Une business school ? Non, Grenoble Ecole de Management l’affirme haut et fort : elle est une School for Business for Society. Disruption, responsabilité, citoyenneté, mérite et exigence, l’établissement grenoblois n’a pas attendu que la RSE soit à la mode pour conjuguer ses formations au futur. Dans son Interview Initiales, son DG Loïck Roche revient sur les trois mots qui incarnent le mieux l’école.

 

Loïck Roche, directeur général de Grenoble Ecole de Management (GEM) – Crédit Bruno Fournier

Grenoble. GEM est une école internationale basée à Grenoble, un formidable écosystème construit sur deux triangles qui se superposent. D’une part Industrie, Recherche, Éducation et d’autre part, Sciences, Innovations, Technologies. Son identité ? Le management de la technologie et de l’innovation. D’où notre volonté de créer et de piloter la première alliance internationale d’écoles d’écosystèmes au service de l’activité business et des entreprises sur les thématiques et identité Technologie, Innovation et Société. Seule business school de son écosystème, GEM est un acteur majeur de l’enseignement supérieur local : l’école accueille 10 % des 70 000 étudiants de la région.

Je pense aussi à la Géopolitique. Donner aux apprenantes et aux apprenants une grille de lecture pour mieux comprendre, pour mieux penser (mais aussi panser) le monde. Si je m’écoutais je j’ajouterais même de la philosophie ! (Loïck Roche est docteur en philosophie ndlr).

 

Etudiantes et Étudiants, mais aussi Entreprises. Il faut jamais oublier d’où l’on vient et ce pour quoi on est faits. Notre raison d’être ? Former des apprenantes et des apprenants habités par la volonté de contribuer à un monde plus épanoui et plus humain. Je crois qu’il n’y a pas de grandes écoles mais des écoles peuvent se montrer grandes dès lors qu’elles s’emparent de sujets qu’on ne pense pas naturels pour elles, comme le réchauffement climatique ou la question des migrants par exemple. Dans cette optique, il s’avère central de vouloir, et en même temps, réinventer la relation avec les apprenantes et apprenants, les organisations et les entreprises. Ce qui signifie, en France et à l’international, mettre en place, pour toute notre communauté, les conditions d’une relation servicielle de long terme – au-delà donc de la seule durée des programmes et des formations – pour délivrer des effets utiles et des solutions tout au long de la vie.

 

Management, mais aussi tout ce qu’on « M » ! Longtemps, les écoles ont dit qu’elles formaient les élites de la Nation. A GEM nous avons ajouté « pour quoi faire » ? C’est ce qu’incarnent notre positionnement de School for Business for Society et les cinq causes que nous portons : Éthique et intégrité des apprenantes et des apprenants, Accès à l’éducation pour toutes et tous, Égalité Femmes-Hommes, Lutte contre le réchauffement climatique et Paix économique. Autant de conditions pour répondre au plus grand défi qui nous est posé aujourd’hui : travailler à ce que le monde de demain soit un monde plus résilient, plus juste, plus pacifique, plus responsable.

 

Même s’il n’est pas simple de faire en sorte de former des personnes qui pensent différemment. Car en termes de transmission de valeur, l’apprentissage de l’éthique n’est pas intellectuel. Il faut alors trouver un système pour s’approprier une compréhension plus physique des choses, d’où l’engagement de Grenoble Ecole de Management pour l’expérimentation et les business cases notamment.

 

Si nos apprenantes et nos apprenants sortent de GEM avec cette petite graine dans la tête, s’ils considèrent qu’au-delà de ce qu’ils savent il y a quelque chose de plus important qui se joue et que leur action immédiate peut participer à cette ambition la plus haute, alors nous pourrons dire que nous avons réussi notre mission.

 

Bpifrance Le Lab : le think thank qu’il vous faut !