Goûter au doux mélange de la grande tradition du luxe français et de l’esprit startup au sein de cette Maison créée par Frédéric Boucheron en 1858, et en pleine transformation. C’est ce que vous propose Hélène Poulit-Duquesne (ESSEC BS 92), CEO de Boucheron.

 

Comment la maison Boucheron a-t-elle traversé la crise sanitaire mondiale ?

Interview d’Hélène Poulit-Duquesne

Hélène Poulit-Duquesne, CEO de la Maison Boucheron

L’année 2020 a été l’occasion d‘accélérer la digitalisation que nous avions déjà actée. Nous nous sommes adaptés très vite, en mettant par exemple en place en trois semaines la vente à distance. Nous avons également déployé le click & collect, qui n’existait pas jusqu’alors. Notre site de e-commerce a quant à lui été lancé en France et au Japon en mars 2021 et sera bientôt étendu au reste du monde.

 

Dans ce cadre, comment réenchanter l’expérience client ?

Nous avons mis au point des « selling ceremonies » digitales. Nous reconstituons les rendez-vous clients en boutique avec un vendeur qui présente le produit, une assistante de vente qui l’essaye et un caméraman qui filme à l’aide de matériel professionnel, afin de conserver le niveau d’exigence qui nous caractérise. Enfin, nous avons, pour la première fois, fait voyager notre collection de haute joaillerie pour la présenter dans différents pays du monde.

Interview d’Hélène Poulit-Duquesne

Collier Lavallière Diamants de la collection de Haute Joaillerie Histoire de Style, Art Déco pavé de diamants et d’onyx, avec laque noire, sur or blanc. Paravent «Poissons», circa 1920, Jean Dunand – Galerie Marcilhac

Quels sont vos défis post-Covid ?

Il est clair que la consommation va devenir plus locale. Or le business model du luxe français a toujours été tourné vers le tourisme : les clients étrangers pouvaient représenter jusqu’à 70 % du chiffre d’affaires des maisons de luxe dans certains pays européens. Il est maintenant très important d’avoir un réseau local, en particulier en Chine où la consommation a repris fortement. Au niveau européen, nous nous tournons vers une clientèle locale qui avait pu être un peu délaissée. Lorsque le tourisme reprendra, nous conserverons sûrement certaines pratiques développées durant la crise, en commençant par exemple par les « selling ceremonies » digitales.

 

Jeune diplômé et luxe, un pari gagnant ?

Assurément. Le luxe est un secteur résilient qui a toujours su traverser les crises et les guerres. En plus du plaisir de l’objet, il y a dans les produits de luxe (joaillerie, horlogerie…), une notion d’investissement et de valeur refuge. L’industrie du luxe a encore de belles années devant elle ! C’est donc un choix que je recommande pour les jeunes diplômés.

 

>>>> Pour aller plus loin : Luxe, Transport & Logistique, Agroalimentaire & Grande distribution, Assurances & Mutuelles, Santé & Pharma, Télécoms, BTP & Construction, Energie, Défense, Banque & Finance, Industrie… Découvrez les 11 secteurs qui recrutent en 2021 et une trentaine d’entreprises qui ont besoin de vos talents cette année !

 

Comment avez-vous opéré vos choix de carrière?

De façon très intuitive ! Dès l’âge de 12 ans, j’étais passionnée par les dessins de Vogue… Pendant l’ESSEC, j’ai eu la chance de participer à la chaire LVMH, ce qui m’a permis d’intégrer la holding LVMH à ma sortie de l’école. Je suis restée 4 ans à ce poste, ce qui m’a donné une vision très stratégique et économique du secteur. Avec humilité, j’ai ensuite redémarré chef de produit chez Dior Parfums, puis chef de produit « bracelets cuir » chez Cartier…Dès lors, ma carrière s’est accélérée : à 32 ans, j’étais Directrice Marketing Horlogerie de Cartier, puis Directrice Marketing Monde et membre du comex, jusqu’à mon dernier poste de Directrice Commerciale. J’ai ensuite été chassée pour prendre la tête d’une maison de joaillerie. Mon rêve était de travailler chez Boucheron, de développer cette maison mythique, imaginez ma joie lorsque j’ai appris qu’il s’agissait de cette maison ! J’ai l’impression que tout mon parcours n’avait qu’une seule finalité : arriver ici, au 26 place Vendôme. C’était comme une évidence pour moi.

 

Je suis un jeune diplômé et je vous rejoins cette année : quelle ambiance vais-je trouver en arrivant ?

L’état d’esprit d’une startup de 160 ans ! Une ambiance énergisante et bienveillante, où le « test & learn » prévaut. Nous avons un patrimoine incroyable, mais nous avons su conserver une taille humaine et une formidable agilité. Depuis mon arrivée à la tête de Boucheron, et en accord avec les actionnaires du groupe Kering, mon ambition est d’insuffler un air nouveau sur le secteur de la joaillerie. Si vous partagez cet esprit de transformation et d’excitation, alors peut être que l’aventure Boucheron vous séduira !

 

Mon conseil

Choisissez un secteur qui vous passionne, pour ne jamais avoir l’impression de travailler. Faites-vous confiance, suivez votre cœur et soyez humble. Donnez avant de demander : l’entreprise vous le rendra toujours !

 

Contact :
careers@boucheron.com

Boucheron embauche dans le monde entier en CDI, CDD, stage et alternance. A retrouver sur son site carrière