Avec un département juridique composé à 75 % de femmes, le groupe Accor fait figure de pionnier dans le domaine de la parité et de l’égalité salariale. En tant que directrice juridique et compliance  Groupe, Besma Boumaza (DEA Droit Assas 2000) revient pour nous sur son parcours au féminin.

 

« Je ne crois pas que l’on puisse avoir un plan de carrière prédéfini. Pour moi, il faut plutôt savoir saisir les opportunités » explique d’entrée Besma Boumaza, directrice juridique et compliance Groupe du groupe Accor. Après une collaboration d’une année au sein du service contentieux d’un cabinet d’avocats, son CAPA en poche, elle accepte la possibilité qui lui est offerte d’entrer au ministère de la Justice. « Quatre années passionnantes et extrêmement formatrices, des collègues engagés, vraiment une bonne surprise » résume-t-elle.

De la banque à l’hôtellerie

Mais cette expérience publique n’était qu’une parenthèse… « On m’a bien proposée de partir à Bruxelles à la Représentation permanente française, mais trop d’années dans le secteur public m’auraient définitivement éloignée du privé, auquel je voulais retourner. J’ai donc choisi d’intégrer la Société Générale, une entreprise réglementée dans laquelle je pouvais capitaliser sur mon expérience au ministère ». Après 4 ans passés dans le secteur bancaire, où elle développe ses compétences en droit des sociétés, droit boursier et droit des affaires, Besma Boumaza opte pour un virage radical et découvre le milieu de l’hôtellerie chez Accor. Immédiatement, elle est frappée par l’esprit d’initiative porté par les deux fondateurs du groupe et qui est resté dans l’ADN du groupe.

Accor : les juristes dans le mouvement

 Partenaire du mouvement HeForShe

Elle apprécie également que les femmes soient mises particulièrement à l’honneur au sein du groupe Accor, qui fait partie des partenaires historiques du programme de l’ONU HeForShe. Ce programme engage au niveau mondial 10 entreprises (dont Accor), 10 gouvernements et 10 universités pour faire évoluer les comportements et l’égalité des sexes à travers le monde. « Ce partenariat s’inscrit dans l’engagement du groupe Accor pour la parité et la diversité dans l’entreprise, porté activement par son PDG, Sébastien Bazin ». Ainsi, le réseau de mixité interne du groupe, baptisé Riise, porte tout au long de l’année de nombreuses initiatives pour le succès des femmes, notamment des actions de mentoring et des conférences dédiées et compte plus de 14 000 membres « C’est un sujet très fort dans le groupe. Et nous nous sommes fixé un objectif de 35 % de femmes directrices d’hôtels en 2020. Un métier difficile et très prenant, pour lequel, souvent, les femmes n’osent pas postuler… ». Pour Besma Boumaza, la discrimination positive en faveur des femmes est efficace, dans la mesure où la mixité ne se fait pas toujours naturellement ou prend trop de temps. « Clairement, j’ai vu un avant et un après loi Copé-Zimmerann. La plupart des très grandes sociétés ont désormais au moins 40 % de femmes au sein de leur conseil d’administration, c’est entré dans les mœurs ».

Des mentors hommes et femmes

Si on lui demande les personnes qui ont été déterminantes dans sa carrière, Besma Boumaza cite spontanément l’associée du cabinet d’avocats qui lui a fait confiance en premier lors de son stage de fin d’études.  « Une femme qui n’avait peur de rien, très professionnelle mais aussi très drôle ». Ensuite une magistrate du ministère de la Justice, « une femme de conviction, épanouie, respectée et toujours disponible ». Et enfin François Pinon, qu’elle a remplacé au poste de directeur Groupe d’Accor en février 2019, et avec qui elle a travaillé de nombreuses années, « le meilleur juriste que j’ai rencontré et un patron-coach incroyablement bienveillant ».

Avis de recherche : Le problème de la mixité ne se pose pas partout de la même façon ! Accor aimerait diversifier ses équipes juridiques, composées actuellement de 5 hommes pour 17 femmes !

Contact :

besma.boumaza@accor.com

francoise.cieslak@accor.com

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.

France TV : construire ensemble la télé de service public de demain

Offrir des contenus de qualité au public le plus large en veillant au respect de ses missions de service public, tel est le défi que relève le groupe France Télévisions au quotidien. Explications de Francis Donnat, son Secrétaire général.