Plus besoin de présenter ce spécialiste du crédit à la consommation grand public en ligne. Mais ce que vous pouviez ignorer sur cette entreprise connectée et engagée, Nicolas Wallaert (IÉSEG School of Management 95), Directeur Général, vous le dévoile en exclusivité. Changez votre regard sur Cofidis et rejoignez ses équipes !

 

Pouvez-vous nous révéler un des aspects peu connu de Cofidis ?

Cofidis est une firme française, mais elle est aussi présente dans 8 autres pays d’Europe (Belgique, Espagne, Italie, Portugal, République tchèque, Hongrie, Slovaquie et Pologne). En effet, nombreux sont ceux qui ne savent pas qu’elle diffuse à l’international son concept de crédit à la consommation à distance. En France, sa raison d’être : être un créateur de confiance, connecté et engagé. « Confiance » parce que c’est la base de tout business à distance, « connecté » entre nous, avec nos clients, nos partenaires et notre environnement, et « engagé » pour répondre à notre mission sociétale de construire ensemble une société meilleure.

Cofidis a été élu « Service client de l’année » pour la 7ème fois dans la catégorie « Organisme de crédit ». Quelles sont les trois clés de ce succès ?

  1. L’accessibilité : email, téléphone, Facebook, chat… Nos 800 conseillers clientèle sont disponibles et impliqués sur chacun de ces canaux de communication.
  2. Personnalisation des relations : bien écouter les besoins de chacun et y apporter une réponse adaptée, instantanée et pertinente, telle est la mission que nous ne cessons d’honorer.
  3. Proximité : même à distance, nous nouons un lien chaleureux et bienveillant avec tous nos clients et partenaires.

 

« Tous nos experts incarnent une valeur forte de notre ADN : l’humain. »

 

Des valeurs qui se retrouvent aussi en interne ?

Tout ce qui se passe en externe vaut en interne. C’est même cette puissante confiance entre nos collaborateurs qui les rend également attentionnés avec nos clients et partenaires. Sans confiance, il n’y a pas de business. C’est pourquoi, chacun est accompagné à titre individuel pour évoluer à mesure que l’entreprise grandit. Il y a de vraies possibilités de mobilité en interne.

Cofidis négocie le virage de la transformation digitale. Quels sont ses grands projets ?

Depuis 36 ans, Cofidis se montre proactive vis-à-vis des nouvelles technologies. Toutes nos procédures se font en ligne, jusqu’à la signature du contrat. Faciles, simples et efficaces. Pour continuer sur cette lancée, nous accompagnons des géants du web comme Amazon avec, par exemple, le paiement en plusieurs fois avec 4xCB ou PayMens. Mais aussi des startups et des chaires de recherche d’universités afin de créer ensemble des outils d’optimisation du parcours client (lecture automatique de documents, analyse de mails grâce à l’IA, chatbot…). Sans perdre notre fil conducteur : la relation humaine.

Les méthodes de travail s’en trouvent disruptées non ?

Bien sûr, car en réalité cette transformation digitale est avant tout une transformation culturelle. Les entreprises doivent renouveler leur organisation pour que leurs salariés puissent s’adapter à ces nouveaux challenges. Chez Cofidis, nous avons mis en place notre réseau collaboratif WorkPlace (une sorte de « Facebook interne »), des hackathons, une plateforme digitale de formation, du télétravail ou encore des comités d’innovation pour créer une intelligence collective autour des défis du numérique. A l’ordre du jour, le design thinking, le smart working (ou « travail agile ») et prochainement des sujets comme le flex office, des espaces de co-working … Des dispositifs pour faciliter d’autant plus la vie des collaborateurs, leur offrir plus d’autonomie, de responsabilités et les aider à monter en compétences.

Racontez-nous un peu votre parcours professionnel avant de devenir Directeur Général.

Je suis entré en tant que contrôleur de gestion dans le Groupe. Passé Directeur financier, puis Directeur Commercial, j’ai pu prendre conscience de comment gérer des équipes et surtout comment glisser d’un point de vue à un autre. Je n’oublierai jamais lorsqu’au comité de direction je suis passé de la défense des intérêts financiers à ceux des commerciaux. Cette expérience m’a beaucoup aidé à devenir le Directeur Général que je suis depuis août 2013. J’ai plus de facilité à comprendre les différentes réalités de chaque service.

Votre routine matinale ?

J’aime me lever tôt, aller courir et arriver parmi les premiers au bureau. Une fois mon café préparé, je regarde mon agenda. Ma 1ère tâche : organiser la journée. Après avoir calé et préparé mes réunions, j’essaye toujours de trouver un peu de temps pour échanger avec tout le monde. Prendre soin de mes collaborateurs, c’est ce qui me motive.

Si vous deviez donner aujourd’hui un conseil au jeune manager que vous étiez il y a 15 ans ?

Fais ce que tu aimes, pars à la découverte du monde, reste authentique et tu seras bon dans ce que tu fais. L’authenticité surtout est fondamentale. Avec l’expérience, j’ai vite compris qu’être soi-même, sans orgueil mal placé, est ce qui permet de trouver sa place dans une entreprise et dans une équipe.

Utiles vos années à l’IÉSEG School of Management ?

Complètement ! On travaille beaucoup en groupe dans cette école et cela nous permet de développer une intelligence collective. Quand on prend l’habitude de collaborer ainsi, on le fait instinctivement lorsqu’on arrive en entreprise. C’est la meilleure formation pour devenir un bon manager, capable de penser en équipe.

« Alors que j’étais en option gestion et finance à l’IÉSEG School of Management, j’ai fait mon mémoire de fin d’études sur Banque Directe, la 1ère banque en ligne. Et aujourd’hui, j’ai la chance de participer à l’incroyable aventure du pionnier du crédit en ligne ! Je suis ravi de continuer à travailler sur ce qui me plaît. »

 

« Empowering Changemakers for a Better Society », tel est le slogan de l’école. Et vous, are you a changemaker ?

Contribuer à l’évolution de la société est une mission dont est chargée chaque entreprise. En tant que Directeur Général, et diplômé de l’IÉSEG School of Management qui plus est, je suis chargé de porter ce projet sociétal. Alors oui, changemaker à jamais.

#AvecDesSi Si je n’avais pas fait IÉSEG School of Management, je n’aurais jamais… rencontré ma femme ! Et fondé ma famille avec mes deux garçons Léo (16 ans) et Raphaël (12 ans). La chose la plus importante dans ma vie.

Cofidis France : Création en 1982 / 1 400 collaborateurs / 80 métiers différents / 2,5 millions de clients / 350 enseignes partenaires

Contact : nicolas.wallaert@cofidis.fr

Yes Weglot ! Misez sur une startup multilingue

En 2016, Rémy Berda (Supélec 2011) créé sa start-up Weglot, un service de traduction de sites Internet. Aujourd’hui, l’entreprise a déjà traduit 50 000 sites.

Le Grand témoin – Maud Fontenoy

Défenseure d’une écologie pragmatique et positive, Maud Fontenoy travaille aux côtés de la jeunesse et des entreprises pour que chacun puisse agir pour la planète.

[#PopTaCulture] Ce que la série Big Little Lies nous révèle des nouveaux enjeux de notre génération

Camille Clot, étudiante de KEDGE Business school – Bordeaux, décrypte la série à succès Big Little Lies (HBO) : le reflet de toute une génération.

Décryptons-les : les statuts des grandes écoles de commerce

Public, privé ou consulaire : tour d’horizon des trois statuts juridiques en vigueur pour les grandes écoles de commerce françaises.

La géopolitique, nouveau must have des business schools ?

Comment dompter un monde où la technologie fait loi sans la culture ? C’est pour répondre à cette question que les business schools font désormais de la géopolitique un des meilleurs atouts de leurs formations. Mais comment mettent-elles la culture au service de l’action ?

Agri, agro : il y a du boulot !

Les ingénieurs agronomes sont en première ligne pour accompagner les agriculteurs face aux enjeux climatiques. Les écoles doivent alors adapter leurs programmes pédagogiques.

Ingénieur et apprenti : pourquoi pas moi ?

15% des étudiants en école d’ingénieurs passent aujourd’hui par l’apprentissage. Une voie privilégiée pour entrer facilement dans le monde de l’emploi.

Ingénieur mais pas que : zoom sur les doubles formations

Face à des entreprises qui apprécient de plus en plus les profils hybrides, terminer son cursus avec un double diplôme en poche est un atout pour les ingénieurs.

Les ingés ont la santé

Robot chirurgiens, prothèses ou encore respirateurs, derrière se cachent les ingénieurs. Mise en lumière de cet allié de l’ombre du personnel soignant.

Crypto-monnaies : quand la monnaie change de main

Les crypto-monnaies ont émergé en 2008 et font depuis parler d’elles. De grandes entreprises comme Facebook projettent de créer la leur ainsi que des banques centrales.