Grenoble Ecole de Management (GEM) devrait rouvrir son campus aux cours en présentiel le 8 février 2021. Après avoir été une des premières écoles françaises à annoncer une rentrée de septembre 2020 en full distanciel, GEM est revenue le 10 décembre sur son organisation de ces derniers mois et a annoncé ses nouveautés pour l’an prochain.

 

« Dès la fin du premier confinement, nous avons décidé, à l’instar de Cambridge ou de McGill, d’une rentrée à distance au moins pour les six premières semaines. Car même si nos étudiants respectent les gestes barrières, un cluster à l’échelle d’une école constitue un risque majeur en termes sanitaires. Beaucoup d’étudiants sont touchés par la situation c’est un fait, mais leur détresse est accentuée quand on ajoute de l’incertitude à l’incertitude. A GEM, nous souhaitons pouvoir mettre des certitudes sur la situation. Avec tout ce que nous avons mis en place en termes d’innovations je pense que nous avons apporté la réponse la plus satisfaisante possible dans un environnement contraint, sans jouer avec le feu » introduit son directeur Loïck Roche.

Une rentrée à distance pour la partie enseignement, mais des locaux ouverts, permettant d’accueillir les étudiants de façon individuelle ou en petits groupes pour leur accéder à la vie associative, à la bibliothèque…

Innovation à tous les étages

Et en parlant d’innovation, GEM a pu profiter de son avance certaine en la matière, notamment grâce à son GEM Labs inauguré il y a peu. « Nous évoluons dans un écosystème technologique très développé qui nous permet d’avoir une certaine maturité dans notre façon d’appréhender la technologie. Comme le montre la plateforme Virbela de Laval Virtual, avec qui l’école a collaboré sur le projet d’un campus virtuel mis en service à la rentrée de septembre 2020 » indique Sylvie Blanco, directrice de l’innovation de GEM et fondatrice du campus GEM Labs.

Aperçu de la rentrée 2020 / 2021 sur le campus virtuel de Grenoble Ecole de Management

Une plateforme que l’école entend être expérientielle et faisant la part belle à l’interaction et à l’émotion. « Nous avons notamment beaucoup travaillé sur l’avatar et l’image de soi qui en découle. Nous avons également collaboré avec les acteurs du Street art festival de Grenoble pour insuffler de l’art dans cet exercice d’embarquement numérique des étudiants sur ce campus virtuel. »

>>>> Retour sur l’innovation made in GEM : la rédaction a testé pour vous le Shop connecté de GEM Labs

Ce qu’en pensent les étudiants ?

Une rentrée avec des cours 100 % à distance donc, pas forcément simple à gérer quand on est en première année. Lalie Genin, entrée à GEM en septembre 2020, raconte. « Nous avons commencé l’année avec le Défi de la rentrée sur une plateforme virtuelle où nous avons trouvé un campus complètement reconstitué. L’interactivité et la qualité de la solution technique étaient géniales et j’ai vécu l’expérience comme si j’étais sur place…mais à distance. J’ai aussi pas mal de liens avec les professeurs, même si les échanges pour les travaux de groupe sont parfois un peu compliqués » estime-t-elle en espérant pouvoir retrouver un peu de présentiel dès que la situation sanitaire le permettra.  

Même son de cloche côté vie associative. Valentin Moreau, étudiant en 2A du PGE et président de l’association GEM ONU en 2020 a vu cette situation inédite comme un vrai challenge. « Nous avons eu la chance que l’école nous donne assez tôt de la visibilité sur les événements à venir et nous aide sur beaucoup d’aspects. De fait, la passation avec l’ancien bureau s’est bien passée. Les circonstances nous ont même poussés à investir sur certains modèles et à en repenser d’autres. La crise a mis en avant l’importance des nouvelles technos, un secteur dans lequel je compte d’ailleurs m’orienter pour ma césure dans quelques mois ». Un challenge donc, mais aussi un peu de renoncement pour Lalie qui aurait beaucoup aimé rejoindre la comédie musicale de l’école cette année.

Sur la feuille de route de GEM en 2021

Avec la volonté de « mettre un peu de certitudes dans cette incertitude ambiante », Jean-François Fiorina, DGA et directeur des programmes de GEM, fait d’ores et déjà des annonces pour 2021.

La rentrée. GEM a décidé la réouverture de l’intégralité de ses campus pour toutes ses formations lundi 8 février 2021 à 8h, à l’exception des alternants qui poursuivront le on-line jusque fin février.

Les Journées Portes Ouvertes. Elles auront lieu en ligne le 9 janvier 2021 pour le public francophone et en février pour les internationaux. Pour s’inscrire, ça se passe ici.

Les autres grands événements. Le forum de recrutement de GEM aura lieu en ligne fin janvier 2021. Un format adopté également pour le Forum de Géopolitique, la Journée des parents et les traditionnels amphis pour les départs à l’étranger. Un point d’interrogation subsiste pour le Gala et la remise des diplômés ainsi que pour Altigliss.

 L’hybridation des enseignements. GEM s’équipe de 32 « Hyflex rooms » pour 1,2 million €. Des salles de cours hybrides en cours de déploiement sur ses campus français permettant de dispenser un cours à des publics à distance et en présentiel en simultané grâce à 2 écrans, 2 caméras orientables et un système de sonorisation avancé. Capacité totale théorique de ces salles : plus de 10 000 places.

Le lancement d’un nouveau Bachelor Digital & Business Development à Paris en 2021. Un programme en 3 ans proposant 80 places et accessible au niveau bac ou bac+1 via le concours Passerelle Bachelor et Parcoursup. Frais de scolarité : 7 950 € / an.

Le lancement du nouveau cycle de conférences GEMNext – On a testé le futur. « Un cycle de conférences interactives et accessibles à toutes et tous : étudiant.e.s de GEM, parents, staff GEM, diplômé.es, à partir de janvier 2021 Au programme : transformation numérique, énergie et société, territoires en transition, santé, entrepreneuriat et innovation, comportement du consommateur, marketing stratégique et management ».

La création d’un « dream tech lab ». De quoi « stimuler un techno-entrepreneuriat durable, où les apprenants apprennent à s’approprier et à diffuser, avec sagesse, des solutions à base de technologies ».

L’affirmation de son jumeau numérique comme un levier de renouvellement majeur. « Tous les labs d’innovation d’entreprises ont une version physique et une version virtuelle. C’est une nécessité pour interagir avec les parties prenantes, à l’échelle internationale notamment et encore plus dans un souci de transition écologique. Avec un jumeau numérique, on peut manipuler les choses un nombre de fois illimité, commettre des actions irréversibles, rassembler des personnes à une échelle non faisable en présentiel et capturer des données de comportements, tracer et capitaliser les échanges, inviter des personnes d’horizons très différents. Cette nouvelle génération d’innovation est à la fois illimitée et enthousiasmante » note Sylvie Blanco.

La pérennisation des deux cellules d’écoute et de soutien mises en place dès le 24 mars 2020. « La ligne », à destination des collaborateurs et « Care line for me » à destination des 8 000 étudiants de l’école permettent ainsi à chacun « de parler librement à des professionnels indépendants. Quel que soit son profil, on est certain d’avoir au bout du fil quelqu’un qui parle sa langue et comprend sa culture » insiste Jean-François Fiorina.