Assurer le transport de l’électricité à chaque seconde sur le territoire : le défi quotidien relevé par RTE. Pour accompagner la transition énergétique de la France, l’entreprise s’est lancée dans une grande transformation, comme nous l’explique Xavier Piechaczyk (ENTPE 1993, IEP Grenoble 2000, Ponts Paris Tech 2003), Directeur Général Adjoint Réseaux, Clients et Territoires de RTE.

 

crédits | Seignette / Lafontan

RTE en quelques mots ?

RTE- Réseau de Transport d’Electricité – détient le monopole du transport d’électricité en France. C’est une SA délégataire d’un service public. Les salariés motivés et  impliqués viennent donc travailler au profit de la collectivité. RTE est l’entreprise qui garantit que chaque Français a de l’électricité à chaque seconde. Cet engagement est très particulier: en cas de crise, tout le monde est sur le pont !

Quels sont vos grands métiers ?

Nous avons trois grands métiers, très techniques et technologiques. La prospective économique et l’architecture des marchés de l’électricité. Nous avons ainsi réalisé le bilan prévisionnel des scénarios électriques français qui ont fortement contribué à l’élaboration de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie par le gouvernement. La gestion des flux d’électricité à haute tension et de l’équilibre offre-demande. Pour acheminer l’électricité partout où il y en a besoin et en garantissant en permanence l’équilibre entre la production et la consommation. Le développement et la gestion d’une infrastructure importante. Celle-ci représente plus de 100 000 kms de lignes aériennes, plus de 300 000 pylônes et 2700 postes électriques qu’il faut aménager et entretenir.

Votre défi du moment ?

Accompagner la transition énergétique de la France. Nous vivons actuellement un grand bouleversement dans nos modes de consommation, de déplacement et dans le mix électrique de production (développement des ENR, fin des énergies fossiles). L’énergie est devenue une question politique centrale, ce qui n’était pas le cas il y a 20 ou 30 ans : ce sont des enjeux de société prégnants, que l’on retrouve aujourd’hui à travers la question climatique, les questions d’indépendance et de souveraineté nationale et européenne etc. Sur tous ces thèmes, nous avons un rôle majeur et structurant à jouer.

Et dans les années à venir ?

Nous devons rendre possible cette transition énergétique en adaptant le réseau aux évolutions du secteur électrique : la production change, les modes de consommation changent, entre les deux il y a les réseaux qui doivent changer ! Pour cela, il nous faut offrir aux pouvoirs publics une visibilité économique et construire les règles qui permettront au marché de fonctionner de manière fluide. Nous devons également et surtout rendre plus performante et plus intelligente la façon dont nous gérons les flux d’électricité, en adaptant notamment notre infrastructure et en y intégrant davantage de numérique. Tout cela sans accroitre notre empreinte sur les territoires.

A quels projets challengeants pourra participer un jeune diplômé chez RTE cette année ?

Ils sont nombreux ! En voici quelques-uns :
la création de cinq salles de supervision 24h/24 afin de monitorer en temps réel nos actifs et ainsi optimiser la maintenance et la gestion de notre infrastructure
la refonte de nos systèmes d’informations de conduite des flux d’électricité
la construction des raccordements de parcs d’éoliennes en mer, ainsi que des nouvelles interconnexions avec nos voisins
L
a participation à l’élaboration des règles de marché au niveau européen
l’accélération de la numérisation des postes électriques, un grand programme d’investissement pluriannuel

Où en est le marché européen de l’électricité ?

Il est une réalité ! Aujourd’hui, les marchés ne sont plus nationaux mais déjà intégrés au niveau européen. Mais en tant que maître d’ouvrage d’infrastructures, nous devons accentuer cette intégration en continuant à développer des interconnexions. Il en existe aujourd’hui une cinquantaine qui connecte la France à ses voisins européens. L’objectif est d’accroître ce nombre et d’augmenter la solidarité électrique entre les pays européens, ce qui est d’ailleurs prévue dans la PPE*. Nos prochains grands projets ? Construire et mettre en service de nouvelles interconnexions entre la France et l’Espagne, l’Angleterre et l’Italie.

Jeune diplômé et énergie : pourquoi ça matche ?

Parce que l’énergie est devenue une question sociale et sociétale très importante, qui concerne tout le monde, et les jeunes en particulier. Parce que l’énergie touche aussi bien les enjeux climatiques que les modes d’habitation et de déplacement. C’est un axe majeur de développement et de croissance future de nos sociétés. Donc ça attire ! Sans compter que l’énergie a toujours été un lieu d’innovation technologique forte, et ça continue… Le défi du développement des énergies renouvelables et du stockage de l’électricité est par exemple un challenge technique de taille pour les jeunes ingénieurs aujourd’hui.

Racontez-nous une semaine type du DGA Réseaux, Clients et Territoires…

En tant que dirigeant, je participe chaque semaine aux réunions du Directoire, du Comité exécutif et de mon équipe de direction, qui encadre environ 4 500 salariés. Mais au-delà de ces activités de gouvernance, je passe en moyenne un jour par semaine en déplacement sur le terrain, à la rencontre et à l’écoute des salariés dans nos locaux ou sur les chantiers, afin de résoudre des problématiques techniques mais surtout managériales. Le reste du temps, je rencontre nos clients et nos principaux interlocuteurs (industriels, producteurs d’énergie, élus, réseaux de distribution…). Enfin, j’anime régulièrement des réunions internes sur des problématiques de l’entreprise, au cours desquelles je donne des orientations à mes collaborateurs en les motivant et en les aidant à remplir leur mission.

Pourquoi choisir RTE ?

Car nous sommes l’entreprise des choix ! Avec l’électricité comme point commun, nous proposons aux jeunes une grande diversité de métiers et différents parcours dans l’entreprise qui leur permettent de se spécialiser, d’opter pour le management ou l’expertise. Chez RTE, on peut faire de la maîtrise d’ouvrage de projets, manager une équipe de maintenance, faire du SI ou devenir dispatcheur pour gérer les flux d’électricité depuis une salle de contrôle. Grâce à nos dispositifs de tutorat et d’accompagnement, nous sommes très attentifs à l’intégration des jeunes les premières années. Et comme aucune école ne prépare vraiment à nos outils et process, (puisque nous sommes les seuls à faire du transport d’électricité !), nous avons une offre de formation très importante.

Dans ma boite La performance est liée à la qualité de vie au travail. Chez RTE, nous accordons une grande importance à cette question ainsi qu’à l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle. Il y règne un fort esprit de solidarité, tant entre les collaborateurs qu’auprès des clients, à qui nous devons un service sans faille.

My Ponts ParisTech Je suis arrivé aux Ponts avec un diplôme d’ingénieur et une thèse de sciences sociales dans mes bagages. Ce MBA a complété ma formation pour faire de moi un bon maître d’ouvrage d’infrastructures. Cette école permet d’outiller les ingénieurs en les préparant à prendre des fonctions non seulement techniques, mais aussi managériales ainsi qu’économiques et financières.

Mes conseils pour débuter sa carrière sur le fil du succès

Pensez à l’énergie ! Le secteur a besoin de compétences en projets, en infrastructures, réseaux et aménagement, en numérique, qui caractérisent les ingénieurs des Ponts. Et surtout, faites des choix engagés ! Suivez votre intuition et optez pour une entreprise qui vous plaît, qui défend des valeurs fortes, dans laquelle vous serez heureux d’aller travailler.

Chiffres clés : 9 161 collaborateurs / 366 jeunes diplômés recrutés en 2018 / 22,4 % de femmes / 105 000 km de lignes aériennes / 300 000 pylônes / 2 700 postes électriques / 200 implantations

*PPE : Programmation pluriannuelle de l’énergie

Contact : xavier.piechaczyk@rte-france.com
laurence.lelouarn@rte-france.com

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.