« Valorisez votre formation par un vrai engagement au service de la dissuasion nucléaire ». C’est le message de Denis Vacek (X 91) aux jeunes talents de l’X. Chef de Département à la Direction des applications militaires (DAM) du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), il souligne l’extraordinaire champ des possibles qui s’ouvre à eux en rejoignant l’élite scientifique française.

 

Le sel de votre mission ?

Je suis responsable de 200 personnes au sein d’un Département qui travaille sur le pilotage des projets des têtes nucléaires actuelles et sur ce que sera la dissuasion dans quelques dizaines d’années. Je propose les orientations pour les têtes futures, et gère leur développement, leur fabrication et leur maintenance. Nous étudions aujourd’hui des concepts qui seront encore opérationnels en 2080 !

Ce n’est clairement pas un métier comme un autre !

On n’entre pas au CEA DAM par hasard. N’importe quel ingénieur-chercheur sait à quoi vont servir ses travaux dans les systèmes de dissuasion ou de défense et de sécurité. Je dis aux candidats qui veulent nous rejoindre : certes nous participons au développement d’armes nucléaires, mais notre rôle est de convaincre les autres pays de notre excellence pour ne pas avoir à les utiliser. Donner au Président de la République les moyens de la dissuasion, c’est un leitmotiv valorisant.

Pourquoi est-ce « the right time » pour rejoindre le CEA DAM ?

Nous recrutons 200 à 300 talents chaque année, dont 20 du meilleur niveau académique. Nous recherchons des managers, mais aussi des experts dans différents domaines scientifiques. Nous leur offrons des moyens techniques exceptionnels comme le Laser Mégajoule ou les supercalculateurs. Toutes les sciences sont représentées de la physique nucléaire aux sciences de la Terre… Nous avons également besoin de gens capables de stimuler le travail collectif et de comprendre vite de nouveaux sujets très divers. De par leur formation et leurs capacités, les X sont des candidats rêvés.

Les qualités clés pour entrer dans le « Saint des saints » ?

L’engagement, l’intégrité morale et scientifique, l’ambition et l’esprit d’équipe. Nous offrons une grande variété de métiers qui permet de prétendre à un accomplissement professionnel tout au long de sa vie. Au bout de deux ans, tous les salariés suivent une formation d’une quinzaine de jours où ils visitent tous les centres de recherches. La curiosité est donc valorisée.

Votre style de management ?

Le management hiérarchique vertical c’est fini ! Aujourd’hui, il faut décloisonner, donner du sens et être accessible. Manager, c’est s’adapter en permanence à son interlocuteur, à l’objectif, au timing et favoriser l’interaction hors organigramme. Nous mettons en place des outils de travail collaboratifs et créons des groupes de performance avec des gens de labos différents. On leur lâche la bride pendant quelques mois avec un objectif clair. On prend un risque, mais ils progressent beaucoup plus vite et peuvent proposer des innovations potentiellement « out of the box ». L’avenir alors leur appartient…

Chiffres clés : 5 000 collaborateurs dont 150 thésards et 150 stagiaires / 5 centres / 1,5 milliard € de budget / an / 2 000 publications / an

Devenir leader, ça se travaille « Grace à l’X, à 20 ans, je me suis retrouvé devant un peloton de 30 soldats, tous plus âgés que moi, qu’il fallait mettre au garde-à-vous. La première fois, ce n’est pas complètement naturel ! Mais rapidement, on apprend à guider une équipe. On peut donc progresser en leadership via l’expérience et en le travaillantLa formation humaine de l’X est une vraie opportunité car elle permet très jeune de se confronter aux autres, de comprendre comment ils fonctionnent et d’affirmer son leadership. »

Contact : denis.vacek@cea.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.