Orange a fait le choix de s’implanter en Afrique et au Moyen-Orient il y a maintenant 20 ans. Et c’est Ludovic Pech (ESCEM 93, ESCP 09) qui est le directeur général adjoint en charge des finances de cette holding depuis 4 ans. Une suite logique dans une carrière professionnelle dans les télécoms, rythmée par des postes à l’international. Rencontre.

 

copyright Studio ICI

Pas de doute, c’est un passionné qui est à la tête de la direction financière d’Orange Middle East and Africa. Depuis 2016, Ludovic Pech contribue au développement du groupe dans cette partie du monde. « Il y a 20 ans, Orange faisait partie des pionniers sur le continent en étant convaincu de son potentiel : d’ici à 2050, la population africaine va doubler pour atteindre 2,5 milliards d’habitants, expose-t-il. Dans la même période, le poids de l’Afrique dans le PIB mondial va passer de 3 à 10 %, dépassant celui de l’Europe. »

Les activités du groupe Orange en Afrique constituent aujourd’hui son premier moteur de croissance, avec 5,6 milliards € de chiffre d’affaires en progression de 6 % par an. « A l’origine, opérateur de télécommunications, Orange est désormais un opérateur multiservices permettant chaque jour à des millions de personnes exclues du système bancaire traditionnel d’effectuer des transactions financières de manière instantanée, fiable et sécurisée. C’est d’ailleurs ce succès rencontré par Orange Money en Afrique qui a poussé Orange à lancer Orange Bank en France puis en Europe. »

« Changer la vie des populations »

Beaucoup de salariés se disent en quête de sens. Pour Ludovic Pech, travailler chez Orange sur le continent africain, c’est « avoir la chance de contribuer à changer la vie des populations au travers de l’inclusion numérique et financière: 1 Africain sur 10 est client d’Orange pour la téléphonie mobile et un 1 sur 30 est client de nos services financiers. Dans les moments de crise que traversent le monde et tout particulièrement ce continent, c’est une source permanente de motivation qui nous permet de surmonter bien des difficultés » Autre exemple : le lancement récent d’Orange Bank Africa qui donnera accès aux populations d’Afrique de l’Ouest à des offres d’épargne, de crédit et d’assurance accessibles.

Le secret de notre réussite en Afrique ? « Nos managers et nos talents. Nos filiales sont très majoritairement dirigées par des collaborateurs de grande qualité issus du continent, expose Ludovic Pech. Il y a 20 ans, Orange était une entreprise française implantée en Afrique. Aujourd’hui, nous sommes un opérateur africain qui s’appuie sur un actionnaire industriel de référence européen. »

Les 6 compétences clés du directeur financier 

#1 Les connaissances techniques, « pour être crédible et donner confiance »

#2 La connaissance de son secteur / activité, « indispensable pour pouvoir influencer le business et créer de la valeur »

#3 Le leadership, « c’est à dire la capacité à mener les hommes et les femmes vers un objectif commun »

#4 La communication, « car il faut savoir compter et conter pour convaincre »

#5 Avoir une vision, « c’est savoir donner du sens, inspirer »

#6 Etre intègre, « agir de façon responsable et éthique en toutes circonstances. »

Tout cela ne se limite pas au savoir, « les grandes écoles vous permettent d’acquérir les connaissances nécessaires, mais le savoir-faire et le savoir-être s’acquièrent avec l’expérience, parfois les échecs, qu’il faut nourrir tout au long de sa carrière. »

L’expérience du terrain

Avant de devenir directeur financier pour l’Afrique, Ludovic Pech a travaillé dans plusieurs pays : France, Espagne, Roumanie, Belgique… « Ce n’était pas prémédité ! J’ai commencé ma carrière à l’international et suis resté à l’écoute des opportunités, raconte-t-il. C’est aussi un projet de famille, si elle ne m’avait pas soutenue je n’aurais pas pu le faire. » Des expériences qui, pour Ludovic Pech permettent de développer son savoir-être, d’apprendre des autres, et de développer sa capacité d’adaptation.

S’adapter… C’est également l’un des maitres-mots du secteur des télécoms en perpétuelle évolution. « Ce qui me plait dans les télécoms, c’est l’innovation et le changement, confirme Ludovic Pech. J’y suis entré dans les années 90, à l’époque du Minitel. Puis j’ai accompagné la création de l’internet avec Wanadoo avant de partir m’occuper de filiales dans la téléphonie mobile à l’étranger puis dans le très haut débit en France. Avec maintenant les services financiers, je n’ai pas l’impression d’avoir fait carrière dans un seul secteur tant les choses évoluent vite. » Cette expérience du terrain, Ludovic Pech conseille d’ailleurs à tous les étudiants de s’y frotter. « Il faut commencer sa carrière par le terrain, que ce soit sur des domaines techniques ou commerciaux selon votre formation. C’est là que l’on construit sa légitimité et que l’on développe ses capacités managériales. » Et bien sûr, il incite les jeunes diplômés à postuler chez Orange ! « Choisissez une entreprise dont vous serez fiers de la raison d’être lors de vos diners entre amis, optez pour un travail qui a du sens avec de vrais parcours de carrière, et intégrez un collectif qui incarne des valeurs qui vous inspirent : au moins trois bonnes raisons de rejoindre Orange ! »

La formation continue, pensez-y !

Diplômé de l’ESCEM, Ludovic Pech suit tous les 5 ans des formations continues pour rester à la page. Il a notamment suivi un Finance Executive Education Program à l’ESCP en 2008-2009. « Sur une carrière de 40 ans, à la vitesse à laquelle le monde change, il est indispensable de se remettre régulièrement en question. D’autant qu’on ne reçoit pas la formation de la même manière à 20 ou 50 ans. Quand j’étais étudiant par exemple, je m’accrochais beaucoup aux hard skills alors qu’aujourd’hui j’accorde plus d’importance aux soft skills ». Après sa formation à l’ESCP, près de 40 directeurs financiers et contrôleurs de gestion d’Orange ont suivi son chemin au cours des dix dernières années. « Tous ont beaucoup appris de cette formation et en sont sortis enrichis des échanges entre participants. »

#JobBoard

Orange Middle East and Africa mène une politique active notamment pour attirer des talents issus de la diaspora en leur proposant des postes à responsabilité sur le continent africain. Il y a un an, elle a lancé un programme de recrutement de jeunes diplômés passionnés par l’Afrique. Une douzaine de profils d’ingénieurs et de diplômés d’écoles de commerce ont déjà été recrutés, en majorité des femmes, sur les services financiers, le mobile, la stratégie, la fibre optique ou encore le Big Data. Ils travaillent actuellement au Cameroun, au Maroc, au Sénégal, au Mali ou au Burkina Faso. L’entreprise continue de recruter dans de multiples domaines.

Chiffres clés

Orange Middle East and Africa : 18 pays / 15 000 collaborateurs  / 125 millions de clients sur la partie télécoms / 50 millions de clients sur la partie Orange Money

Contact : ludovic.pech@orange.com