Les écoles d’ingénieurs sont-elles sexistes ? Les filières chimie, biologie et agronomie mettent à mal ce stéréotype en affichant souvent la proportion inverse d’élèves filles-garçons. Pourquoi un tel biais ? La réponse se trouve en partie dans l’image véhiculée dans l’enseignement secondaire – Par Violaine Cherrier

 

« Le pourcentage de filles se situe en moyenne entre 50 et 60 % en cycle ingénieur (écoles bac +2), révèle Sylvie Bégin, présidente de la Fédération Gay-Lussac (FGL). La chimie apparaît peut-être plus concrète et moins abstraite que des matières telles que les mathématiques et la physique. » Un constat que partageait déjà Anne-Lucie Wack, directrice générale de Montpelier SupAgro et présidente de la Conférence des Grandes Écoles (CGE), en 2015. « « Il n’existe pas d’explication simple à cette forte féminisation, si ce n’est sans doute que ces écoles d’agronomie allient les sciences de l’ingénieur et la biologie, discipline qui attirerait plus les filles.  Mais il peut aussi y avoir des stratégies d’évitement ou d’autocensure vis-à-vis des autres cursus d’ingénieur. » Depuis la situation n’a pas évolué.

 

Anne-Lucie Wack, directrice générale de Montpellier SupAgro et présidente de la Conférence des grandes écoles

 

 

En finir avec les stéréotypes

Socialement, les femmes sont plus souvent associées à l’image du « CARE ». C’est pourquoi on les retrouve majoritaires dans les filières santé, sciences humaines et littéraires. Et dans les sciences dures, la biologie, l’agronomie et la chimie s’apparentent plus facilement à cette notion que les mathématiques, la physique ou la technologie. « C’est aussi relié aux différents secteurs de la chimie : nos enquêtes montrent que les femmes sont plus présentes que les hommes dans les secteurs « Industrie agroalimentaire », « Industrie chimique » et « Industrie pharmaceutique » », confirme Sylvie Bégin. En conséquence, parmi les quelque 29 % de filles en écoles d’ingénieurs toutes disciplines confondues, la majorité étudient la chimie (44 %) et l’agronomie (36 %) contre 22 % en physique. À l’inverse, elles sont ultra minoritaires dans les branches de la mécanique productique (9 %) et de l’automatique électricité (9 %) par exemple.

L’année de la Chimie va-t-elle changer la situation ?

À ce rythme, il faudrait attendre 2080 pour atteindre la parité entre chercheurs et chercheuses au CNRS en sciences dures et 2075 pour les écoles d’ingénieurs ! Pour y remédier, l’année 2018-2019 a ainsi été nommée l’Année de la Chimie, de l’école à l’université. S’il est encore tôt pour en évaluer l’impact, l’initiative semble toutefois porter ses fruits. Ainsi, la FGL a recensé 46 % de garçons en Cycle ingénieur ECPM en 2019 contre 36 % en 2017. Concernant les entrants en CPI (Classe préparatoire intégrée), ils étaient 15 % en 2018 et 34 % en 2019.

 Vers plus de parité dans les écoles de chimie « L’année de la Chimie et sa communication ont vraisemblablement joué un rôle, explique Sylvie Bégin. L’initiative a permis de redorer l’image d’un secteur qui souffre encore d’une image de pollueur alors que la filière œuvre également à réduire la pollution, à produire plus propre, à réduire notre consommation énergétique… Ces aspects positifs sont trop souvent occultés. Par ailleurs, on remarque que l’évolution actuelle du secteur de la chimie vers le numérique et le Big Data conduit à un intérêt supplémentaire des hommes. »

La parité dans les écoles pour plus d’équité dans les entreprises

Pourquoi la parité est -elle importante ? Pour ne pas dévaluer les métiers de la chimie, de la biologie ou de l’agronomie. « La parité est essentielle pour que femmes et hommes puissent croiser leurs regards et pour que davantage de femmes accèdent à des postes à hautes responsabilités. Très peu sont aujourd’hui PDG de grands groupes industriels tels que ENGIE ou Ilham Kadri, PDG depuis 2019 du Groupe Solvay. Cette dernière est une alumni de l’EPCM de Strasbourg, ce qui est une grande fierté pour nous, en tant que femmes ingénieurs ou formant des femmes ingénieurs. »

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.