Trois femmes, trois directrices, trois parcours différents qui se rejoignent sur la valeur ajoutée de leur entreprise : la volonté de favoriser la mixité. Ibtissem Ouardani, Véronique Colbert et Laure Mazuel louent en effet la place faite aux femmes chez Digiposte et les possibilités d’évolution offertes par l’entreprise.

 

Digiposte est un service du Groupe La Poste qui a fêté cette année ses 10 ans. « Nous proposons une boite aux lettres numérique et intelligente adossée à un coffre-fort numérique, pour gérer les documents de valeur, en particulier ceux qui relient les clients à leur employeur, comme les bulletins de paie ou encore le contrat de travail », explique Ibtissem Ouardani.

Digiposte, bon élève de la mixité

Des métiers plutôt techniques donc, liés à l’informatique, mais où les femmes représentent tout de même 32 % des salariés et 5 membres du Codir sur 12. « Etant donné la technicité des métiers, Digiposte se distingue par la mixité des profils. Nous avons des femmes product owner, développeurs, et à tout niveau de responsabilité, expose Laure Mazuel, chez Digiposte depuis un peu plus d’un an. C’est une direction du Groupe particulièrement bienveillante à l’égard des collaboratrices et des collaborateurs, qui prend en compte l’équilibre vie pro/vie perso. Ce bien-être au travail favorise également la parité ».

La volonté d’accompagner les parcours des postières et des postiers au sein de l’entreprise et l’avancement des carrières des femmes se retrouvent d’ailleurs particulièrement dans le parcours d’Ibtissem Ouardani. « Je suis arrivée dans Le Groupe La Poste avec pour mission de mettre sur pied un centre de services partagés RH dédié à la filière RH et aux managers de la branche Services-Courrier-Colis. Puis, j’ai accompagné la montée en charge de ce service comme chef de projet, avant d’être nommée directrice de ce même service, raconte-t-elle. Je ne suis pas sûre que j’aurais eu ce parcours ailleurs et l’opportunité de prendre la direction d’un service de 40 personnes à 33 ans.»

Ne pas s’autocensurer

Pour Véronique Colbert, arrivée chez Digiposte il y a 4 ans après avoir travaillé dans les télécoms, inclure des femmes est fondamental dans une entreprise telle que Digiposte. « Il ne faut pas laisser uniquement des hommes concevoir tous les produits numériques, au risque de créer des biais dans l’usage », alerte-t-elle. Si elle devait donner un conseil aux jeunes femmes, ce serait donc de s’intéresser au code et à des métiers plus techniques. Et de manière générale, de ne jamais arrêter de se former. « Ne croyez pas que la fin des études sonne la fin de l’apprentissage. En marketing par exemple, les métiers évoluent très vite. Il faut rester curieux et attentif pour suivre ces technologies ».

Pour Ibtissem Ouardani, l’important est de ne pas s’autocensurer. « Il est primordial d’envoyer des signaux positifs aux jeunes collaboratrices : quelle que soit sa trajectoire scolaire ou socioculturelle, il faut s’autoriser à être une fille ambitieuse ! » Un avis que partage Laure Mazuel : « Il ne faut jamais renier qui on est, rester authentique car cela paye toujours… et affirmer sa vision des choses ! C’est ce que j’ai appris à faire lorsque j’étais à mon compte pendant quatre ans. »

The great place to work !

– Des équipes engagées avec l’envie de faire avancer le produit

– Un service innovant qui bouge vite

– Une direction à taille humaine, qui favorise la cohésion d’équipe et la transversalité afin que chaque collaborateur soit partie prenante de l’évolution de Digiposte.

Chiffres clés

100 personnes / 5 millions de boîtes aux lettres numériques et intelligentes / Plus de 6 000  entreprises clientes et 3 millions de salariés en France reçoivent tous les mois leur bulletin de paye avec Digiposte

Contact

laure.mazuel@laposte.fr