En tant qu’opérateur télécom spécialiste de la construction, exploitation et commercialisation d’infrastructures de fibre optique, Covage contribue à l’aménagement numérique du territoire. En pleine croissance, la société ne cesse de recruter, comme nous l’explique Isabelle Morin (IEP Lyon 1987, DEA Gestion, Master2 RH), Directrice des Ressources humaines de Covage.

 

Crédits Covage

Une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années, quel est votre secret ?

Depuis notre création il y a 12 ans, nous n’avons qu’un seul et unique métier : construire des infrastructures de fibre optique. Nous gérons toute la chaîne de bout en bout, en assurant la conception, la construction, l’exploitation et la commercialisation des réseaux de fibre optique. Notre ADN d’opérateur neutre et indépendant nous permet d’accueillir sur nos réseaux l’ensemble des opérateurs de services BtoB ou BtoC ce qui permet de proposer un panel de solutions complet pour répondre aux attentes des clients finaux. Une autre de nos particularités est d’être également partenaire des collectivités locales : nous prenons des engagements de délais et de qualité pour les aider à aménager leur territoire en y apportant la fibre optique.

Votre valeur ajoutée pour réduire la fracture numérique ?

Notre mission a un vrai sens social et économique, car l’aménagement numérique du pays est à la fois un enjeu de compétitivité pour la France mais aussi une façon de maintenir la population dans les territoires éloignés des grandes métropoles. Dans un monde qui se numérise, les usages de l’internet haut débit se multiplient dans tous les actes de la vie quotidienne : travailler, apprendre, se soigner, accéder aux services publics dématérialisés… Notre action s’inscrit ainsi dans le plan « Très haut débit » lancé par le gouvernement qui vise à déployer la fibre partout en France d’ici 2022.

Que recherchez-vous chez les jeunes diplômés ?

Nous recrutons des profils juridiques, commerciaux et techniques. Nous avons notamment besoin d’ingénieurs télécom pour concevoir l’architecture réseau et piloter les sous-traitants qui la déploie. Mais au-delà des diplômes, nous recherchons surtout des savoirs-être :
L’ouverture aux autres (savoir collaborer, accepter l’erreur et la différence)
le sens des responsabilités (savoir décider rapidement en autonomie en plaçant le client au centre)
le professionnalisme (être rigoureux et concret dans ses actions)
l’engagement (aimer relever des challenges, persévérer et être résilient)

Qu’est-ce qu’une marque employeur attractive pour vous ?

Pour moi, c’est d’abord une marque dont l’activité a un sens. Elle doit offrir à la fois des opportunités de métiers passionnants et un environnement de travail de qualité. L’ambiance, le bon équilibre entre vie privée et professionnelle, le respect et la proximité me paraissent essentiels. Enfin, les valeurs affichées à l’extérieur doivent absolument se retrouver en interne.

Qu’avez-vous déployé chez COVAGE pour la développer ?

Nous sommes en pleine transformation, dans le cadre de notre nouveau projet d’entreprise. Nous avons mis en place de nombreuses choses l’an dernier, comme le télétravail, l’aménagement dans un immeuble moderne doté de salles de sport et de services de conciergerie, la participation à la compétition sportive inter-entreprises Mudday et un partenariat avec Yuco, pour proposer aux collaborateurs des séances artistiques, sportives et culturelles sur leur lieu de travail… Nous avons également organisé 54 mobilités internes et 110 recrutements sur la seule année 2018 !

3 raisons de vous rejoindre
– une PME à taille humaine où les dirigeants sont accessibles, les décisions rapides et les résultats de ses actions visibles
– une société qui porte une mission avec du sens, à fort enjeu économique et social
– une entreprise en pleine croissance qui vise 10 % du marché de la fibre optique en 2022 (3 millions de prises)

Chiffres-clés : 370 collaborateurs (+25 % en 2018) / 96 M€ de CA / 250 M€ d’investissement par an / 46 réseaux en France / 21 agences locales en région /

Contact : isabelle.morin@covage.com; gabrielle.lenail@covage.com

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.