Fondé en 1986, Télécom Bretagne s’est très vite imposé comme le spécialiste de la cybernétique, des réseaux et du droit du numérique. Aujourd’hui, l’école a fusionné avec Mines Nantes pour former IMT Atlantique et ambitionne de former des ingénieurs innovants.

 

IMT Atlantique a toujours été à la pointe de la technologie. En 2013, Télécom Bretagne lance l’un des premiers MOOC scientifique de France : « Introduction aux réseaux mobiles » et est aujourd’hui le premier créateur d’Europe de MOOCs sur les réseaux.`

 

 

Désormais, IMT Atlantique souhaite d’insuffler une vague d’innovations à ses étudiants au travers d’une nouvelle pédagogie. « Nous voulons modifier les concepts d’apprentissage en créant un mélange harmonieux entre MOOCs, cours en ligne, en présentiel, classes inversées et pédagogie par projets », explique Yann Busel, responsable du département SRCD (Systèmes, Réseaux, Cybersécurité et Droit du numérique).

 

Former à l’innovation

Pour Gwendal Simon, professeur associé à IMT Atlantique, l’innovation est un point important de l’apprentissage des élèves ingénieurs : « notre objectif est de défaire les habitudes des étudiants, de casser leurs codes, leur structure par rapport à la scolarité traditionnelle et de les faire penser « out of the box ». Durant leur scolarité, ils passent par différentes phases de projet pour leur faire découvrir le travail de groupe, la gestion de projet et le terrain. »

 

Outre cette pédagogie, les étudiants d’IMT Atlantique ont également un projet d’innovation en 2e année de cursus ingénieur. Pendant 3 mois, les 200 étudiants sont encadrés par des enseignants-coachs. « Nous faisons travailler les élèves sur la partie créativité afin de ne pas proposer des projets décontextualisés. Ils s’entraînent également sur l’art de convaincre : ils doivent réaliser des prototypes rapidement et apprennent à réaliser des pitchs pour les investisseurs », explique Gwendal Simon.

 

Le plus gros incubateur du Grand Ouest !

IMT Atlantique possède également un incubateur, « le plus gros du Grand Ouest« , commente sa directrice, Marianne Laurent. Depuis sa création en 1998, l’incubateur a hébergé plus de 135 projets, compte 20 Lauréats i-Lab et a permis la création de plus de 600 emplois en Bretagne. Parmi les startups se trouvent :

 

• Woleet, cofondée par Clément Pansard, Gilles Cadigan et Vincent Barat, cette startup est spécialisée dans le blockchain. « Avant, les transactions passaient par des tiers de confiance, mais celles-ci pouvaient être falsifiées. Notre idée est d’utiliser le bitcoin comme une sorte de notaire qui va mettre tout le monde d’accord sur une vérité numérique », explique Gilles Cadigan.

 

Woleet

Gilles Cadigan, co-fondateur de Woleet

 

• Acklio. Portée par Alexender Pelov et Laurent Toutain, la startup ambitionne de révolutionner le monde des objets connectés. « Nous développons les logiciels et technologies qui vont connecter les milliards d’objets à Internet. Nous travaillons sur les villes connectées, l’agriculture, les usines, le réseau d’électricité, d’eau ou de gaz. Aujourd’hui, les entreprises et les municipalités ne s’équipent pas pour des raisons financières, de difficulté d’intégration ou de sécurité. Notre solution répond à ces freins en apportant une innovation clé grâce à un algorithme de compression », commente Alexender Pelov.

E4SE : l’équipe qui va révolutionner la connectivité

L’école, experte dans l’internet des objets, a créé la nouvelle équipe de recherche E4SE pour (Enabling Affordable Smart Environnement). L’objectif des chercheurs est d’entrer dans l’ère du pleinement connecté. « Aujourd’hui, l’écosystème des objets connectés n’est pas très transparent. Nous avons travaillé sur le véhicule pour le placer au centre d’un écosystème afin de le rendre coopératif et autonome. Demain, le véhicule sera connecté aux feux tricolores, aux péages et collaborera avec les infrastructures », explique Jean-Marie Bonin, responsable d’équipe au département SRCD.

 

Ces projets innovants sont à surveiller de très près, mais il est fort à parier que les prochaines technologies émaneront d’IMT Atlantique.

Les spécialités du campus de Rennes d’IMT Atlantique

• Les systèmes réseaux sur les thématiques : Internet des objets, réseaux d’opérateurs, 5G, villes intelligentes, véhicules autonomes

• Cybersécurité sur les thématiques des politiques de sécurité, de détection d’intrusion, d’anonymisation et de contrôle des accès. Cette spécialité est associée à la chaire industrielle CYBER CNI pour les infrastructures critiques.

• Le droit du numérique, l’économie du numérique à l’échelle européenne.

Silence, cette jeune pousse !

En 3ème année à l’ISEP à Paris, cette étudiante a lancé sa ferme connectée au Cameroun début 2018. Rencontre avec une entrepreneure, la main sur le cœur.

Ma thèse en 180 secondes : doublé gagnant pour Grenoble en finale internationale

Philippe Le Bouteiller a remporté le 2ème prix du jury et le prix du public le 27 septembre dernier à Lausanne pour la finale internationale du concours Ma thèse en 180 secondes

Réfugié-entrepreneur

Réfugié soudanais de 28 ans, Motawakil Ali a pu se lancer dans l’entrepreneuriat grâce au programme Tremplin de l’université Paris-Dauphine.

Pour que les sportifs ne soient pas en RADS !

RADS, c’est le capteur connecté qui mesure les performances des sportifs de haut niveau (ou pas !). Romain Laurent présente l’innovation.

Rigg it !

Edgard Cros, étudiant en animation 3D à l’ESMA Montpellier, rigger hors pair : un profil qui a séduit le studio Illumination Mac Guff qui l’a pris en stage.

Rencontre avec J.R. dos Santos, écrivain du 3ème type

Présentateur vedette du 20 heures au Portugal, J.R. dos Santos mène une double vie. Écrivain à succès, il nous livre quelques uns de ses secrets et évoque Signe de vie, son dernier opus

Mars pour limite : un élève de l’ISAE-SUPAERO rejoint la station LunAres en août

Simon Bouriat aurait-il été piqué par un virus martien ? Après avoir participé à une première expérience de simulation de vie martienne à l’hiver 2017, cet étudiant de 3e année à l’ISAE-SUPAERO rejoindra la station LunAres basée à Pila (Pologne).

Apprendre l’anglais ce n’est pas du cinéma avec e-dutainment !

Focus sur e-dutainment, la plateforme d’apprentissage de l’anglais d’un nouveau genre développée par Clotaire Marmignon et son frère Corentin.

Un début de carrière bien négocié

Pauline Giraud, en 3e année du PGE à l’EM Strasbourg a remporté en mars 2018 le concours international francophone Les Négociales face à 6 000 candidats

Portrait : Embarquez pour une carrière de rêve !

Portrait d’Alyzée Joy Montana Eloi. Elle a décroché LE job le plus cool du monde. Sa mission ? Tester des croisières autour du monde