Dès la 1ère année, les 300 étudiant.e.s de l’Ense3 développent leurs compétences au travers d’un Apprentissage Par Problèmes (APP) innovant, élaboré avec le soutien de l’équipe PerForm*. Propos recueillis par Aurélie Feron, conseillère pédagogique à PerForm*, auprès de Stéphane Guillet, responsable de l’APP de 1ère année à Grenoble INP – Ense3.

 

Sur 10 semaines, ils.elles imaginent des solutions, en groupes de 6, autour de 3 problèmes pluridisciplinaires : une hydrolienne de rivière, une conduite hydraulique ou un véhicule intelligent. Tout est transformé, du rôle des enseignant.e.s** jusqu’aux présentations dans l’Agora de l’école !

C’est quoi l’Apprentissage Par Problèmes ?

L’APP est une méthode pédagogique où les étudiant.e.s travaillent en groupes pour résoudre un problème complexe. Au travers de cette résolution, ils développent des compétences scientifiques, organisationnelles et sociales. Comme il n’y a pas de solution unique, chaque groupe le résout à sa manière.

Pourquoi l’Apprentissage Par Problèmes ?

Il existe des projets depuis très longtemps dans les écoles d’ingénieur.e.s. L’APP est comme un projet : il faut résoudre un problème. Et, pourtant c’est différent, car tous les étudiant.e.s apprennent les mêmes choses, personne ne devient l’expert d’un sujet… Or, on avait besoin de développer, pour tous les étudiant.e.s, des compétences communes et interdisciplinaires.

Comment ces APP ont-ils été mis en place à Grenoble INP – Ense3 ?

Avec PerForm*, on a construit un scénario pédagogique. On a dû imaginer 3 problèmes différents, car les étudiant.e.s vont s’orienter vers 8 filières en 2èA :

  • Concevoir une hydrolienne de rivière (mécanique des fluides, transmission mécanique, électricité, énergétique)
  • Concevoir une conduite hydraulique (mécanique des solides et des fluides, thermique, énergétique)
  • Concevoir un véhicule intelligent (capteur, moteur électrique, simulation, régulation, mécanique)

Et pour que les séances d’APP soient régulières et bien placées dans l’année, il a fallu faire évoluer la maquette pédagogique.

Comment cela-t-il se passe concrètement ?

Les groupes hétérogènes de 6 à 7 étudiant.e.s travaillent sur leur problème pendant 40h avec :

  • des moments de travail en groupe et de travail personnel
  • des séances de questions-réponses
  • des rendus intermédiaires pour donner des feedbacks aux étudiant.e.s
  • un rapport de synthèse de leur solution
  • un poster et une présentation dans l’Agora de Grenoble INP – Ense3 où les groupes sont mélangés entre les APP

Qu’en pensent les étudiant.e.s ?

Les étudiant.e.s sont parfois déroutés, car qu’ils.elles doivent créer des données, émettre des hypothèses, trouver des méthodes de résolution…
«Ce projet est très formateur, le fait de réunir plusieurs cours pour trouver des solutions change des formations classiques par CM*** et TD.»
«Dimensionner et choisir sur du matériel disponible est un exercice auquel nous ne sommes pas habitués.»
«J’ai beaucoup aimé le fait qu’un effort ait été fait pour mixer les amphis ! Cela m’a permis de rencontrer de nouvelles personnes, et d’apprendre à travailler avec des gens que je ne connais « que » à travers ce projet.»
«L’APP a été un des meilleurs enseignements de cette année : interdisciplinaire, mêlant communication et technique.»

[extraits des questionnaires d’analyse de dispositif]

Qu’est-ce que cela change pour les enseignant.e.s ?

Nous travaillons en équipes de 3 pour 50 étudiant.e.s avec des compétences disciplinaires complémentaires. Nous avons changé de rôle, on est tuteur.rice pour aider chaque groupe d’étudiant.e.s à trouver sa solution, ou expert.e dans les séances de questions-réponses. On a appris à répondre aux questions des étudiant.e.s par des questions, avec les ateliers organisés par PerForm. La directrice des études et le directeur adjoint y participent aussi !

* PerForm : équipe de soutien à l’enseignement de Grenoble INP
** Équipe enseignante : S Guillet, H Khennouf, C Bourgeois, J-Y Voyant, J-L Schanen, T Nagel, L Missemer, R Chassagne, J-L Amen
*** CM : cours magistraux, TD : travaux dirigés

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.