Quadruple médaillé paralympique, le tennisman français Michaël Jeremiasz fait aujourd’hui plus que jamais de l’inclusion son cheval de bataille. Ce champion, porte-drapeau de la délégation française aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016, se consacre aujourd’hui plus que jamais à la sensibilisation et à l’action. Rencontre.

 

« La peur, la colère contre moi et contre le monde entier ». Voilà ce qu’a ressenti Michaël Jeremiazs après l’accident de ski qui l’a rendu paraplégique alors qu’il avait tout juste 18 ans. « J’ai commencé à vivre au jour le jour sans me prendre la tête. J’ai découvert le tennis fauteuil par hasard, 6 mois après mon accident, lors d’une rencontre sportive où je m’étais rendu avec ma famille. Le sport s’est alors imposé à moi : c’est grâce à lui que je me suis reconstruit. »

 We are the champions

Avec plusieurs Grands Chelems et quatre médailles olympiques à son actif (dont, excusez du peu, une médaille d’or en double à Pékin en 2007), ce champion qui a trusté la première place du podium mondial du tennis fauteuil au cours de sa carrière est un habitué des victoires. Des victoires qu’ils voient avec « beaucoup de plaisirs, d’émotions, de partage avec mes proches, le sentiment d’avoir bien travaillé. 15 ans d’une vie privilégiée, unique et magique. » Des victoires qui n’occultent pas les impacts que le handicap a pu avoir sur son quotidien. « J’ai dû gérer une nouvelle vie et ce n’était pas tous les jours faciles. Il a fallu que je me réadapte à l’environnement et que j’affronte le regard des autres. »

 Objectif sensibilisation

Après avoir mis fin à sa carrière sportive, Michaël Jeremiazs a créé Handiamo avec son grand frère et son ancien entraineur. Sa vocation ? « Entrainer les sportifs de haut niveau et en situation de handicap dans la gestion de leur carrière. Nous accompagnons aussi les entreprises en organisant des initiations et démonstrations de sport paralympique par des athlètes afin de les accompagner dans leur politique interne de sensibilisation. »

 Plusieurs cordes à sa raquette

Si une partie de son emploi du temps est consacrée à Handiamo et à son association « Comme les autres », le champion français s’investit également dans sa boite de production Les gros films et à sa société de conseil, avec laquelle il accompagne les entreprises sur leur politique handicap. Et parce que la passion de la petite balle jaune ne l’a pas quitté, il dirige aussi depuis quatre ans le tournoi French Riviera Open.

Mais quelle que soit la casquette qu’il porte, celui qui se définit comme « heureux, amoureux et audacieux » fait de l’humour un de ses meilleurs coups droits. « Pour moi l’humour est compatible avec tout, y compris le handicap, à condition que les gens veuillent bien être ouverts. Je pense que c’est un très bon outil pour briser la glace et pour changer le regard que l’on porte justement sur le handicap, désacraliser la vision et les a priori que les gens peuvent avoir.

 

« Tu as le droit de rêver, d’être heureux, d’essayer de faire des choses. Alors vis tes rêves, sors de ta zone de confort, dis-toi que tu es le seul à pouvoir décider de ce que tu peux faire. Et surtout, ne laisse personne t’interdire quoi que soit. »

 

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.