ULRICH HEGE A PRIS LES FONCTIONS DE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE TOULOUSE SCHOOL OF ECONOMICS EN JANVIER 2016

Dans un environnement privilégié, les étudiants bénéficient de l’excellence d’une grande école internationale soutenue par le CNRS, l’INRA et l’EHESS

Dans un environnement privilégié, les étudiants bénéficient de l’excellence d’une grande école internationale soutenue par le CNRS, l’INRA et l’EHESS

Vous êtes arrivé en janvier 2016 à la direction de TSE, après avoir été à la tête de l’Ecole Doctorale d’HEC. Quels sont les points forts de cette école si particulière en France ? La force de TSE réside d’abord dans sa capacité exceptionnelle de recherche. TSE est située dans les 12 premiers centres mondiaux dans le classement RePEc qui fait référence en économie, et dans les 3 premiers en Europe dans le nombre de bourses ERC, les plus prestigieuses en Europe. Lancé dans années 80 autour de la vision de son fondateur Jean- Jacques Laffont, alors convaincu que Toulouse pouvait attirer les meilleurs économistes, Toulouse School of Economics a été formellement créé en 2007, comme l’un des 12 centres d’excellence au niveau national RTRA. TSE est donc une jeune institution, mais avec des racines anciennes, dont celles de l’Université Toulouse Capitole, et bâtie sur une gouvernance exemplaire. Dès 2011, les économistes de Toulouse ont souhaité étendre leur réussite à la formation, avec une école ambitieuse, unique en France.

Quels sont les points forts de la formation à TSE ?
La spécificité de TSE est de faire partie intégrante de l’université, tout en poursuivant une transformation vers un modèle unique : une « grande école d’économie au sein de l’Université ». Les points forts de nos programmes sont, à partir de L3, la rigueur de la sélection, le poids de la formation quantitative et le nombre impressionnant de cours dispensés par les meilleurs chercheurs, dont Jean Tirole. Nos étudiants sont très prisés par les employeurs en France et à l’étranger, les candidatures se sont envolées, et l’École continuera à monter en stature sous le leadership de Stéphane Grégoir.

Pour vous qui avez étudié puis enseigné en Europe et aux Etats-Unis, en quoi TSE est-elle une école de rang mondial ?
Avec 150 chercheurs, dont une grande partie de stature internationale, 350 séminaires de recherche et plus de 20 congrès par an, TSE n’a pas d’égal en Allemagne ou aux Pays-Bas. Il y a peu de centres en Europe auxquels nous nous comparons, comme la London School of Economics, nos références étant typiquement plus sur le continent nord-américain. Notre rayonnement international se mesure non seulement par nos publications ou l’excellence des centaines de chercheurs qui nous rendent visite tous les ans, mais aussi par notre capacité à placer nos jeunes docteurs dans les meilleures institutions mondiales, et à pouvoir attirer en retour les meilleurs jeunes chercheurs internationaux.

le mot dU président Jean Tirole, Président de TSE, Prix Nobel d’économie 2014 : « nos chercheurs partagent tous la même ambition scientifique : contribuer à une meilleure compréhension des grands enjeux économiques contemporains pour imaginer une économie plus ouverte, plus durable et plus humaine. »

 

Quels sont les principaux défis qui vous attendent aujourd’hui à la tête de TSE ?
Mes principaux défis seront de maintenir et d’avancer notre position dans la compétition internationale, et de renforcer le statut de l’institution. Nous devons développer notre marque à l’externe et notre organisation à l’interne. Notre capacité à recruter et à retenir les meilleurs chercheurs est absolument cruciale. Dans notre discipline scientifique, la compétition internationale est féroce et nos principaux concurrents à l’étranger disposent de ressources financières redoutables. Tenir tête est un défi majeur pour une institution au sein de l’université française. Notre système de tenure track est unique dans le paysage universitaire français. Mais nous devons impérativement élargir et diversifier nos sources de financements. Grâce à la gestion exemplaire de mes prédécesseurs, nous disposons déjà de ressources, mais hélas encore insuffisantes. Les financements privés seront absolument essentiels. Heureusement, beaucoup de nos partenaires et amis nous envoient des signaux encourageants sur leur volonté d’accompagner notre développement.

AN

CONTACTS :
Responsable communication, Jennifer Stephenson (jennifer.stephenson@tse-fr.eu)
Ulrich Hege (ulrich.hege@tse-fr.eu) ; www.tse-fr.eu