SAG FRANCE, ACTEUR INCONTOURNABLE DE LA CONSTRUCTION DE RÉSEAUX DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION D’ÉNERGIE ET DE TÉLÉCOMMUNICATIONS, RÉUNIT LES FILIALES SAG THEPAULT ET SAG VIGILEC, SOIT PLUS DE 900 SALARIÉS. DOTÉ D’UN PANEL DE SAVOIR-FAIRE DIVERSIFIÉS ET COMPLÉMENTAIRES – LIGNES AÉRIENNES ET SOUTERRAINES HAUTE TENSION, INTELLIGENCE URBAINE, ÉNERGIES NOUVELLES, INGÉNIERIE – LE GROUPE SAG FRANCE A ÉTÉ PROFONDÉMENT REMODELÉ ET DÉVELOPPÉ SOUS L’IMPULSION DE SON DUO DE CHOC QUE FORMENT PIERRE-HENRI RUAUX (ESCP EUROPE 95), DG ET PASCAL SCHUSTER (INP GRENOBLE 94, MBA ESSEC 2012), PDG.

 

PASCAL SCHUSTER (INP GRENOBLE 94, MBA ESSEC 2012), PDG DE SAG FRANCE © Rémi Villaggi

PASCAL SCHUSTER (INP GRENOBLE 94, MBA ESSEC 2012), PDG DE SAG FRANCE © Rémi Villaggi

 

 

SAG FRANCE, L’ÉNERGIE DU RENOUVEAU
SAG THEPAULT spécialisé dans les lignes aériennes et souterraines haute tension et SAG VIGILEC, dans l’électrification de moyenne et basse tension, l’intelligence urbaine, et les énergies renouvelables constituent des filiales du groupe allemand SAG. En 2007 ce dernier décide de moderniser les deux sociétés et d’y apporter un souffle nouveau, afin de former à terme le groupe SAG France. Pour ce faire, le recrutement d’une jeune direction générale, avec un binôme DG / PDG à l’instar du modèle allemand « Vier Augen » (4 yeux), est lancé. Le choix se porte dans un premier temps sur Pierre-Henri Ruaux en tant que Directeur Administratif et Financier de SAG THEPAULT, employé précédemment chez l’Oréal et Valeo. Pascal Schuster, issu de Bouygues et Veolia, le rejoint en 2008 pour gérer la partie commerciale et opérationnelle. Chapeautés par un président allemand qui les accompagne durant un an et demi de transition, les deux managers s’imposent à la tête de SAG THEPAULT et reprennent la direction de SAG VIGILEC en 2011, dont l’association devient l’entité SAG France.

 

CHALLENGE ACCEPTED !
La mission confiée à Pierre-Henri Ruaux et Pascal Schuster ? Refondre et dynamiser l’organisation des deux filiales et repositionner le groupe sur le plan commercial, en développant le professionnalisme, la cohésion et la transparence au sein des équipes, tout en assurant en parallèle un plan de succession afin de remplacer les cadres vieillissants. « Quand nous sommes arrivés, la société était gérée sur un modèle paternaliste et très cloisonné ; aucune politique RH n’existait, quand aux normes Qualité Sécurité Environnement, elles semblaient anecdotiques », relate Pierre- Henri Ruaux. « Sans compter l’absence de développement commercial ; les sociétés ne reposaient guère que sur leurs clients historiques », complète Pascal Schuster. Les deux équipiers se lancent donc dans la refonte des deux entités SAG. Ils jouissent d’une grande autonomie par rapport à l’actionnaire et aux services supports allemand, qui leur fixent des objectifs et des budgets clairs, en leur laissant carte blanche quant à la mise en oeuvre des actions pour les atteindre. « C’était un challenge de taille, mais passionnant, que l’on nous confiait à seulement 35 et 38 ans, ce qui n’aurait surement pas été possible dans des grands groupes comme ceux par lesquels nous sommes passés avant. » C’est d’ailleurs l’argument qui a décidé Pascal Schuster et Pierre-Henri Ruaux à rejoindre le groupe SAG. Aujourd’hui, ils considèrent SAG France comme « leur bébé ».

 

« Nous parlons d’une seule voix et avançons sur deux jambes »

UN DUO DE CHOC
En regardant le chemin parcouru depuis 2008, les deux collaborateurs saluent la force de leur duo. Leurs expertises complémentaires leur permettent d’avoir, à deux, une grande maîtrise de l’entreprise et une vue d’ensemble. Si les responsabilités sont réparties par domaine d’activité et les fonctions bien définies, ils ne manquent pas de se concerter pour prendre la majorité des décisions, qu’elles concernent le commercial, le financier ou le management. Lorsque leur point de vue diverge, le DG et le PDG débattent pour arriver à une décision commune qui devient celle de la Direction Générale. « Nous parlons d’une seule voix et nous avançons sur deux jambes. L’intelligence de notre collaboration rend notre binôme très stable et solide. L’ensemble de nos collaborateurs l’ont compris » conclut Pascal Schuster.

 

LE DG VU PAR LE PDG
Ce dernier nous livre sa vision du poste de DG : « Pierre-Henri a une vraie responsabilité managériale en tant que mandataire social. Sa contribution au niveau de l’entreprise représente un très large périmètre, même si dans les faits, elle reste très liée à la finance. » A sa charge, la garantie du bon fonctionnement des services supports financiers, juridiques et informatiques avec le devoir de veiller à la bonne santé de nos comptes, à notre façon de travailler et de constater les résultats de nos projets, afin qu’ils soient les plus fiables possible. « Pierre-Henri se positionne sur un rôle plus analytique, il a plus de distance que moi, et se doit d’être en veille permanente. » La fonction de DG s’illustre par la réelle stabilisation qu’elle apporte à l’entreprise.

 

LE PDG VU PAR LE DG
De son côté Pierre-Henri Ruaux voit dans le rôle du PDG l’alliance de l’image de SAG et son moteur opérationnel. « En tant que président, Pascal est le premier représentant et promoteur de SAG. Celui qui va donner le souffle, l’impulsion, la dynamique à l’entreprise, de par sa fonction de leader des entités opérationnelles. » Le PDG mène la réflexion stratégique sur le développement de l’activité et doit s’assurer que les équipes ne restent pas dans leur zone de confort, les emmener vers de nouveaux marchés et métiers. Le contact avec le terrain, avec les directeurs de région, les directeurs d’agence, lui permet de bien sentir l’activité, la motivation et les craintes des employés, ce qui l’assure de ne pas prendre de décisions déconnectées de la réalité. « Nos caractères expriment bien nos deux manières de travailler et notre complémentarité. Pascal a un tempérament volontaire, il marche à l’intuition, c’est un développeur. De mon côté, j’ai tendance à tempérer, à prendre du recul et bien peser les décisions. Grâce à la combinaison de nos personnalités, nous avons trouvé, je crois, un très bon équilibre. »

 

RENOUVELLEMENT DES FORCES VIVES : DES BESOINS HUMAINS
Le processus de développement enclenché par Pierre-Henri Ruaux et Pascal Schuster implique le recrutement de forces vives qui auront l’assurance d’une formation interne à forte valeur ajoutée dans un secteur porteur. SAG France offre de nombreuses opportunités aux jeunes talents de demain au sein des fonctions supports, dans les domaines de la finance, des achats ou de la gestion de projets. Avis aux jeunes diplômés d’écoles de commerce ! A court terme, le groupe recherche des chargés d’affaires, qui seront les directeurs d’agence et de centre de travaux de demain. Ces postes ont l’avantage d’octroyer très rapidement autonomie et responsabilité, pour évoluer vers la direction d’un centre de profit de 15 à 50 personnes avec un budget de plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. En bref, de belles opportunités pour des jeunes ingénieurs en recherche d’expériences riches !

 

CONSEILS AUX JEUNES DIPLÔMÉS
P.H Ruaux : Commencer dans un grand groupe bien structuré est un avantage certain afin d’être « bien formaté ». Mais rien ne sert de se fixer un plan de carrière, il est important de saisir les chances qui se présentent et de ne surtout pas laisser passer les opportunités à l’internationale en étant jeune.
Pascal Schuster : Développez votre capacité à bien utiliser les forces en présence. On n’avance pas seul. Et ne sous-estimez pas le poids de l’expérience. Il n’est pas bon d’être trop pressé. Le poste de DG ne laisse pas de place à l’erreur, il vaut mieux les avoir faites avant !

 

AM

 

Contact :
pascal.schuster@sag-france.fr (PDG)
pierrehenri.ruaux@sag-france.fr (DG)