CENTRALE LYON, FORMATION D’EXCELLENCE

 

Directeur de l’Ingénierie Véhicule du constructeur français depuis 2008, Nadine Leclair (Centrale Lyon 1980) est convaincue que si, par définition, les métiers de l’ingénierie se renouvellent sans cesse, l’évolution s’effectue aujourd’hui si vite que l’apport régulier de « sang neuf » apporté par les jeunes diplômés est absolument indispensable.

 

 

Nadine Leclair, (Centrale Lyon 80)  Directeur de l’Ingénierie Véhicule  de Renault depuis 2008

Nadine Leclair, (Centrale Lyon 80) Directeur de l’Ingénierie Véhicule de Renault depuis 2008

30 ans de passion
« J’ai eu deux vies chez Renault » aime à dire Nadine Leclair. La première débute en 1984 et va durer 5 ans. Si la jeune ingénieur CAO travaille alors déjà « chez » Renault, c’est sur les systèmes informatiques et non pas sur le véritable « objet de création » de la marque au losange : ses voitures ! Cela advient avec la Safrane en 1989, en ingénierie carrosserie, puis se poursuit avec la Mégane, gamme dont elle devient, après un parcours dans les différents métiers, directeur technique en 2005. En 2008, elle est nommée Directeur de l’Ingénierie Véhicule et fait son entrée au Comité de Direction. Son quotidien depuis ? « Améliorer en continu la performance des process, organiser les nouveaux projets, arbitrer les choix technologiques  et vérifier qu’on reste en ligne avec les prévisions, le tout à l’international puisque telle est la dimension de Renault, et sans jamais négliger l’humain ni oublier de se ménager des temps de réflexion et de partage tant les choses évoluent vite. »

 

De défi en défi
Une dynamique ininterrompue l’amène d’un défi l’autre. Après avoir mobilisé « le meilleur de nos ressources pour l’énorme défi de la voiture électrique » aujourd’hui devenu réalité, elle a déjà été rattrapée par le défi suivant : développer l’international, notamment avec le programme Logan, un segment de marché « en croissance mondiale » sur lequel Renault entend continuer à jouer un rôle majeur. Challenge qui implique d’intégrer l’ensemble des technologies actuelles dans un système de modules à l’identique d’un légo, mais également d’apprendre à maîtriser les technologies émergentes qui serviront les prestations de demain : CO2, électronisation croissante des véhicules, etc. Pour y parvenir, il convient, bien sûr, d’effectuer un parcours sans faute : veille technologique, choix et alliances opportunes, stratégies adaptées… mais aussi de faire appel à ce que Nadine Leclair considère comme « la plus belle mission de l’ingénieur : penser la fonction… pour la prestation, le coût… »

 

Assurer la relève
On l’aura compris, l’ingénierie mécatronique du secteur automobile est un univers en perpétuelle évolution
qui requiert un apport continu de nouveaux ingénieurs, mais également de jeunes diplômés qui s’investiront dans ces études technico-économiques devenues indispensables en termes d’aide à la décision « Chez nous, le recrutement est toujours d’actualité, explique-t-elle. Et si on travaille tous beaucoup, Renault demeure une entreprise étonnamment ouverte, conviviale et… humble où, en dépit de quelques beaux succès, personne n’a la grosse tête. Et puis, c’est
tout simplement… passionnant ! »

 

Centrale Lyon ou le joker « généraliste »
« Cette école m’a offert deux opportunités majeures : généraliste, on s’y forge une vision globale du monde de l’industrie avant d’avoir à choisir et de se spécialiser. Ensuite, l’apprentissage proposé se situe à mi-chemin entre univers scolaire et monde du travail : on évolue au sein d’un réseau que l’on se constitue mais aussi en fonction d’un ensemble de codes comparables à ceux de l’entreprise. Si j’avais un conseil à donner, ce serait celui de multiplier les échanges culturels et les stages afin d’avoir un aperçu le plus large possible des différents milieux jusqu’à trouver celui vers lequel on se dirigera avec passion ou, au moins, avec envie ; car on sera ensuite amené à y consacrer une bonne partie de sa vie. »

 

JB

 

Contact
http://www.renault.com/fr/carrieres/pages/recrutement.aspx