« Venez bousculer le modèle coopératif agricole français ! » C’est le cri du cœur de René Bartoli (Ensaia Nancy 78), Directeur général d’EMC2. La coopérative agricole de Lorraine et Champagne-Ardenne est en pleine transformation et accueille les talents qui veulent inventer un nouveau business modèle pérenne. Et si c’était vous ?

 

Le modèle coopératif agricole français n’a pas dit son dernier mot ! C’est le message de René Bartoli qui mouille sa chemise depuis 17 ans pour défendre les 3 000 agriculteurs d’EMC2, une des coopératives françaises les plus performantes via la production de blé, d’orge de brasserie et de colza.

Ubérisation de l’agriculture

Cette arme fatale de l’agriculture française doit pourtant se réinventer. En cause, l’uberisation qui touche aussi le secteur agricole. « Avant, l’agriculteur allait chercher ce dont il avait besoin dans l’un de nos 38 silos et en profitait pour regarder les cours des céréales et discuter avec ses collègues. Les nouveaux comportements d’achats et les évolutions législatives nous obligent à bouleverser les circuits de commande et de distribution et à privilégier les technologies digitales. »

Aladin, coup de génie ?

À l’instar de la plateforme digitale Aladin, qui privilégie les circuits directs et couvre 100 % des besoins des agriculteurs en matière de conduite de leurs exploitations : gestion des commandes, achat, information, conseil. « Aladin nous permet surtout de collecter une masse de données considérable. C’est la gestion de ce big data qui nous conduit à recruter des têtes bien faites ! »

 Des geeks aux petits oignons

Chez EMC2, les développeurs informatiques sont donc rois. « Ces talents qui ont entre 25 et 32 ans, sont capables de prendre n’importe quel problème et de le traiter. J’essaye de les garder au chaud car les concurrents veulent nous les piquer ! Je les aime profondément car ils amènent des idées et des méthodes nouvelles et nous permettent de gagner en productivité, en efficacité et en innovation. »

Opportunités tous azimut

Et chez EMC2, les talents sont attendus à tous les étages car l’entreprise change ses habitudes en profondeur. « Nous avons besoin de compétences en agronomie, commerce, informatique, comptabilité, logistique et supply chain. Nous recrutons aussi des conducteurs de projets qui doivent faire respecter les plannings et les tâchesUn jeune peut vraiment s’éclater ! »

Filières d’avenir

Last but not least, EMC2 recrute des diplômés pour travailler dans les filières d’avenir que sont les bio-intrants et la chimie verte. « Ces ingénieurs et chimistes peuvent rejoindre notre centre de recherche pour travailler sur les matières végétales du futur qui remplaceront les produits phytosanitaires actuels. L’avenir de l’agriculture française et globale, c’est chez nous que ça se passe ! »

La passion de la terre « Mon père était agriculteur et ingénieur agronome. Il a été directeur de coopérative pendant une douzaine d’années. Je suis donc un enfant de la coop. Les agriculteurs sont une espèce en voie de disparition. Il faut les écouter et les conseiller dans la durée. Quand ils comprennent que nous sommes leur bras économique, ils sont reconnaissants et s’engagent à fond. »

#TousEngagés « Dans le cadre du projet « Mieux Travailler ensemble » (MTE), nous avons envoyé des questionnaires à nos 680 salariés pour connaître leurs conditions de travail. Résultat ? Un taux de réponse de 93 % et la création de groupes de travail transversaux pour repenser l’organisation des postes ou de certains départements. »

Chiffres clés : 600 millions € de CA / 650 salariés à temps plein / 63 points de collectes pour les céréales / 1 million de tonnes de céréales collectées

Contact : rene.bartoli@emc2.coop

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.