améliorer la vie des personnes âgées. Comme chaque année, l’Ecole Nationale Supérieure de la Chimie a organisé en février le challenge Innov’Chem 2022 et fait travailler les méninges de ces étudiant de première année, déjà ingénieurs dans l’âme. « Chaque année, le thème change et pour cette nouvelle édition, nous avons travaillé sur la thématique Bien vieillir chez soi » explique Elise Cortial, 21 ans. Un enjeu de société dont ces futurs ingénieurs pourraient bien avoir à s’emparer en entreprise dans les années à venir puisque d’ici 2030, les plus de 60 ans devraient représenter 20 millions de personnes en France contre 15 millions à l’heure actuelle.

Innover pour faire face au vieillissement de la population

Durant trois jours, les étudiants ont planché sur leur projet par groupe de huit, pour rendre un écrit puis une présentation finale devant un jury constitué du personnel de l’école et d’étudiants afin de défendre tous les aspects du développement de leur projet, de l’idée initiale à la commercialisation du produit. La consigne : réfléchir à la création d’un objet ou d’un mécanisme innovant permettant d’adapter les gestes de la vie domestique courante au vieillissement de la population, tout en compenser les défauts de préhension, de vision ou de mobilité. « Avec mon groupe, nous avons travaillé sur la création d’un boitier automatisé pour la délivrance de médicaments. Les piluliers existent déjà mais on s’est dit qu’on pouvait faire mieux », raconte Elise Cortial. Aujourd’hui en effet en France, près de 40 % des personnes de plus de 50 ans prennent des médicaments tous les jours. « L’objectif de notre innovation était de permettre à ces personnes de ne plus avoir de problèmes liés aux oublis ou aux prises excessives. Pour cela, le principe de notre boitier est simple : une personne – un pharmacien par exemple – met les médicaments dans le pilulier sans les trier au préalable et celui-ci délivre, chaque jour, à la bonne heure, le bon nombre de médicaments. La personne est avertie par un signal sonore ou visuel de la prise de médicaments et le boitier détecte si celui-ci a bien été pris ou non. »

Notre projet pourrait être utile aux gens

Sur les 10 projets proposés, c’est donc celui-ci qui a le plus convaincu le jury. « On était très contents car on a eu pas mal de difficultés à avoir une idée d’innovation. Une fois trouvée, nous étions tous très motivés, chacun avait sa tâche (aspects techniques, budget, matériel, commercialisation, communication), se rappelle Elise, en charge de la communication du projet. Les membres du jury nous ont félicités et donnés des axes d’amélioration. C’est agréable de voir que notre projet pourrait être utile à des gens. » D’ailleurs, si pour le moment les jeunes ingénieurs ne comptent pas développer leur invention faute de temps, ils gardent tout de même dans un coin de leur tête la possibilité de se lancer un jour. « Je ne me destine pas forcément à la recherche mais plutôt à l’analyse de l’eau ou des milieux naturels. Par contre, ce projet m’a montré que j’aimais travailler en groupe et mettre en commun des compétences différentes. » Son conseil de winneuse pour les participants du challenge 2022 ? « L’idée choisie doit plaire à tout le monde pour que le groupe entier soit motivé et impliqué. Il faut aussi écouter les autres et, surtout, les idées émises discrètement qui sont en fait souvent excellentes. »

Imprimer

Articles qui pourraient vous intéresser également

Inscrivez-vous à notre newsletter !

Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant sur le lien suivant :

inscription à la newsletter