Diplômé en 1979 de l’ESPCI, Olivier Duthuit est aujourd’hui Directeur RATP Infrastructures, aboutissement d’une carrière atypique pour un diplômé de cette école. Après un court passage chez Renault au département études, il s’épanouit chez Philips ou encore Thales, avant d’être séduit par le dynamisme de la RATP il y a 15 ans.

 

crédit RATP Photo Denis Sutton

Pourquoi ça a tout de suite matché entre vous et la RATP ?

La RATP est une entreprise extrêmement accueillante composée de collaborateurs passionnés par la technique et leur métier. Je me suis tout de suite reconnu dans les valeurs de service et d’excellence technique que veut atteindre la RATP. De plus, c’est une entreprise qui bouge !

 LE défi de 2019 ?

C’est le changement de modèle lié à l’ouverture de la concurrence. Si les réseaux de surface Bus et tramway seront respectivement concernés en 2024 puis en 2029, les appels à intérêt seront lancés dès cette année pour les lignes métro du Grand Paris 16 et 17. Notre défi ? Assurer la maintenance de nos infrastructures pour des opérateurs qui ne seront pas forcément la RATP.

 L’ESPCI, l’école parfaite pour la gestion des infrastructures de la RATP ?

Si les techniques du monde ferroviaire sont assez éloignées de ce que j’ai vu en cours, les qualités d’ouverture d’esprit, de curiosité intellectuelle et de sensibilité à l’innovation transmises par l’ESPCI me sont indispensables aujourd’hui !

Le projet innovant sur lequel la RATP travaille actuellement ?

De nombreux projets d’extension, lignes 4, 11 12, 14 ou de modernisation comme l’automatisation de la ligne 4 sans arrêter l’exploitation sont menés en parallèle et mobilisent les équipes de maîtrise d’ouvrage et d’ingénierie.

Et au sein de votre département ?

Les exigences pour la performance des infrastructures sont croissantes, pour les atteindre nous mettons en place des technologies digitales pour la surveillance et la maintenance prédictive de nos installations.

 L’ambiance de travail au sein de la Gestion des Infrastructures de la RATP ?

La rigueur dans la bonne humeur, c’est notre crédo ! Pour l’exploitation des réseaux métro et RER, Nos collaborateurs sont tous situés en région parisienne, ce qui donne une coloration familiale à la RATP. Le vrai plus de la RATP, c’est la possibilité de changer de métier pour ceux qui le souhaitent. De plus, des passerelles existent vers les différentes filiales du Groupe.

 Les qualités du parfait collaborateur ?

Nous recherchons des managers attirés par la technique. Pour cela, nous sommes attirés par les talents responsables… La sécurité des voyageurs et des agents est un enjeu primordial, tout comme l’innovation et le sens du service. La RATP évolue dans un secteur à fort enjeu technologique.

 #PleinLaTech

IA et big data, vos meilleurs alliés ?

Nous devons exploiter des volumes très importants de données pour optimiser la gestion de nos infrastructures. L’IA sera d’une très grande aide pour tout ce qui concerne la maintenance prédictive.

 #MyParisTechTouch

La pluridisciplinarité est une des qualités que j’ai trouvées à l’ESPCI. Mon parcours en est la preuve ! Mais l’école m’a aussi transmis de solides bases scientifiques me permettant d’aborder les problématiques du quotidien sereinement.

RATP Infrastructures : 3 000 collaborateurs / CA 2018 : 850M€ CA

RATP Groupe : CA 2018 : 5,56Mds€

RATP Ile-de-France : CA 2018 : 4,352Mds€ dont 1,6Mds€ investis dans la modernisation du réseau et l’entretien des infrastructures / 45 000 collaborateurs

 

Contact :  olivier.duthuit@ratp.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.