Le véritable cœur de métier de Jean-Dominique Bosq (ESCEPA, Cesma, CPA Paris), Directeur des Opérations de Christian Dior Parfums, consiste à animer les équipes, les développer, faire émerger, grandir les talents et les mettre ensemble pour faire progresser l’organisation. En 10 ans, ce manager humaniste aura assuré la transition d’un Dior artisanal à un Dior industriel.

 

JEAN-DOMINIQUE BOSQ (ESCEPA, Cesma, CPA Paris), Directeur des Opérations de Christian Dior Parfums

JEAN-DOMINIQUE BOSQ (ESCEPA, Cesma, CPA Paris), Directeur des Opérations de Christian Dior Parfums

Qu’est-ce qui vous a séduit et vous retient chez Christian Dior Parfums ?
La marque, magique, qui fait rêver, et le groupe auquel elle appartient. Plus on pratique cette marque, plus on la vit et plus on s’y attache. Elle couvre un territoire extrêmement vaste, en perpétuel mouvement et développement. Je considère que c’est plus un honneur qu’une charge pour moi de diriger ce site magnifique de par sa conception et sa localisation – un écrin de 55 hectares dont 117 000 m2  sont dédiés à la partie industrielle et logistique. Au delà de sa taille, il est remarquable par la diversité de ses activités, les produits de soin, le maquillage et les parfums y sont fabriqués et distribués vers le monde entier. Ce vaisseau amiral constitue un outil pour lequel je veux garder sa dimension exceptionnelle. Une autre raison de mon attachement à Christian Dior Parfums, c’est la valeur entrepreneuriale, une des valeurs du Groupe LVMH, qui se traduit chez Dior par une très grande liberté d’action, une très grande autonomie de décision, de capacité à entreprendre, qui correspond parfaitement à mon tempérament.

 

Que recouvrent vos différentes fonctions ?
En qualité de Directeur des Opérations, je pilote l’ensemble des fonctions de la Supply Chain. Je suis responsable du site de production de Saint-Jean-de-Braye, de l’usine de Pudong et des plateformes logistiques multimarques que nous opérons à Singapour, Dubaï, en Russie et aux Etats-Unis. Je suis également Directeur de l’établissement de Saint-Jean-de-Braye, qui accueille Helios, le GIE LVMH R&D qui travaille pour l’ensemble des Maisons de Parfums et Cosmétiques du Groupe.

 

« Je ne pense pas que l’on puisse faire ce métier sans être dans
la relation  aux hommes. Comme l’a dit Bonaparte, l’art le plus difficile n’est pas de choisir les hommes mais de donner aux hommes que l’on a choisis toute la valeur qu’ils ont »

Vous vous considérez avant tout comme un développeur de talents…
Le cœur de mon métier est l’animation des Hommes. Pour citer Platon « ce sont les hommes et non les pierres qui bâtissent les cités », les hommes et non les machines qui font les usines. Le site est en perpétuelle évolution et l’ensemble des collaborateurs doit pouvoir accompagner cette transformation permanente. Nous devons pouvoir proposer à un jeune qui nous rejoint, un programme de développement qui lui ouvre des perspectives, qui s’appuie sur des compétences démontrées ou acquises, et surtout sur une envie manifestée de progresser et de se développer. Le manager est celui qui donne un sens à ses ambitions, au rêve, aux projets qu’il se doit de définir pour l’entreprise, qu’il réalise avec et par les autres. Pour moi, la réussite est collective, on ne peut parler de réussite que quand il y a pérennité.

 

Ce que vous dites à vos managers…
Vous êtes là pour inventer et mettre en œuvre le futur, pour  développer vos équipes, c’est une des missions fondamentales du manager, c’est même une responsabilité sociale. Vous n’êtes pas des hommes et des femmes de droit, vous avez eu la chance d’être formés, d’accéder à des responsabilités, cela fait de vous des hommes et des femmes de devoir. Vous avez le devoir de restituer à vos collaborateurs une partie de ce savoir, d’aller chercher le meilleur de chacun d’entre eux et de les aider à grandir.

 

Un de vos défis est de préparer votre succession
Mon défi – et ma dernière mission – consiste à préparer ma succession, à assurer la pérennité. Une organisation est un livre, avec des chapitres,il faut savoir en terminer un  et en ouvrir un autre. J’aurais assuré la transition d’un Dior artisanal à un Dior industriel, en espérant avoir préservé toutes les valeurs et mis les hommes au cœur des organisations. Mon successeur emmènera le site, vers une autre destinée, d’autres défis, d’autres challenges.

 

Un message aux jeunes
S’ils veulent rejoindre Dior ce n’est pas seulement pour les lumières, c’est surtout pour apprendre, se former, se révéler, devenir des managers humanistes, capables dans leur vie professionnelle de changer les choses. J’essaie de former des hommes et des femmes qui soient bien dans leur peau, qui soient heureux, performants et  qui partagent une passion autour de ces idées.

 

Saint-Jean-de-Braye, l’alliance de l’artisanat et de l’industriel
En 40 ans, le site de Saint-Jean-de-Braye qui concentre toute la production industrielle des parfums et cosmétiques de Christian Dior s’est profondément remodelé, passant d’une approche plutôt artisanale de la production à une approche industrielle.  Certains savoir-faire traditionnels et manuels, qui relèvent d’une certaine forme d’art, ont été maintenus, pour des produits d’exception, tels que « la Collection Privée Christian Dior », ou « l’Or de Vie ». Ces savoir-faire permettent aux personnels d’être au contact de l’excellence et de l’exigence de qualité des produits, de voyager et de démontrer leur expertise au cours d’expositions, et constituent une source de fierté personnelle et collective pour l’ensemble du site.

 

Une Maison où l’on innove, on crée, on imagine
Chaque année, une part importante du chiffre d’affaires de Christian Dior Parfums est dédiée au lancement de nouveaux  produits. L’innovation est un enjeu extrêmement important pour la Direction des Opérations qui a l’ambition d’être un acteur de l’innovation en participant au développement de ces nouveaux produits, de nouveaux procédés, de nouveaux équipements en partenariat avec des fournisseurs. Dans cette Maison où l’on innove, où l’on crée, je suscite la créativité des ingénieurs en leur lançant des défis et en leur définissant des projets ambitieux.

 

Etre recruté chez Dior, c’est se lancer dans une grande aventure humaine
Le site qui a fêté ses 40 ans emploie en moyenne 1 900 personnes, dont 1 400 pour la partie industrielle et logistique, et est engagé dans un programme de recrutement de 150 personnes, pour assurer la relève et la croissance de l’activité.
« Nous recrutons pour le long terme des personnes que nous allons former, fidéliser, développer. Nous sommes prudents et exigeants dans notre processus de sélection, nous sommes notamment attentifs  au savoir-être et aux valeurs plutôt qu’au savoir qui peut être développé. Les plus anciens ont développé un attachement passionnel avec la marque qui fait de ce site un site à part. La marque et l’image de Dior y sont très présents, un de nos enjeux est de préserver cet attachement et de le transmettre de génération en génération. »

 

« Produire Juste », pépinière de jeunes ingénieurs
Christian Dior Parfums privilégie les jeunes ingénieurs en sortie d’école et leur propose de rejoindre son programme de développement « Produire Juste ». Ce parcours s’appuie sur plusieurs principes : une carrière professionnelle est longue et pour la réussir il faut être légitime, apprendre, être humble, et faire confiance à l’organisation. Les jeunes ingénieurs vont apprendre à travailler avec les autres, sur des projets importants, être accompagnés sur des postes variés leur permettant d’avoir une vue d’ensemble de l’organisation. Ils sont évalués sur l’expression de leurs qualités personnelles et managériales, sur le développement du leadership, avant d’être plongés dans une réalité opérationnelle et de se voir confier la responsabilité d’une équipe. « Produire Juste » a vocation à former des managers ambitieux et humbles, avec une ouverture la plus large possible et une très forte légitimité.

 

Identifier tous les talents
Jean-Dominique Bosq s’attache à identifier de nouveaux talents et à créer des liens et des partenariats notamment avec des lycées et des associations. La Maison Dior est attentive aux valeurs portées par ces jeunes. « Il ne suffit pas de dire j’ai envie de travailler chez Dior, il faut le démontrer, apporter cette envie, ces valeurs. »

 

Une grande fierté autour de la marque
« Saint-Jean-de-Braye est un univers en soit, déclare Jean-Dominique Bosq, avec une ambiance tout à fait particulière, un univers où les collaborateurs sont impliqués, passionnés, fiers de ce qu’ils font. » Jean-Dominique Bosq ne se lasse pas de regarder les 500 photos des artisans de la beauté qui ornent les murs de l’usine et qui traduisent les valeurs de la marque. Lors de la convention annuelle en 2013,  l’ensemble du personnel a fait une ovation au  film muet noir et blanc – sur les équipes des Opérations, « Les artisans de la beauté » – réalisé dans l’esprit de « The Artist », pour les 40 ans de la Maison. Cette année, après les anciens, les jeunes ingénieurs ont expliqué leur métier. Comme l’a dit Saint Exupéry, « en ce qui concerne le futur, le plus dur n’est pas de le prévoir mais de le rendre possible. »

 

A.M.O.

 

Contact : jdbosq@diormail.com