Avec un mix énergétique composé à plus de 60 % d’énergies renouvelables, ENGIE s’impose comme un leader mondial en la matière. Jacques Boonen (M2 Affaires européennes, ICP 2007), Directeur de la Stratégie et de l’innovation et Philippe Lesoil (IGS 90), DRH de la BU Energies renouvelables France nous en disent plus sur les clés de la réussite de ce leader des ENR.

 

 

Jacques Boonen

ENGIE, « the place to be » pour un jeune dip’ qui veut s’investir dans le renouvelable ?

JB : Absolument ! Entreprise ultra dynamique dans un secteur en mouvement, ENGIE a pour ambition de multiplier par 2 sa capacité en éolien et par 3 sa capacité en solaire d’ici 5 ans en France. Véritable pionnier du renouvelable, le Groupe développe des projets à la pointe de l’innovation pour répondre aux défis d’un monde énergétique désormais en 3D : Décarboné, Décentralisé et Digitalisé. De quoi offrir de beaux challenges aux jeunes talents.
PL : D’autant plus qu’ENGIE a su anticiper et conduire ce virage stratégique avec des ambitions RH très fortes. Son leitmotiv ? Nourrir sa position de leader en accompagnant ses collaborateurs vers la transition énergétique.

 

Un exemple de projet innovant auquel il pourra participer en 2018 ?

JB : Un ingénieur féru de digital pourra par exemple améliorer la performance de nos parcs éoliens et solaires en travaillant sur la plateforme digitale Darwin qui centralise les milliards de données issues de ces parcs éoliens et solaires à travers le monde. D’autres participeront à l’aventure de l’éolien en mer flottant. Une opportunité unique d’apporter la force des vents marins dans les territoires et un défi technologique de taille : Imaginez une éolienne ayant l’envergure de deux avions A380, en pleine mer sur un flotteur ! Des jeunes talents plus axés business pourront quant à eux contribuer au développement de nouveaux business models permettant aux industriels de profiter de la compétitivité des énergies renouvelables.

 

Les soft skills essentielles pour accompagner cette révolution énergétique et industrielle ?

Philippe Lesoil

 PL : L’ouverture et la curiosité avant tout : au sein du Groupe bien sûr, mais aussi auprès des communautés extérieures (startups, experts, collectivités…). L’audace également. Chez ENGIE, on peut (et on doit !) croire à des choses qui n’existent pas encore. Ce sont d’ailleurs cette ouverture et cette audace qui nous permettent aujourd’hui d’ouvrir une grande partie des données d’un de nos parcs éolien en « open data ». C’est une première mondiale qui permet à chacun de mieux comprendre mais aussi de faire des propositions concrètes pour rendre cette filière encore plus compétitive (opendata-renewables.engie.com). L’exigence, l’attention, l’esprit collaboratif et la sécurité sont aussi des compétences phares quand on s’investit dans le renouvelable chez ENGIE.

 

Pourquoi rejoindre ENGIE quand on est un jeunes dip’ ?

JB : ENGIE allie la force d’un grand groupe et l’agilité d’une PME. C’est une entreprise qui nous permet d’exprimer nos idées, d’innover, de prendre des initiatives et qui met toute sa puissance au service de la réalisation de nos projets.

 

 Avec ENGIE, vivez en live l’aventure de la transition énergétique !  En 2018, ENGIE propose aux étudiants, développeurs, data scientists et autres férus de renouvelable de participer au « challenge Open Data ». Ce concours d’un genre nouveau vous invite à trouver des solutions pour optimiser la production et la maintenance du parc éolien de la Haute Borne (Marne), à partir des données réelles du site, que le Groupe rend publiques.
Autre initiative : le « parcours Cross Talent », initié par l’Institut des métiers ENR, permet à 15 cadres issus de différentes Business Units du Groupe de travailler pendant 6 mois sur des thématiques opérationnelles telles que le développement de la performance industrielle avec le digital par exemple.

 

Rejoignez-nous ! www.engie.com/carrieres

 

 

Avec Michaël Jeremiasz, le handicap monte au filet

Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait de l’inclusion son cheval de bataille. Rencontre avec un champion qui conjugue sensibilisation et action

Notre top 5 des podcasts de l’été

Culture, humour, voyages, interviews… Ecoutez sans modération sur la plage, dans l’herbe ou partout où vous vous sentirez bien cet été, ces 5 podcasts, écoutés et approuvés par la rédaction.

Le grand témoin – Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées

« En 2020, l’accès à l’emploi reste un de nos plus grands combats ». Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées revient sur les derniers engagements du gouvernement

[#PopTaCulture] Les Enfants loups, Ame et Yuki

Sarah Bousnina, responsable cinéma du Bureau des Arts d’ICN Business School, nous partage sa passion pour les animés et nous présente l’un de ses préférés : Les Enfants loups, Ame et Yuki.

[Sup vs Covid] Communication de crise mode d’emploi

Basculer en 100 % distanciel en moins de deux semaines : les grandes écoles et universités ont relevé le défi que le confinement leur a imposé ! Un défi pédagogique et technique qui n’aurait pas pu être tenu sans une communication de crise ultra efficace....

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.